Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 13:21

8 février 2011

Centrafrique Presse

 

vote-a-Bangui-4eme.jpgChaque jour qui passe apporte son lot de révélations sur la parodie d'élections qui a eu lieu le 23 janvier 2011 en Centrafrique, notamment sur l'ampleur de la fraude du clan bozizéen. Par exemple, à Kabo où la CEI a cru annoncer la victoire au premier tour de Francis Bozizé, la réalité de ce qui s'est passé est tout autre. Kabo est une ville martyre qui a beaucoup souffert de la terreur de Francis Bozizé pendant la rébellion de son père. Tueries, incendies volontaire de maisons...

 

On ne voit pas comment la population de cette ville peut spontanément élire ce monstre de rejeton. En effet, c’est une dame, Mme Edith Badingar candidate indépendante qui était en tête suivie par le candidat du MLPC, Clément Nobona. Informé, le clan Bozizé a aussitôt dépêché un convoi militaire de la GP kidnapper le sous-préfet de la ville qui est ramené manu militari à Bangui et dans la même nuit de leur arrivée, conduit à Sassara. Là, ils ont procédé à leur guise aux falsifications et modifications nécessaires pour faire gagner Francis Bozizé au premier tour. Comment peut-t-on appeler « élections » un tel carnaval.

 

S’agissant de Carnot, c’est par la terreur et l’intimidation que les soldats de la garde présidentielle ont fini par imposer comme députée de Carnot 1 la maîtresse favorite de Bozizé, Renée Madeleine Sambo Bafatoro qui a clairement fait chanter son président d’amant que si elle n’était pas élue dès le premier tour comme Monique sa rivale à Bimbo 2, elle allait rompre avec lui et retourner vivre en France avec ses enfants.

 

Jusqu’à présent, Carnot continue de vivre sous la terreur de la garde présidentielle qui n’arrête pas de persécuter et spolier les collecteurs et opérateurs économiques de la ville qui sont accusés de n’avoir pas voté le KNK et d’avoir soutenu financièrement le candidat Ibrahim Aoudou Paco. Ils sont régulièrement victimes d’extorsion d’argent (en général plusieurs millions de F CFA) par un certain lieutenant Abdoulaye de la garde présidentielle. La population est littéralement terrorisée sur les multiples barrières routières sur l’axe Carnot-Berbérati et Carnot–Baoro où les téléphones portables et sommes d’argent sont systématiquement arrachés aux voyageurs et confisquées.

 

C’est dans ce contexte que les concurrents de la maîtresse de Bozizé de Carnot dont Ibrahim Aoudou Paco viennent d’adresser une lettre de protestation au faux pasteur et nullissime Joseph Binguimalé de la CEI pour dénoncer les nombreuses violations du code électoral pendant et après le scrutin du 23 janvier 2011.

Ces « élections » doivent être annulées purement et simplement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Centrafrique
commenter cet article

commentaires

aristide 15/02/2011 04:24


Il est bien vraix que le centrafricain aspire a la paix, mais a l heure ou nous sommes et bien je pense que les Centrafricains doivent se lever comme une personne pour booter le Dictateur Bozize,
car nous devons comprendre que personne ne viendra en notre aide; donc nous devons le faire pour un meilleur futur pour nos enfants, et je crois que les peuples d Afrique Centrale doivent venir en
aide aux Centrafricains qui demain leur rendront la monaie de leur soutien car nos destins sont unis, de plus nous sommes amenes a vivre ensemble de fait de nos frontieres, il y va du bien etre de
toute l Afrique Centrale qui se trouve etre la partie la plus riche de l Afrique, bien a vous.


TAZ-MBODI Seduisant 11/02/2011 15:15


purement et simplement, c'est tout ce que nous demandons.


Textes De Juliette