Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 09:16

9 février 2011

Cameroon Tribune

 

 

La plupart des jeunes s’intéressent peu aux grandes lignes de l’histoire du Cameroun et à la portée du terme citoyen.

 

Le cours d’éducation à la citoyenneté dispensé dans le cursus scolaire est un véritable rappel des valeurs civiques desquelles les jeunes semblent se détacher au fil des années. Pour nombre d’entre eux, il s’agit ni plus ni moins que d’une matière comme les autres, servant à compléter sa moyenne à l’examen officiel. Une fois le cours terminé, plusieurs élèves oublient les fondements de patriotisme appris sur les bancs. C’est le cas de Sylviane Njock, actuellement étudiante à l’université de Yaoundé I. « Je ne sais pas vraiment si je peux définir ce qu’est la citoyenneté. Je me rappelle à peine de mes cours d’éducation civique du primaire et du lycée », a-t-elle déclaré.

 

A un quiz de culture générale, il serait étonnant d’avoir un 100% de bonnes réponses à des questions sur la devise, le drapeau, l’hymne national ou encore les relations du Cameroun avec l’extérieur. La morale, grande part du cours d’éducation à la citoyenneté, apparaît comme un lointain souvenir, quand l’on observe certains comportements, comme traverser la chaussée au feu vert en dehors du passage clouté. C’est à se demander si le civisme n’est pas une valeur dépassée, et la notion de citoyenneté ignorée. En effet, il est difficile de concilier l’esprit individualiste actuel avec ce sens le sens du devoir citoyen. Une (ré)éducation civique des jeunes et des populations en général sauverait peut-être les valeurs morales en voie de disparition.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette