Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 22:34

3 mars 2013
Mamadou Sakhir Ndiaye 

pour RFI (vigilance!)

 

Cocora annonce qu'elle va durcir son action

 

En Centrafrique, après la scission au sein de la coalition Seleka et la reprise des hostilités par l’une de ses deux branches, la tension monte d’un cran à Bangui. Les jeunes pro-Bozizé, regroupés dans la « Coalition citoyenne d’opposition aux rébellions armées », la Cocora, se mobilisent. Ces jeunes qui érigent des barrières dans la capitale centrafricaine pour filtrer la circulation ont annoncé le durcissement de leurs actions. La Cocora a également lancé un ultimatum d’un mois au gouvernement d’union nationale : il doit cantonner les rebelles, faute de quoi la Cocora demandera sa démission.

La Cocora, née fin décembre, face à la percée des rebelles de la Seleka qui se rapprochaient de Bangui, revient sur la scène. Fouiller les voitures, procéder à l’arrestation des personnes jugées suspectes ou en lien avec la rébellion, et mener des actions de vigilance, telles sont ses actions. (Monsieur Ndiaye, ne confondez pas Cocora avec le M23 du Sénégal. Le M23 n'a jamais tué à la machette des ressortissants de l'ethnie de Wade...)

Lévy Yakité, son coordonnateur, veut être explicite : « Lorsqu’on active la flamme du nationalisme, c’est une flamme qui brille, qui brûle et qui ne s’éteint pas vite ! Et rien ne nous dit encore aujourd’hui que tout est fini ! Si le danger est loin de nous, ces barrières vont disparaître d’elles-mêmes ! »

Lévy Yakité enfonce le clou. Un ultimatum d’un mois est donné au gouvernement d’union nationale. Il doit veiller au cantonnement des rebelles et passer à leur désarmement. Sinon, la Cocora demandera sa démission à tout prix, selon son chef : 

« D’ici la fin du mois de mars, si rien n’est fait pour délivrer nos parents des exactions en tous genres, de la part des éléments du Seleka, nous allons demander la démission, pure et simple de ce gouvernement ! Ce gouvernement aura brillé par son incapacité de sauver les Centrafricains ! » 

La Cocora va plus loin. Elle demande que la médiation de la crise centrafricaine soit retirée des mains de la CEEAC, pour être confiée à l’Union africaine, à cause de l’implication de certains Etats dans la crise. Une manifestation est prévue dans les prochains jours par les jeunes, en soutien aux forces sud-africaines présentes dans le pays. Les jeunes partisans de François Bozizé entendent également interpeller le président Jacob Zuma, pour qu’il renforce la présence de ces troupes en Centrafrique, afin de contrer une possible entrée des rebelles dans la capitale. 

 

Note de Juliette:

Il est utile de rappeler que le gouvernement d'union nationale, dirigé par Tiangaye, l'ennemi no 1 de Bozizé, est intensivement saboté par celui-ci. Après avoir été "sauvé" par les sud-africains, les chefs d'Etat d'Afrique centrale et les accords de Libreville, Bozizé se retourne dans son trou puant l'impunité, avec un médiateur "Sassou" qui refuse de faire une médiation digne de ce nom. Les accords ne sont pas respectés, les prisonniers politiques ne sont pas libérés, le nouveau gouvernement est une fabrication illégitime de Bozizé qui, grâce à une petit tour de passe-passe dont seul lui connait le secret, n'est pas le gouvernement que le PM avait désigné. 

De toute évidence, nous sommes retourné à la case départ, tous les ingrédients pour faire reprendre les hostilités sont là. Les milices pro-Bozizé à Bangui reprennent leurs machettes, certains groupes rebelles sont prêts à reprendre là où on était arrivé avant le mic-mac de Damara: Bozizé dehors ou rien.

 En outre, il est inutile de blâmer Seleka aujourd'hui pour tout ce qui se passe! Nous le savons tous parfaitement, le seul et unique responsable de toute cette gabegie c'est François Bozizé et son cerveau dépravé de prédateur sanguinaire. Ceux qui blâment Seleka ou qui font une équation de violation des droits humains de 2 poids 2 mesures, doivent rapidement prendre leur carte de membre du KNK s'ils ne l'ont pas déjà, puisque de toute évidence, ils supportent mieux les exactions de Bozizé depuis 10 ans que celles de Seleka depuis moins de 3 mois. 

Les violences doivent cesser, c'est clair, mais de tous les côtés en même temps. Ne nous trompons pas de cible et ne jouons pas à la diversion. Nous risquerions très vite de nous transformer en autruches........

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Centrafrique
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette