Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 19:27

5 octobre 2011
Juliette Abandokwe

 

 

Minlend Bipindi, en grève de la faim, entre les mains de la police de Paul Biya

 

Simple mototaximan camerounais, le symbole d'un peuple en profonde souffrance, Bipindi commence une grêve de la faim à Yaoundé le 4 octobre 2011, pour protester contre la candidature de Paul Biya, et contre la continuation implicite de son règne infernal. Il est arrêté par les forces de l'ordre le 5 octobre, et maintenu en détention dans les conditions de répression, d'intimidation extrême, et de torture bien connue par tous les Camerounais. Il sera au minimum matraqué copieusement, par des agents du pouvoir d'une perversité animale, et subira sans nul doute la devenue très banale torture de la "balançoire".

 

Paul Biya, le président librement et démocratiquement élu par le peuple de la République du Cameroun, candidat "naturel" à sa propre succession après 29 ans d'un pouvoir de sang aux yeux, refuse donc même jusqu'au droit au citoyen Camerounais moyen de s’autodéterminer sur sa propre vie.

 

Absolument rien de surprenant. Les preuves et les illustrations d'un pouvoir désespéré et aux abois, profondément destructeur et démoniaque, sortent au grand jour les unes après les autres. 

 

Que Minlend Bipindi soit en train de grever en public ou qu'il soit torturé et supplicié par la police de Biya à l'ombre des regards, nous avons le devoir absolu de mémoire pour que vive son sacrifice quel qu’en soit l’issue.

 

Il est un symbole. Des Minlend Bipindi il y en a des milliers au Cameroun. Il est de ceux qui refusent que l’intolérable devienne banal dans les esprits, et qui refusent de se taire juste pour préserver le minuscule bout de misère qu’on laisse au citoyen camerounais pour qu’il continue à dire en tremblant « moi je veux juste vivre en paix.» 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Articles de Juliette
commenter cet article

commentaires

Patrick 10/10/2011 18:28


Prendre un acte isolé d’un hors la loi et en déduire que le Cameroun vit sous la dictature est une ignorance de tout ce que nous vivons comme paix, liberté et démocratie.


Textes De Juliette