Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 02:40

18 juillet 2011 
Infodabidjan.net


La France prépare une Côte d’Ivoire bis au Cameroun?


http://berthoalain.files.wordpress.com/2008/03/2008-03-05t195958z_01_nootr_rtridsp_3_ofrwr-cameroun-emeutes-bilan-20080305.jpg?w=516L’exemple de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé réclamant la libération de l’Afrique étant entrain de faire son petit bonhomme de chemin à travers la jeunesse africaine, la France essaie d’étendre le bâillonnement et le génocide de Côte d’Ivoire aux autres pays africains.

 

En effet, en Afrique, le peuple qui s’est le plus investi dans la réclamation du respect des institutions ivoiriennes est celui du Cameroun, de Kribi à Yaoudé et de Douala à Garoua. Ces manifestations ont été réprimées sans pitié. Le fantôme de Bi Mvondo s’est même manifesté pour réclamer le départ de Gbagbo, comme le voulait ses maîtres, lui qui ne trouve pas nécessaire de participer aux conseils de son propre gouvernement, lui qui peut rester cacher plus d’un an.

 

Il y a des événements qui ne trompent pas. Pourquoi c’est par le Cameroun que Sarkozy, Ouattara et Obama ont voulu faire passer les armes qui devaient plus tard servir à détruire le peuple paisible de Côte d’Ivoire? Ici, il faut féliciter la douane des lions indomptables (qu’on dit la plus corrompue au monde) qui ne s’est pas laissée faire. C’était un geste héroïque de nos forces de l’ordre que d’avoir bloqué ces accessoires de la destruction massive des populations africaines. Hélas, ils sont tout de même passés ailleurs pour atterrir en Côte d’Ivoire.

 

Depuis lors, une base militaire internationale est entrain d'être érigée au Cameroun tout en silence et en toute illégalité. N’oublions pas que le Tchad a sa base française, Il en est de même pour le Gabon, Djibouti, le Congo Brazzaville, sans compter la République centrafricaine où le cher Bozizé, à lui seul, peut être considéré comme un bataillon français. Le Cameroun est donc encerclé par les forces coloniales, comme l’était la Côte d’Ivoire. Quel besoin y a-t-il à installer une autre armée sur le territoire que Biya fait semblant de piloter depuis 30 ans bientôt ?

 

Quand on sait que Biya ne fait plus l’affaire de ses maîtres (l’âge et le manque de charisme: c’est lui le doyen qui devrait remplacer Bongo mais malheureusement, ce sont aujourd’hui Wade et bientôt Ouattara qui seront les seuls vrais représentants de la Françafrique), que le Cameroun abrite le Gazoduc venu du Tchad, que le sous -sol Camerounais à lui seul peut justifier une guerre occidentale, qu’autant que la Côte d’Ivoire, le Cameroun est riche de sa diversité culturelle, de son cacao et son café, de ses stars de foots, de ses musiciens internationalement connus, de ses hauts intellectuels, de sa culture d’accueil et de paix, et surtout de sa liberté de penser, le salut de la population africaine d’expression française ne viendra que de là, si le génie de Gbagbo et du peuple ivoirien arrive à être maté (ce qui n’est pas encore sûr).

 

La France s’apprête encore à nous flageller au Cameroun comme au début des nos indépendances. Ils sont tellement sûrs ces gaulois, car d’Abidjan à Tripoli, personne ne se met à travers leur chemin.

 

Nous devons absolument éviter le piège tendu à Gbagbo et les ivoiriens : un étranger accepté dans le pays comme instrument de la destruction, une ethnie au passé de combattant de la liberté comme cible principale et diabolisée, créer un semblant de guerre interne, détruire graduellement le tissu économie et social du pays, renforcer la présence militaire étrangère “Française comprise”, phagocyter l’administration , organiser des élections factices et enfin, exécuter un génocide dirigé par la France elle-même.

 

Nous devons à tout prix trouver une parade pour que le Cameroun soit le pays d’où nous tirons notre première victoire de libération afin que les autres pays suivent. Les ivoiriens que nous sommes restons sereins car pour nous, la lutte continue jusqu’à la victoire finale. En maintenant Gbagbo et de simples journalistes en prison pour des accusations imaginaires, ils croient nous distraire de notre objectif. Nous nous battrons jusqu’à la libération totale de l’Afrique. Tous ceux qui tomberont en chemin seront considérés comme des martyrs. Que la France les ait trucidés ou pas, ils mourraient de toute façon.

 

La liberté ne se reçoit pas en cadeau, il faut se battre pour. Le combat que les Burkinabés, les Maliens, les Sénégalais, les Nigériens, les Nigérians, les Togolais et les Béninois sont allés faire en Côte d’Ivoire est un crime colonial. Il faut plutôt se battre pour sa propre liberté chez soi contre le colon et l’ordre mondial qui avilissent le noir depuis des siècles.

Africains, devenons lucides et battons nous pour notre dignité…..

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Loth 06/08/2011 17:56


Non sincèrement, nous aimons tellement notre pays, que nous ne cèderons pas le flan à une quelconque ingérence d’un pays tiers. Nous sommes matures, pour régler nos propres problèmes.


Textes De Juliette