Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 05:14

Juliette Abandokwe
18 juillet 2011

 

A l'heure où les suspicions augmentent exponentiellement quant à l'ingérence française dans les affaires électorales au Cameroun, il serait bon de rappeler le passé militaire français au Cameroun notamment. On parle de 300'000 à 400'000 Camerounais bombardés au napalm pendant la guerre d'indépendance.

 

A l'heure où François Fillion, Premier Ministre de Sarkozy, se pavane en Côte d'Ivoire le jour de la fête nationale française, pour marquer son territoire, il est bon de se rappeler que ce même monsieur a qualifié les massacres au Cameroun de foutaises lors de sa visite à Biya en 2009.

 

Pourtant les témoignages sont multiples, à l’instar de celui-ci :  «Ils ont massacré de 300 à 400 000 personnes. Un vrai génocide. Ils ont pratiquement anéanti la race. Sagaies contre armes automatiques. Les Bamilékés n'avaient aucune chance.(…) Les villages avaient été rasés, un peu comme Attila », témoigne le pilote d'hélicoptère Max Bardet. (Extrait de La Françafrique. Le plus long scandale de la République, par F-X Verschave)

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQHhvMuRqjVubf8Qz9ebQYoBCUok6Wa63AT18mSHwvMC9r_QjRgLa même clique – Sarkozy, Fillon et Cie - est sur le point de vouloir assurer les arrières d'un Paul Biya vieillissant et incompétent, qui veut se cramponner à un pouvoir qu'il occupe déjà depuis 29 ans. Une clique appuyée par une Union Européenne sclérosée et totalement dépendante des ressources naturelles qu'elle exploite d'une façon foncièrement inéquitable en Afrique depuis de multiples décennies,  ainsi que des Etats-Unis en mal de repères géostratégiques.

 

Ce qui est en train de se préparer au Cameroun, au nez et à la barbe d'un peuple Camerounais complètement désespéré et appauvri, embrouillé par une opposition qui à 85% pense que "ils ont bouffé, maintenant c'est à notre tour de bouffer", n'est ni plus ni moins une monstrueuse mascarade électorale, au nom des intérêts français et occidentaux au Cameroun.

 

L'intérêt de la nation n'est qu'un très vague alibi, pour la multitude de partis politiques et d'opposants de tout genre, qui poussent à droite à gauche comme des champignons depuis des mois. Entre les manifestations publiques à force de mégaphone devant une dizaine de Camerounais bravant le froid à Washington ou ailleurs, des bagarres sporadiques entre pro-rdpcistes et anti-rdpcistes aux quatre coins du globe, beaucoup cherchent à se faire un nom d’une manière ou d’une autre. Mais le raz-le-bol est toujours là. La frustration de ne pas être en mesure de vivre décemment sur la terre de ses ancêtres, aussi. Tous ne sont pas des pseudo-opposants bling-bling. Certains semblent plus sincères que d’autres, mais finalement aucun ne réussit à faire ciller le benskin de Douala, ou le taximan de Garoua, qui ne cherchent qu’à fuir pour trouver une vie décente ailleurs. Les femmes continuent à faire leur marché en se battant avec une vie de plus en plus chère, et ne se plaignent même plus.

 

Le désespoir somatisé s’est transformé en profonde désillusion et résignation, malgré une criminalité de plus en plus incontrôlable, qui fait peu à peu partie du paysage naturel du Camerounais moyen. L’ouvrier travaillant plus de 40 heures par semaine à Socopalm pour 40 000 FCFA mensuels, est content tant qu’il reçoit sa maigre pitance et qu’il arrive à donner les 10 000 à la mère de son enfant qui l’a quitté parce qu’il est toujours foiré. La paupérisation rampante a atteint l’âme de la société camerounaise, déchire les familles, déchire le demain.

 

Le peuple Camerounais souffre gravement, mais de moins en moins en silence, et en désordre. Le souvenir des émeutes et des morts de février 2008 est encore très vif dans les esprits. Beaucoup, surtout à l’extérieur, se demandent pourquoi ce peuple ne se rebelle pas une fois pour toute, comme l’on fait les Tunisiens après la mort de Bouazizi. La diaspora se tenait au bord de sa fenêtre, bien au chaud et loin du cœur de l’enfer, quand le Combattant Mboua Massok a appelé le 23 février 2011 le début d’une série d’actes de désobéissance civile. Une diaspora, quittant un bateau en plein naufrage, a souvent oublié les souffrances qu’elle ne voit plus que comme dans un lointain souvenir. Une diaspora munie d’un courage en dent de scie, déchirée au même titre que les oppositions sur le terrain. « Y a qu’à… y a qu’à… ». Un leitmotiv qui ne convainc personne au Cameroun. Sur le terrain, les uns attendent à la maison. D’autres tournent en rond comme des lions en cage. D’autres encore s’évertuent autour de diverses micro-initiatives qui s’essoufflent dans leur volonté de conscientiser les gens, se heurtant aux tentatives désespérées des forces de l’ordre dans la contention sans véritable avenir, d’une colère populaire de plus en plus assourdissante.

 

Aucun Camerounais n’est dupe de la fraude électorale qui se prépare, grosse comme un éléphant dans un couloir, appuyée sans le moindre doute par la France et ses alliés. C’est un crime contre l’humanité de plus qui se prépare, implacable, sourde à toute tentative de dénonciation. La France, par ses intérêts commerciaux divers, est omniprésente, haïe par un peuple impuissant, colonisé puis néo-colonisé, soumis depuis si longtemps à une force profondément négrophobe et brutale, dont les hauts dignitaires comme François Fillon viennent encore étaler leur arrogance à travers un révisionnisme despotique et méprisant.

 

C’est tellement intolérable, que cela en devient douloureux.

 

Et puis, il est presque naturel de se dire que le peuple va se soulever spontanément à un moment ou à un autre. Car on a de la peine à croire que la fraude énorme qui se prépare se passera sans réaction. Trop de choses se fomentent dans les esprits, échappant au consentement du pouvoir malgré ses efforts de tout contrôler. Trop de sueur au front d’un peuple qui en a vraiment assez de se faire berner systématiquement.

 

« On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps » disait Abraham Lincoln.

 

Le problème néanmoins qui se pose dans tous les esprits est de taille. On ne veut plus de Biya car on  lui en veut d’avoir paupérisé et bradé le Cameroun depuis 29 ans. C’est un fait et nul ne peut le nier. Il est bel et bien au moins co-responsable d’une débâcle qui n’a pas de nom. Mais il est surtout localement garant politique d’un système d’échanges commerciaux profondément inéquitables et indécents, dont les bénéfices ne profitent qu’à lui-même et à son entourage. Pendant que les taux de scolarité au Cameroun restent bas à cause notamment des coûts de scolarité, et qu’on parle de classes qui varient entre 80 à 120 élèves dans les écoles publiques de Douala, les enfants de Paul Biya fréquentent les écoles privées en Suisse, que même le citoyen suisse moyen est incapable d’offrir à ses enfants. Tous les ministres et haut-dignitaires ont fait sortir leur progéniture d’un pays qu’ils ont contribué à ruiner et dont ils connaissent bien eux même le manque d’espérance en terme d’avenir.

 

Devant une telle débâcle si nauséabonde, il est parfaitement naturel de vouloir se débarrasser de Paul Biya. La question cruciale est de savoir qui va donc être en mesure de gouverner le Cameroun à sa place. Les candidats ne se comptent plus, le plus souvent avec des argumentaires faussement ingénus, mais rarement avec un programme réaliste et viable. L’ambiance de désordre et d’anarchie autour de ces nombreux faiseurs de rêves, ne fait qu’augmenter à l’approche de la période électorale fatidique d’octobre prochain, atteignant un nouveau palier à l’heure où Paul Biya se proclame une fois de plus candidat du RDPC aux élections. L’énervement, on le sent, est à son comble. Quoi ? Biya encore… !? Après 29 ans d’un pouvoir progressivement désastreux ? Il est de toute évidence très sûr de son succès, après avoir introduit début 2008 dans la Constitution, l’abolition du nombre de mandats présidentiels. Personne ne s'étonne donc véritablement.

 

La nouvelle de sa candidature ne change rien au fait que les candidats vraiment sérieux ne sont pas suivis de façon consensuelle, pour différentes raison. Les candidats bling-bling sont si nombreux et palabreurs, que ceux qui ont les vraies compétences pour servir la nation, se noient dans la masse d’un peuple qui ne sait même plus vers quel saint se vouer. Tout ce qu’il sait, c’est les autres ont suffisamment bouffé, maintenant c’est à eux. La vengeance est au cœur de bien des passions. Trop rares encore sont ceux qui pensent à l’intérêt collectif de la nation avant tout, par manque d’éloignement du nez du mur et de vision à long terme.

 

La conscientisation du peuple Camerounais, et surtout l’inculcation de valeurs civiques solides, avec la connaissance des droits et des devoirs, lui permettraient de voir bien plus clair, et d’exiger de façon plus convaincante et organisée ce auquel il a droit, autour d'une conscience nationale bien plus homogène.

 

L’éducation civique de Mamadou et Bineta,  voilà donc un programme des plus ambitieux. L’école et l’accès à la lecture pour tous, surtout le combat pour des conditions favorables - où on ne verrait plus de petites vendeuses d’oranges ou de Lotus aux carrefours de Douala, ou des enfants sans parents dormant sous les étals du marché de Mokolo de Yaoundé -, pour l’apprentissage de valeurs académiques indispensables pour la formation d’une jeunesse consciente et responsable, qui refuseraient à tout jamais la répétition de massacres sur ses terres par des colonisateurs qui ne sont jamais partis, malgré le simulacre des indépendances de 1960. 

 

Commentaire de Kemkeng, reçu suite à cette publication 

"Je ne suis pas sûr qu'avec un tel discours "haineux" vous puissiez contribuer au changement. Je suis même sûr du contraire. La France, la France, la France. La France est source de tous les maux. Avec un tel discours, vous infantilisez les vrais responsables. Vous les rendez "irresponsables" Vous faîtes des amalgames inquiétants.


Le Monde a changé. Vous êtes restés aux années 50 et 60.


Je vous souhaite bonne chance dans combat, mais je suis certains que ce discours est contre productif. Il est surtout irréaliste."

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Articles de Juliette
commenter cet article

commentaires

Eugène Wope 24/07/2011 16:55


Il ne fait pas de doute, comme l'explique cet article, que l'élévation du niveau d'éducation des populations constitue le meilleur rempart contre l'exploitation honteuse de l'Afrique qui continue
aujourd'hui, par les multinationales avides aidées par une classe politique européenne vieillissante et incapable de se renouveler, et par des complices incompétents et corrompus qui sont
malheureusement bien trop nombreux parmi l'élite politique aux affaires en Afrique.
Et la remarque de Juliette est for juste, tout le monde se rêve en président, créant un bruit de fond qui brouille toutes les cartes, je cite Juliette : "les candidats vraiment sérieux ne sont pas
suivis de façon consensuelle, pour différentes raison. Les candidats bling-bling sont si nombreux et palabreurs, que ceux qui ont les vraies compétences pour servir la nation, se noient dans la
masse d’un peuple qui ne sait même plus vers quel saint se vouer.".
Il est urgent de sortir de cette quadrature mortelle. Les réflexions comme celles de cet article y contribuent. Il faudrait les poursuivre afin d'élaborer une vision plus complète de ce que doit
être ce lendemain meilleur auquel nous rêvons tous.


TEDGA Simon 20/07/2011 23:28


Après la lecture de cet article je pense que la prévision présentée par l'auteur s'inscrit dans l'expérience du passé politique du Cameroun.Les données actuelles ne sont pas présentes dans ce texte
qui souffre de l'exactitude des faits évoqués et des chiffres cités.Ici l'appréciation de la situation camerounaise est indépendante de celles que vit l'AFRIQUE notamment en Côte-d'IVOIRE et en
LIBYE.De nombreux observateurs de la politique camerounaise comme certains de ses acteurs savent que Paul BIYA aborde l'élection de 2011 avec la plus grande inquiétude.Viellissant et moins docile
il ne représente plus la meilleure garantie pour l'Occident.L'ouverture de son pays à la CHINE en particulier n'est pas du goût de ces mêmes occidentaux.Il n'est pas sûr que la FRANCE organise la
fraude éléctorale .Elle n'est pas présente sur le terrain .Elle ne sera pas soutenue à distance tout simplement parceque toute personne sérieuse qui connaît l'état de préparation des élections par
les adversaires de Biya constate que l'emiettement des scores suffira à Paul BIYA pour gagner.Ceux qui ont l'aura du peuple pour l'emporter n'ont pas les moyens de faire une vraie campagne
électorale je cite MBOUA Massok comme un exemple de patriote rare au pays de Ruben UM NYOBE.Ainsi les Camerounais ne peuvent compter que sur l'étranger pour une alternance qui ne serait pas
pacifique.La voie électorale est obstruée pour une quelconque alternance en 2011.Il reste aux CAMEROUNAIS qui n'ont pas pu imposer le respect de la constitution ,d'exiger la mise en place d'un
gouvernement d'union nationale comme base du changement politique souhaité par la majorité de la population.


john Fonkito 20/07/2011 11:58


reflexion très pertinente. Veuillex proposer des axes de lutte


Kemkeng 20/07/2011 00:27


Je ne suis pas sûr qu'avec un tel discours "haineux" vous puissiez contribuer au changement. Je suis même sûr du contraire. La France, la France, la France. La France est source de tous les maux.
Avec un tel discours, vous infantilisez les vrais responsables. Vous les rendez "irresponsables" Vous faîtes des amalgames inquiétants.
Le Monde a changé. Vous êtes restés aux années 50 et 60.
Je vous souhaite bonne chance dans combat, mais je suis certains que ce discours est contre productif. Il est surtout irréaliste.


Juliette Abandokwe 22/07/2011 03:18



C'est votre avis, et ça n'engage que vous mon cher Monsieur.



Textes De Juliette