Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 02:41

 

1er février 2011

Denis Nkwebo

Le Jour

 

Garde à vue. L’interdiction de sortie du territoire national de l’écrivain lui a été signifiée par la police à l’aéroport international de Douala.

Enoh Meyomesse n’est pas à Abidjan en Côte d’Ivoire, où il devait se rendre dimanche 30 janvier 2011.

L’écrivain camerounais se trouve plutôt dans une cellule de l’aéroport international de Douala. Il y a été retenu hier, alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion. Son départ était prévu à 13 heures 30 minutes. Une source proche de l’intéressé a indiqué que la police lui a signifié un arrêt d’interdiction de sortie du territoire national, signé du délégué général à la Sûreté nationale. Un responsable de la sécurité à l’aéroport contacté par Le Jour a laissé entendre qu’il ne pouvait, ni confirmer, ni infirmer l’information ayant trait au signataire de l’interdiction de sortie. Il a tout de même reconnu qu’Enoh Meyomesse était retenu, sans en dire plus.

Que reproche-t-on à cet écrivain camerounais ? Difficile de répondre. Néanmoins, le nom d’Enoh Meyomesse avait été cité dans une histoire de coup d’Etat courant 2010. D’ailleurs, il avait été entendu par des enquêteurs du secrétariat d’Etat à la Défense (Sed) à Yaoundé. Depuis lors, rien n’a filtré de ses auditions. La police a-t-elle eu quelque information sur l’objet du voyage d’Enoh Meyomesse en Cote d’Ivoire ? Une source répond par la négative et affirme plutôt que la mesure d’interdiction de sortie du territoire a été prise, pour empêcher à l’intéressé de soustraire aux autorités en charge de l’enquête.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette