Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 01:05

28 avril 2011

Quotidien Le Jour

 

 

Fébrilité au sommet de l'Etat; des manifestations interdites


D’autres mesures prises au cours des derniers mois indiquent que les autorités camerounaises craignent un mouvement social.

Le 5 avril 2011, une centaine de moto-taximen prennent d’assaut les rues de Douala. Ils tiennent à manifester leur colère face à ce qu’ils considèrent comme une ingérence de la communauté internationale aussi bien en Côte d’Ivoire, qu’en Libye.

Sur les pancartes qu’ils brandissent, on peut lire : « UA, CDEAO, quelle honte ! » « Libérez l’Afrique, Côte d’Ivoire », « Libye, Gbabgo tient le bon bout, nous sommes avec toi », « La France doit partir de la Côte d’Ivoire », « les Africains en ont marre », «  Nous sommes fatigués ». Devant le siège de Canal 2 International, ils sont dispersés par les chars, camions à jet d’eau et police anti-émeute. Bilan de la manifestation : 3 blessés et des interpellations.

Police

 
La police veut faire appliquer une décision du préfet du Wouri, prise le 21 février, soit deux jours avant les célébrations de la « journée des martyrs », interdisant toutes manifestations. Un acte interprété par les leaders de l’opposition comme une violation de la loi du 19 décembre 1990 portant régime des réunions et manifestations publiques, qui stipule en son article  6,  alinéa 1 : «Sont soumis à l'obligation de déclaration préalable tous les cortèges, défilés, marches et rassemblements de personnes et, d'une manière générale, toutes les manifestations sur la voie publique ».


Il n’y a pas que Douala qui soit en proie à une interdiction systématique des manifestations. Yaoundé n’échappe  pas à la règle. Pour preuve : Le 23 décembre 2010, des membres de la société civile avaient convié le public à une rencontre placée sous le thème : « Le contexte historique de la crise ivoirienne ». La conférence est interdite. Le sous-préfet de Yaoundé V, Apollinaire Mvondo, invoque la crainte d’une ingérence dans les affaires de ce pays. Mais, depuis lors, aucune autre manifestation n’a eu lieu.

De source bien informée,  les forces de l’ordre ont été appelées à éviter toute altercation avec les populations qui pourraient dégénérer. Une récente dispute entre vendeurs à la sauvette au marché central de Yaoundé et agents de la police municipale a d’ailleurs failli dégénérer. Il a fallu que les policiers usent de toute la retenue possible pour éviter un soulèvement. De même, lorsque les boutiques des commerçants chinois ont été scellées au marché central de Yaoundé, les éléments de la police sont arrivés rapidement sur les lieux pour éviter un éventuel embrasement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette