Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 17:27

19 juin 2011
Jean-Pierre Bekolo


J'ai eu la nette impression de voir une mauvaise série télévisée en regardant les pontes du régime verser dans la haine et les « avertissements » contre des imaginaires ennemis du Cameroun. Je pense ici au secrétaire général du parti RDPC René Sadi en déplacement à Kribi. J'ai eu l'impression de voir la RTI (radio télévision ivoirienne) avant la chute de Gbagbo, pourtant c'était bien la Cameroon Radio Television (CRTV). Une image furtive m’a même traversé l’esprit, une impression de voir le fils Khaddafi à la télévision… Et pourtant, aucune puissance ne menace le président camerounais de frappes ciblées de l'ONU ou de l'OTAN.

 

Cette mauvaise série télévisée  je n'aimerais pas la voir devenir réalité dans mon pays le Cameroun.

 

Si le Cameroun a des ennemis, ce sont avant tout des ennemis de  l'intérieur (je veux dire les plus proches du régime), car quelle que soit l'agitation extérieure, personne plus que nous-mêmes ne nous empêche de développer ce pays. Il faudrait arrêter de faire croire aux camerounais que notre pays a des ennemis ! En tant que camerounais voyageant beaucoup à l'étranger, je me sens solidaire de ces attaques qui nous désignent, nous aussi, sans arrêt comme des ennemis du Cameroun. Qui a dit qu'un ami du Cameroun ne saurait être un étranger ? Et qui a dit que les camerounais qui vivent au Cameroun aiment tous leur pays ?

 

Les étrangers et la diaspora sont moins coupables que l'entourage - le fameux entourage- auquel les camerounais attribuent la responsabilité de l'impasse actuelle. Un entourage accusé d'avoir phagocyté  notre président et de l’avoir poussé à la faute dans le seul but de préserver ses privilèges. Ce même entourage est prêt à mener une guerre contre tous, contre la communauté internationale, renonçant ainsi à la politique pacifique du président Biya qui jusqu'ici  a toujours privilégié la diplomatie et les bonnes relations avec les pays étrangers amis, comme dans le cas de Bakassi..

 

Les camerounais se posent beaucoup de questions. Les camerounais se posent tellement de questions qu'ils sont déboussolés au quotidien. Un être humain qui n'arrive pas à se projeter dans le futur devient inopérant, il est déprimé. Les investisseurs attendent de voir comment va évoluer le Cameroun, et pendant ce temps le chômage guette les camerounais qui peinent au quotidien, sans savoir de quoi le lendemain sera fait.

 

Les camerounais veulent savoir pourquoi le président Paul Biya voudrait se représenter. Ce qu’il leur propose de nouveau et qui va améliorer leurs conditions de vie. Il n'y a rien d'anormal à se poser cette question à moins qu'on soit en train de faire la politique de l'autruche ; une politique du « pourrissement » à double tranchant. Les camerounais sont  inquiets du silence de leur président. Un silence qui amène à la question : Quelqu'un a-t-il seulement une réponse aux questions que se posent les camerounais ? Les camerounais attendent d'avoir une conversation avec leur président, ils ne veulent plus d'un autre discours aseptisé comme ils en ont l'habitude.

 

Le président doit maintenant avoir avec son peuple une conversation ; comme jadis avec Eric Chinjé sur la CRTV ou plus récemment sur France 24.

 

Je refuse de croire que plus qu'un autre pays, le Cameroun serait une telle exception dans ce monde que même la loi de la pesanteur ne s'y appliquerait plus. À force de ne pas dialoguer avec les camerounais qui veulent juste vivre ensemble au sein d'une République, on risque d’isoler le pays, sous prétexte  que « Le Cameroun c'est le Cameroun ».

 

Fustiger les pays étrangers soi-disant « ennemis » comme se plaisent à le faire certains pontes du régime ces derniers temps, est du coup très parlant ! Cela suppose de facto que  la bénédiction souhaitée auprès de certaines puissances étrangères n’a pas été obtenue. Et cela, dans l’actuel contexte de mondialisation, et d’un certain droit d’ingérence politique, amène d’emblée à des questionnements, voire, des inquiétudes…

 

De grâce, Monsieur le Président parlez aux Camerounais! Et faites taire ceux qui veulent vous enfermer dans une logique sans issue, pour leurs intérêts égoïstes, faisant croire aux camerounais que vous êtes prêt à tout, y compris à affronter la France et les Etats-Unis, pour imposer une voie au Cameroun. Il devrait s’agir de négocier avec le peuple, le convaincre, et non pas tenter de le lobotomiser comme le font vos sbires, ce qui est une grave erreur…

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette