Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 02:03

2 avril 2010

Lazare Kolyang

Le Messager

 

 

Ce n’était pas encore le bout du tunnel tant attendu, mais une partie du peuple avait fini par reprendre espoir. L’espérance qu’un jour le Cameroun serait de nouveau cité en exemple en Afrique pour la qualité de sa politique, de ses infrastructures, de ses intelligences (qui n’ont par ailleurs jamais fait défaut sur le plan international), etc. Dans les discours et joignant l’acte à la parole, les membres du gouvernement, du parti au pouvoir aidés en cela par leurs alliés de circonstance, ont envahi le pays pour porter les « bonnes nouvelles ». Le même refrain est ainsi repris en choeur : le Port en eau profonde de Kribi et la centrale à gaz de la même cité balnéaire, le barrage de Lom Pangar et celui de Mem’Vele, le projet d’exploitation de fer de Mbalam, le yard pétrolier de Limbe, etc. Autant de chantiers qui, inscrits dans le cadre du nouveau document gouvernemental de stratégie pour la croissance et l’emploi, projetaient l’image d’un pays émergent à l’horizon 2035. Et les observateurs avertis qui avaient longtemps fustigé la navigation à vue du Renouveau depuis la disparition des plans quinquennaux des années soixante y voyaient le retour à la planification tant souhaitée. Alors que les équipes du ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire n’ont pas encore terminé de sillonner les différentes villes du pays pour expliquer cette vision du gouvernement, l’on apprend le dépôt sur la table des députés à l’Assemblée nationale, quelques heures seulement après le départ du président du Comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois, d’un projet de loi portant modification du texte créant l’organe chargé de gérer les élections au Cameroun, ELECAM. Un amendement qui arrive au cours de cette session ordinaire après un autre texte du gouvernement fixant les procédures du référendum. Deux textes ayant un rapport fortement lié avec le processus électoral ne peuvent qu’attirer l’attention de l’opinion nationale. En clair, dans le cas d’ELECAM, il est question de revoir la copie d’un texte qui n’a même pas encore été essayé. Avec le document soumis à l’appréciation de la représentation nationale, le président de la République enfonce ainsi le clou de la contestation qui s’était élevée (finalement pour rien) des milieux des partis politiques et de la société civile au lendemain de la mise sur pied de cet organe et notamment la désignation de ses membres dont la plupart sont des militants du parti au pouvoir. En consacrant le retour de l’administration et de la magistrature à certains niveaux du processus électoral, Paul Biya donne raison au politologue Mathias Eric Owona Nguini qui indiquait, il y a pas longtemps, compte tenu du retard pris dans la passation des pouvoirs à ELECAM (contrôle du fichier électoral, notamment), que l’administration pourrait encore se retrouver à gérer les élections à venir au Cameroun. On n’est donc pas loin de cette vision.

Paul Biya n’a plus eu besoin de consulter les différents acteurs que le Premier ministre, Inoni Ephraim, au moment de la création de ELECAM avait invités dans ses services pour recueillir leurs avis. Cet « oubli » n’est en réalité pas grave au regard de ce qui sortit finalement de ces consultations. Car en réalité, si la plupart des acteurs consultés ne se sont pas reconnus dans le texte final, il ressort de manière évidente qu’ils n’ont pas été écoutés. Et comment ne donc pas mettre ce comportement en relief avec l’interrogation du directeur de publication du quotidien Mutations, Alain Blaise Batongue, dans l’une de ses chroniques : « qui parle au président de la République ? ». De deux choses l’une : soit les conseillers du président sont des menteurs, soit alors Paul Biya ne les écoute pas toujours. Mais prenons le président de la République à son propre piège (puisque c’est lui qui désigne ses proches collaborateurs) pour reconnaître qu’ils sont souvent nombreux à ne pas lui dire toute la vérité. N’a-t-il pas, lui-même, reconnu dans un discours à la nation dimanche 23 juin 2002 qu’on lui a menti au sujet des préparatifs du double scrutin de ce jour là ! Cette contribution n’est pas une lettre ouverte au président de la République, mais elle n’en est pas non plus très éloignée.

Oui, Monsieur le président de la République, nous sommes d’accord que l’on ne peut pas bâtir une nation « en multipliant les ruines ». C’est aussi vrai, nous y croyons fermement, que l’on ne saurait construire une démocratie en modifiant à chaque instant et de manière unilatérale les règles de jeu ! « C’est quoi donc cette politique, Monsieur le président ?», vous demande l’artiste musicien Valsero, dans l’une de ses chansons. Le peuple camerounais ne le saura peut être jamais. Mais face à ce comportement, j’ai trouvé une réponse à donner à l’éditorial de Madame le Directeur général de la Sopecam, Marie Claire Nnana, après la saisie de la morasse d’une édition du quotidien Mutations consacrée aux « Scénarios de l’après Biya ». Non, Madame, il ne s’agit pas d’une « République de journalistes ». Au Directeur de publication de Mutations au moment des faits et actuel Directeur de publication du quotidien Le Jour, Haman Mana : Dp, ce n’est pas non plus la « République des gendarmes ». Cher consoeur et Directrice de publication de Bebela, Henriette Ekwe, arbitre devant l’opinion dans ce conflit d’éditoriaux, je ne suis plus sûr aujourd’hui qu’il s’agit d’une « République de zélateurs ». Non. Je pense qu’il s’agit de la « République de Paul Biya ». Tout simplement. En décidant de confisquer le calendrier politique et le processus électoral, « l’homme lion » métamorphosé depuis l’élection présidentielle de 2004 en l’Homme des « grandes ambitions » n’a plus peur de personne. Le peuple ne lui fait plus peur, mais se fait plutôt peur. Que s’est-il donc passé, après la révision de la Constitution en mars 2008, après que des hommes politiques aient promis un tsunami social, après que des artistes, à l’instar de Longué Longué, aient commis des chansons de menace, pour dire par exemple : «le Cameroun n’est pas le Togo, essayez et vous verrez » ?

Monsieur le président de la République, nous l’avons constaté : vous aimez bien vous s’adresser aux Camerounais par le canal de la presse étrangère. Et lors d’une interview accordée à la Radio Monte Carlo (RMC), l’un de ces médias que vous redoutez tant, même lorsqu’une simple estimation du coût de vos vacances y est mentionnée (obligeant par là vos conseillers français en communication, grassement payés avec l’argent du contribuable camerounais, à faire recours à un journal ……..gratuit), vous avez déclaré que vous voulez que l’on retienne de vous, lorsque vous aurez, bien entendu, quitté le pouvoir, l’image de celui qui aura apporté la démocratie au Cameroun. Est-ce donc cela la démocratie, Monsieur le président ?

Jetez un regard dans le rétroviseur et faites vous-même le bilan. Regardez autour de vous, dans le monde et plus particulièrement sur le continent africain, et cherchez vos collègues arrivés au pouvoir à la même période, ils ne sont plus nombreux, c’est certain. Ceux qui ne sont plus aux commandes de leurs pays, quel chemin ont-ils emprunté pour entrer dans l’histoire : est-ce la grande porte, la petite, l’issue de secours ou alors la fenêtre ? Les exégètes de votre parti, le Rdpc, s’en vantent aujourd’hui sur les plateaux de télévision pour soutenir que vous êtes le seul homme d’Etat qui s’est montré déterminant dans la lutte contre la corruption au regard de la qualité de vos anciens collaborateurs (ministres, secrétaires généraux de la présidence de la République, directeurs généraux des entreprises d’Etat) qui sont aujourd’hui condamnés ou poursuivis devant les juridictions nationales. L’inverse est aussi valable et on vous rétorquera, Monsieur le président, que dans aucun pays au monde des ministres et directeurs généraux n’ont autant pillé les caisses de l’Etat en l’espace de quelques années. Le comité national mis sur pied dans le cadre de la célébration, cette année et l’année prochaine, du cinquantenaire de l’indépendance et de la réunification, a créé le panthéon camerounais. Cet endroit sacré où vont être immortalisés les filles et fils du Cameroun qui auront marqué son histoire. Je pense sincèrement, Monsieur le président de la République, et c’est une simple question de volonté, qu’il n’est pas trop tard pour entrer de belle manière dans l’histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette