Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 04:54

10 juillet 2011
Martin ZIGUELE
Ancien Premier ministre de la République centrafricaine

 

Les conditions de sortie de statut d'état défaillant par un pays en développement

 

Mon propos se limitera à l’Afrique que je connais évidemment mieux que d’autres régions du monde en développement. Située à moins d’une heure de l’Europe  par Gibraltar, et à moins de trois heures des côtes françaises et italiennes, l’Afrique est à la fois proche et lointaine de l’Europe, sur ses aspects politiques, économiques ou sécuritaires. Vue de l’Occident, elle est perçue comme une terre tumultueuse, traversée par des soubresauts récurrents qui l’empêchent de s’arrimer efficacement et durablement à l’économie mondiale, alors qu’elle est pourvoyeuse et réservoir de matières premières de toutes natures.

 

De fait, c’est en Afrique que l’on dénombre le plus grand nombre d’Etats défaillants en 2011, selon le classement du think-tank indépendant américain     « Fund for Peace » associée à la revue  « Foreign Policy » : en effet des vingt Etats les plus défaillants  du monde que sont la Somalie (1ère), le  Tchad (2ème ) , le Soudan (3ème ), la  République démocratique du Congo (4ème ), Haïti (5ème ), Zimbabwe (6ème), l’Afghanistan (7ème ), mon pays la  République Centrafricaine (8ème ), l’Irak  (9ème ) , la  Côte d’Ivoire (10ème ), la Guinée (11ème), le  Pakistan (12ème ), le Yémen (13ème), le Nigeria (14ème ), le Niger (15ème ), le Kenya (16ème ),le  Burundi (17ème), la Birmanie (18ème), la Guinée-Bissau (19ème) et l’Ethiopie (20ème ),quatorze sont africains , soit  70% du total. 

 

Ce classement est établi à partir de douze indicateurs dits de vulnérabilité, qui constituent eux-mêmes « l'indice de vulnérabilité »noté de 0 à 120, de chaque Etat.

 

Ces indicateurs de vulnérabilité  sont répartis entre quatre indicateurs sociaux (la pression démographique,  les mouvements massifs de réfugiés et de déplacés internes, les cycles de violences communautaires, et l’émigration chronique et soutenue) deux indicateurs économiques (les inégalités de développement et le déclin économique subit ou prononcé)  et six indicateurs  politiques (la criminalisation et la délégitimation de l'État, la détérioration graduelle des services publics, les violations généralisées des droits de l'homme, l’hégémonie de l’appareil de sécuritaire, l’émergence de factions au sein de l'élite et enfin l’intervention d'autres puissances dans les affaires intérieures de ces Etats)

 

Ces Etats défaillants africains cumulent donc, à des degrés divers, plusieurs indicateurs de vulnérabilité. Si la Somalie qui n’a plus « d’Etat » à proprement parler depuis les années 1990 est dans tous les esprits à cause, entre autres, de la piraterie maritime dans l’Océan Indien, les autres Etats défaillants font face à d’autres défis « moins sanglants » certes, mais non moins graves. Cependant, le substrat est le même : ces pays se caractérisent par de grandes difficultés à subvenir aux besoins basiques de la population tels que la santé, l’éducation, la défense nationale, les services sociaux de base et évidemment la sécurité publique, alors même que les potentialités économiques et notamment minières et minérales y sont énormes.

 

Que faire, comment le faire et qui doit faire quoi pour sortir ces pays de leur situation ? 

Les actions à mener sont à la fois politiques, économiques et géostratégiques :

 

Des actions politiques :

 

Il s’agit principalement de reconstruire des Etats forts et crédibles, dotés de gouvernements légitimes, avec l’appui politique déterminé de la communauté internationale. Quand un Etat n’est plus en mesure d’assurer la protection de ses propres ressortissants, il  devient une source d’instabilité et une menace pour ses voisins. Par conséquent, la responsabilité de la protection de cet Etat doit passer à la communauté internationale qui devient responsable « par défaut ». Cependant toute mission suppose trois conditions : un objectif clair et précis, des hommes capables de mener la mission, et des moyens adéquats. C’est pourquoi, la reconstruction d’Etats défaillants doit être précédée de la mise en place de système de pilotage stratégique, chargé d’élaborer une  stratégie commune et concertée d’intervention des principaux bailleurs. C’est la disponibilité d’un tel cadre stratégique d’intervention, cohérent et aux priorités arrêtées en accord avec le gouvernement assisté, piloté par une autorité internationalement crédible et doté d’un mandat clair, qui en garantira l’efficacité. La réunion de ces conditions permettra de construire et /ou de reconstruire des institutions fortes, légitimes, modernes et efficaces à court et moyen terme. Ces stratégies intégrées de nation building et de state building, ont déjà été menées par les Nations Unies, qui disposent d’une somme d’expériences acquises indéniables en la matière (Libéria, Sierra-Leone, Mozambique, etc.) Les Nations Unies ont l’avantage de pouvoir se doter de la légalité et de la légitimité nécessaires pour agir, si besoin est, par la force. Elles  mobilisent généralement dans leurs actions l’Union Européenne, et certains de ses pays membres dont l’expérience historique et l’influence sur les pays africains à assister est indéniable, ainsi que des acteurs régionaux et sous-régionaux.

 

·        Les difficultés politiques ne doivent pas être sous-estimées car il y a bien des rentiers insoupçonnés des situations de chaos (putschistes, rebelles, chefs de guerre, vendeurs d’armes, trafiquants de drogues, pillards, etc.). La reconstruction de l’appareil régalien d’un Etat défaillant, ainsi que celle d’institutions  nécessaires à la relance de son économie ne sont pas de l’intérêt de certains acteurs, notamment les factions qui monopolisent le pouvoir économique et instrumentalisent les tensions ethniques et religieuses comme moyens de maintenir le chaos politique. Ces factions sont douées dans l’art d’utiliser toutes les ressources de contrôle d’un appareil d’État, même défaillant, pour se maintenir en place. Le trucage des élections, l’intimidation des contre-pouvoirs éventuels et la corruption des élites et des notables leur permettent de tenir l’État et les rentes, tout en se couvrant d’un vernis démocratique. La tentation du laisser-faire, sous-tendue par une lecture fataliste de l’histoire de l’Afrique : des expressions malheureuses comme : « ils sont tous comme ça », « on ne pourra rien changer, c’est leur nature », « ils ne sont pas mûrs pour la démocratie », etc. etc. le prouvent. Très souvent les interventions de la communauté internationale n’arrivent que lorsque les dégâts deviennent insupportables. En d’autres termes, beaucoup de pays post-conflits n’auraient pas dû arriver à ce stade si les réactions de la communauté internationale avaient été diligentes, opportunes et cohérentes.

 

·        Il faut reconstruire des Etats viables, c’est-à-dire se donner les moyens de faire triompher  les valeurs démocratiques universelles qui garantissent la présence des forces politiques aux opinions différentes dans la représentation nationale par le biais d’élections libres, ainsi que leur participation effective à la gestion de la chose publique. Les minorités doivent être admises et respectées.  La viabilité d’un Etat sous-tend sa stabilité, et cette condition détermine son attractivité pour des investissements durables   dans l’économie réelle, gage de créations de richesse et d’emplois nécessaires à la permanence de l’Etat.

 

 

2-    Des actions économiques :

 

·        Si certains Etats défaillants sont dotés de ressources minières et minérales non négligeables (cas du Nigeria et de la RD Congo entre autres), d’autres le sont moins. Tous font cependant face au même problème : la médiocrité des capacités de gestion macroéconomique, avec une vision claire des objectifs à court, moyen et long terme. Il faut promouvoir l’intégration de ces pays dans l’économie  mondiale, par l’émergence  de capacités locales à même de développer durablement les économies, tout en protégeant leurs actifs et leur environnement.

 

·        Il faut les appuyer dans le  développement  et le renforcement de leurs  capacités à créer un environnement favorable à la promotion des investissements privés, y compris mais pas uniquement les Investissements Directs Etrangers (IDE). Ce n’est pas une tâche aisée, face à une culture administrative fondée sur la toute-puissance de l’Etat, pourtant défaillant. La promotion des investissements privés est le seul moyen d’assurer la viabilité budgétaire de ces pays par le biais d’une fiscalité  transparente et performante. Un Etat debout et fort, ce sont des finances saines. Il faut veiller à ce que le budget dégage  un solde budgétaire primaire positif. Cela est nécessaire pour faire face au service de la dette, ainsi qu’à la réhabilitation et à la construction  des infrastructures routières, et des réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement.

 

·        Il faut aider ces Etats à maintenir  la stabilité monétaire et  à éviter le surendettement,  surtout lorsqu’il est sans contreparties en matières d’investissements locaux. La maitrise des flux internationaux de matières premières et de leurs revenus est  également une priorité.

 

·        Un Etat défaillant est synonyme d’économie informelle  avec ses conséquences bien connues : corruption des fonctionnaires, travail clandestin, marchés parallèles, contrebande, contrefaçon, trafic de drogue, blanchiment de l'argent sale dans les paradis fiscaux. Il faut donc combattre l’économie informelle.

 

·        Il ne faut  plus accepter le détournement de l'aide internationale ;

 

·        Il faut développer les moyens de structures telles que LICUS, ou Low Income Countries Under Stress, de la Banque mondiale qui a acquis une expertise certaine dans le redressement économique d’Etats faillis.

 

·        Il faut jeter les bases d’une sécurité alimentaire solide par un appui déterminé à l’agriculture et à la sécurisation de la propriété des terres.

 

 

3- Des actions géostratégiques

 

La défaillance des Etats a des répercussions géopolitiques qui menacent la stabilité de la région (cas de la Somalie)  et modifie les rapports de puissance avec les Etats voisins.

 

De ce fait, la réflexion  géostratégique mondiale devra s’orienter vers quatre points à savoir :

 

·        La mise ne place effective de forces armées régionales au sein de l’Union Africaine, avec l’assistance militaire des Nations Unies et de l’Union Européenne, pour faire face aux situations les plus difficiles ;

 

·        la restauration d’un ordre multipolaire, afin de tempérer les tentations impérialistes ;

 

·        La mobilisation des moyens pour faire face aux menaces externes et internes communes, tels que les intégrismes religieux et les systèmes maffieux en voie de radicalisation dans certaines zones, en impliquant une collaboration de tous les Etats.

 

·        La restructuration et la formation des forces de défense et de sécurité des Etats défaillants.

 

 

En conclusion, sortir un pays défaillant de son statut est une tâche complexe qui nécessite une volonté politique déterminée de la communauté des nations. Cette action est indispensable pour éliminer des facteurs et des foyers de risque d’atteintes très graves aux droits humains, à la sécurité internationale et au développement des échanges internationaux. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Panafrique
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette