Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 12:48

17 mai 2012
Juliette Abandokwe

 

Chant de Ralliement
Hymne National du Cameroun

 

Utilisé officieusement depuis 1948, il fut adopté officiellement en 1957. La musique a été composée par René Djam Afame, qui écrivit aussi les paroles avec Samuel Minkio Bamba et Moïse Nyatte Nko'o. Ses paroles furent modifiées en 1978.

 

 


 

 

 

Réapproprions-nous une fois encore les paroles de l'hymne national du Cameroun, et boycottons la "fête" du 20 mai où que nous soyions!

 

Nous savons tous parfaitement qu'il n'y a strictement rien à fêter, et que les festivités, à l'étranger notamment, sont "offertes" par les autorités consulaires, qui arrosent copieusement ceux des Camerounais qui ne pensent qu'à boire et à manger à vil prix. 

 

Ne soyons pas de ceux-là. Ne mangeons pas l'argent sale que le pouvoir a volé au peuple Camerounais, et qui, recyclé et blanchi, revient dans la bouche même des millions de Camerounais qui se sont exilés pour trouver une vie meilleure ailleurs. 

 

Un régime d'assassins, qui ne pense qu'à cultiver la diversion à tous les niveaux, pour que la pilule soit moins douloureuse à avaler. 

 

Ne nous leurrons pas. Le pouvoir de Paul Biya méprise son peuple jusqu'à la lie. Ne jouons pas son jeu. 

 

Restons chez nous le 20 mai, ou allons boire à la santé du Cameroun des Camerounais entre amis, dans une ambiance de recueillement qui doit nous permettre de penser très fort à tous ceux qui ont perdu la vie pour leur patrie.

 

Pensons notamment à ceux qui ont été massacrés par le pouvoir en février 2008. Pensons à tous ceux pour qui l'heure n'était pas vraiment l'heure. Pensons également à tous ceux qui sont mutilés dans leurs droits essentiels parce qu'ils ont osé rappeler à Biya et au peuple que la démocratie ce n'est pas ce que nous voyons, et que le "choix du peuple" n'est pas du tout le choix du peuple camerounais. Paient de leur liberté ceux qui tentent par leur réflexion de réveiller des esprits que Paul Biya ne veut en tout cas pas réveiller.

 

Ne nous laissons pas aveugler par la mangeoire le temps éphémère d'un jour ou d'une soirée! Les festivités du 20 mai font partie de la narcose...

 

Le 20 mai est bel et bien un jour de deuil.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Articles de Juliette
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette