Textes de Juliette

5 juillet 2012
Gaspard Zangbi

 

Le constat est amer. Cinquante ans après sa naissance, la République Centrafricaine (RCA) n’existe que de nom. Nous sommes tout au plus un ensemble de gens de bonne volonté rassemblés quelque part entre les 2° et 11° parallèles nord et les 13° et 27° méridiens est, sur une superficie de 622 980 km2 à cheval sur la grande forêt équatoriale (au sud) et la zone des savanes (au nord). Nous ne suscitons ni considération ni compassion du reste du monde. Nonobstant notre évaluation de son QI, Bozizé a bien cerné cette indifférence du reste du monde face à la RCA pour disposer de nous à sa guise. Si, par impossible, Bozizé voulait être le pasteur amoureux qui chante la bergère, donnons-lui une énième seconde chance qui doit être la bonne et la dernière.

 

Toutes les institutions républicaines centrafricaines figurent mais n’existent pas. Je l’ai écrit et démontré lorsque j’ai dénoncé la détention arbitraire et séquestration du personnel de la moribonde sinon défunte SONATU qui continue d’ailleurs à croupir en prison sans être entendue. Comme quoi, la boziziecratie est têtue et cruelle. Il n’y a pas longtemps le président du MDREC, M. Joseph Bendounga, a fait le même constat de l’inutilité de nos institutions. Sous d’autres cieux, je vous assure, ces présidents de l’Assemblée nationale, de la Cour constitutionnelle, du Conseil économique, le Premier ministre, etc. seraient arrêtés, jugés selon les règles de l’art et envoyés en prison. De l’aveu même de la quasi-totalité des hauts agents de l’État, les décisions leur viennent plus souvent qu’autrement de la présidence de la République. La pléthore de conseillers et autres à la présidence de la République se plaint, elle, de la difficulté de travailler avec le président que tous décrivent comme un homme excessivement irascible et brutal. Qui plus est dans son livre paru en 1997, l’auteur canadien Brian Titley s’est attardé sur la brutalité de Bozizé récompensée par Bokassa qui le promut du grade de sous-lieutenant à celui de général après qu’il eut frappé un français qui manqua de respect envers Bokassa.

 

Bozizé, homme-orchestre pour rien faire !

 

Par définition de ministre délégué et de député suppléant, force est d’admettre que Bozizé est à lui seul trésorier-payeur général, président des Conseils d’administration des entreprises et offices publics de Centrafrique, ministre de la Défense, ministre des Mines, député du IVe arrondissement, président de la République, et j’en oublie certainement. Cela fait un peu gourmand voire égoïste pour un seul homme quand on sait que le taux de chômage en Centrafrique est d’au moins 80%. Au-delà de la considération socio-économique, se posent naturellement les questions de temps et de compétences. Bien que la tentation soit grande, je refuse de croire que le président de la République réduise les compétences techniques d’un trésorier-payeur général, le rôle clef d’un président de Conseil d’administration d’entreprises et offices publics, les attributions nationales d’un ministre, la grandeur des responsabilités morales d’un député de la Nation voire la plus haute et la plus prestigieuse fonction de président de la République à la simple et seule signature des parapheurs. Avis aux intéressés : peaufinez votre seing !

 

Je dirais, en paraphrasant certains compatriotes plus talentueux que moi qui ont décrit de manière élégante et saisissante la misère du peuple Centrafricain, qu’aujourd’hui, nombreux sont les Centrafricains qui mangent trois à quatre repas par semaine. Dans le Centrafrique d’aujourd’hui, les hôpitaux sont des mouroirs où il manque ne serait-ce que le minimum d’équipements sanitaires et de médicaments, les enfants ne font plus que 12 heures de semblant de cours par semaine. Nos écoles, les écoles de la République, manquent d’enseignants, d’équipements et de matériels didactiques. Dans ce Centrafrique de 2012, hommes, femmes et adolescents se lèvent à 3h00 (du matin bien sûr) pour aller chercher de l’eau potable dans des bidons qu’ils colporteront jusqu’à destination pour toute la famille. L’électricité ne fonctionne que trois heures par quartier à Bangui ou encore dix heures par mois en certains chefs-lieux de préfecture. L’insécurité est menaçante sur les 622 980 km² de superficie. Et comme si cela ne suffisait pas, les routes sont défoncées et les ouvrages d’art tant à Bangui que dans l’arrière-pays s’effondrent les uns après les autres comme des châteaux de sable. Pendant ce temps, les caisses de l’État se vident impunément au vu et au su de tout le monde au profit d’une minorité qui se dit ou se croit invulnérable.

 

J’ai brossé un tableau de relations interpersonnelles d’une part et d’une situation apocalyptique de l’autre. Ma démarche se veut pédagogique. Nous sommes Africains bantous. Le respect des aînés et des supérieurs hiérarchiques est inné en nous. Le président de la République qui est un pasteur a, par une certaine réflexion, compris qu’il ne peut laisser le gros de son troupeau se perdre dans le pâturage. Certes, des erreurs ont été commises dans la façon de mettre la table ; cependant, le mets est appétissant et nous sommes affamés. Donnons-lui une énième seconde chance. Ne t’arrache pas encore les cheveux, mon frère, ma sœur ! Je ne suis pas KNK et je ne le serai jamais (n’en déplaise à La Fontaine !). Je ne suis pas perfide d’une part et d’autre part le KNK disparaîtra du paysage politique centrafricain le 15 mars 2016.

 

Profil du Premier ministre de la transition

 

Les défis du tableau apocalyptique et le déficit de relations interpersonnelles nous imposent un brainstorming stratégique autour de la personne qui sera appelée à assurer les fonctions de Premier ministre de la transition devant avoir les pleins pouvoirs en accord avec la constitution du 24 décembre 2004. Le Premier ministre dont il est question aura comme lourdes tâches de gérer les rébellions de la LRA, de Baba Laddé et celles nationales qui écument la RCA, procéder sans tambour ni trompette à une vérification efficiente du pompage du trésor national ces dix dernières années, concevoir une planification stratégique des fournitures d’eau potable et d’électricité, assurer une gestion efficace de l’unité de cession du médicament (UCM), équiper ne serait-ce les hôpitaux de Bangui du minimum d’équipements sanitaires que tout hôpital digne de ce nom doit en disposer, revaloriser l’éducation, colmater tant que faire se peut quelques tronçons de routes et organiser à la fin 2015 les élections présidentielle et législatives transparentes et crédibles à l’aide d’un fichier informatisé et consensuel. Il est clair que les défis qui attendent le Premier ministre de la transition sont bien énormes. C’est pourquoi son choix est urgent et doit répondre à des critères rigoureux. Dans les critères énumérés ci-dessous, le masculin est épicène.

 

Premier critère : un candidat nouveau qui ne s’est jamais associé, ni de près ni de loin, à aucun des régimes qui se suivent et se ressemblent depuis 1979. Plus deloser  !

 

Deuxième critère : un Honnête homme au sens de Nicolas Faret mais pour servir le peuple centrafricain qui, à mon avis, n’a connu que mépris. Les défis et la définition de tâches requièrent que le candidat à la primature de transition sache quelque chose de tout que de savoir tout d’une chose. Montaigne dirait que le candidat doit avoir la tête bien faite plutôt que bien pleine.

 

Troisième critère : un candidat intransigeant sur le respect de la feuille de route de trois ans et quelques mois, la séparation de pouvoir et l’application des textes et résolutions et recommandations au risque de rendre son tablier.

 

Quatrième critère : le candidat doit être un fédérateur, un conciliateur qui puisse rassembler les Centrafricains en cette période où l’unité nationale est mise à rudes épreuves. Il doit posséder des capacités fédératrices à ménager les pros et anti-KNK. Le but n’est pas de dominer ou d’humilier l’une ou l’autre des parties. On doit à tout prix éviter le triomphalisme et l’arrogance d’un côté et de l’autre, la frustration et la résignation.

 

Cinquième critère : un mandat d’une durée rigide de trois ans et quelques mois, non prolongeable, non renouvelable. Le titulaire ne sera candidat ni à l’élection présidentielle ni aux législatives.

 

Comité de sélection du Premier ministre de la transition

 

Oui à une énième seconde chance mais pas à n’importe quel prix et surtout pas un chèque en blanc. Nous ferons les choses comme du monde en commençant par la mise en place d’un comité circonstanciel de sélection du Premier ministre de la transition dont la composition peut faire l’objet ou pas de consensus entre le président de la République, l’Assemblée nationale et l’opposition. Les ambassades et consulats, la Direction générale de la planification au ministère du Plan, les associations estudiantines, parents et amis seront mis à contribution pour constituer une banque de candidats qui sera publique. Le comité de sélection aura par la suite la difficile et ingrate tâche de choisir, d’après les critères ci-dessus, cinq Premiers ministrables parmi les noms proposés qui seront contactés selon les règles de l’art. En cas de désistement, on contactera le 6e sur la liste et ainsi de suite afin d’avoir cinq candidats au premier tour. Ceux et celles qui accepteront l’insigne honneur d’être sur la liste des Premiers ministrables enverront au comité de sélection leur curriculum vitae (CV) et une ébauche de départements ministériels donnant une idée de la taille de leur équipe gouvernementale. Par la suite, le comité de sélection interviewera et évaluera chacun des cinq candidats et remettra, sans recommandation aucune, au président de la République les noms et coordonnées des TROIS plus performants des cinq candidats.

 

Mais où est donc ce Premier ministre de la transition ?

 

Il ne fait aucun doute, quant à moi, que cet oiseau rare porteur de notre salut est dans un nid centrafricain à l’étranger, dans la diaspora. Contrairement à ce que pense ce ministre camerounais de, je ne sais quoi, le Centrafrique regorge de cadres très compétents qui enseignent dans des universités occidentales, opèrent dans les hôpitaux français, construisent des routes et ouvrages d’art en Europe. Il est temps d’appeler ces fils et filles de Centrafrique au chevet de la Nation qui se meurt.

 

Méfions-nous, cependant, des intégrations par parties distillées depuis un certain temps sur CAP. Au fait que veut Nguérékata ? Prendre sa revanche sur Gbéti ? J’ai trouvé de mauvais calcul cette initiative d’adresser aux mamans centrafricaines des souhaits de bonne fête des mères dans un journal en ligne sachant pertinemment que ces braves dames sont à 90% illettrées sans parler de l’internet qui n’est accessible qu’à environ 5% de la population centrafricaine.

 

Pour finir, je note avec un écœurement certain la naissance de "Sauvons le Centrafrique". L’opposition centrafricaine comme l’opposition gabonaise (pour ne citer que celles-là) sont allées aux présidentielles en rang dispersé ; elles ont perdu. L’opposition sénégalaise est allée aux présidentielles en rang serré ; elle a gagné ! Un certain Démafouth a mis tous ses œufs dans le panier de Premier ministre de Bozizé II ; il s’est retrouvé en prison. Je ne peux résister à la tentation de mettre en garde les perfides que le général Bozizé excelle dans l’art de diviser pour régner.

Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés