Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 17:58

26 août 2011
Projet 2014

 

Note de Juliette: Texte géographiquement transférable ailleurs.

 

Comment combattre l’impunité dans laquelle opèrent nos bourreaux congolais, soutenus par leurs partenaires étrangers, sans plus attendre ?

 

1. La première chose que nous devons comprendre est que ce ne sont pas des assassins, des pilleurs, des traîtres, des voleurs de la nation, incapables, paresseux qui pourront un jour instaurer un état de droit au Congo.

 

2. La seconde chose qu’il nous convient de comprendre, c’est que, quelque soit les bonnes volontés de nos partenaires ou amis éventuels, ils ne peuvent pas développer le Congo à notre place, quand bien-même, ceux d’entre eux qui sont sincères et fidèles nous sont utiles, par l’aide qu’ils sont susceptibles de nous apporter pour nous développer plus vite que nous ne le ferions seuls ou presque.

 

3. La troisième chose que tout congolais doit se mettre à l’esprit est que la construction d’un état uni, fort, paisible et prospère ne peut pas se réaliser tant que nous nous laissons enfermer dans nos égoïsmes, dans nos tribalismes, dans nos régionalismes, dans nos nationalismes, dans nos fanatismes infructueux.

 

4. La quatrième chose dont les congolais doivent tenir compte est la nécessité d’une nouvelle naissance chez l’être humain pour que celui-ci passe du monde des ténèbres et de la méchanceté vers la famille de la lumière et de la bonté. Cette conversion est indispensable chez tout congolais qui se voudrait participer à la pacification et à la prospérité du Congo.

 

Il est donc indispensable, impérieux que nous trouvions comment remplacer ces hommes, que nous avons-nous-mêmes commis à la gestion de l’Etat, par des hommes intègres, patriotes, capables, intelligents et sages. Il est aussi indispensable que chaque congolais, décidé à devenir acteur de développement, tant au niveau individuel et qu’au niveau collectif, s’impose un nouveau mode de pensée, des nouvelles méthodes de travail, pour se qualifier bâtisseur d’une nation unie, paisible et prospère au Centre de l’Afrique.

 

Nous nous devons rapidement, en tant que peuple, établir une liste exhaustive de nos partenaires et de nos amis tout en distinguant bien les deux. Cette liste, qui doit être établie sur la base des rapports que nous avons déjà eu avec ces états étrangers et non sur la base des sentiments puérils qui caractérisent jusqu’ici nos rapports aux tiers et qui sont à base de nos nombreux déboires d’aujourd’hui.

 

Dans le but de nous approprier notre Congo, nous nous devons d’étudier et de comprendre, ensemble, les modalités d’une construction nationale sûre, durable, solide. Il est donc question, d’expurger notre espace politique, notre administration et nos cultures de toutes les velléités égoïstes, tribalistes, régionalistes et nationalistes improductifs, pour les remplacés par des esprits altruistes, civiques, fiers d’être congolais, élevés dans leurs pensées et dans leur agir, productifs au temporel et au spirituel, indépendants, libres, décomplexés, équilibrés. La rédaction d’un projet de société qui soit le plus démocratique et le plus complet est, au sein du Projet 2014, la démarche volontaire, patiente, mais sûre pour amener notre peuple à prendre les vrais engagements citoyens et à cesser de se complaire dans des lamentations qui ne porteront aucun fruit savoureux.

 

Il faut déduire de notre quatrième prémisse qu’il soit illusoire de compter sur des hommes qui, volontairement, demeurent sans foi ni loi. Ces non convertis, ces païens, ne peuvent en aucun cas nous être utiles dans notre quête d’une pacification, d’une unification et d’une prospérité au Congo. En revanche, il convient d’avoir toujours à l’esprit qu’ils sont, par essence, des obstacles dressés sur notre chemin que nous devons apprendre à écarter ou à surmonter, démocratiquement, et non à coup de meurtres, à l’opposé de la manière dont agissent jusqu’ici la plupart de nos politiciens dont les mains sont pleinement couvertes du sang congolais et étranger. Ces hommes aux consciences flétris, ne peuvent que se dresser en obstacles sur notre marche et cela se comprend, humainement parlant. Seuls, ceux d’entre eux, à qui Dieu fait grâce de reconnaître leur culpabilité, nous rejoignent et commencent à apprenne une nouvelle vie, celle des hommes mus, saisis par l’amour divin et portés vers les autres congolais, par amour.

 

Par rapport à ce combat, dans notre rapport à l’impunité, dans le cadre du Projet 2014, nous prenons une longueur d’onde d’avance sur nos précurseurs. Très lentement mais sûrement, nous nous forgeons une image forte. Pour cela, nous veillons à nous associer des congolais soucieux de la justice et pas seulement du droit, de la paix et non seulement de la tranquillité, du développement et non seulement du progrès.

 

C’est pour cela, que nous invitons tous ceux qui veulent participer, à la vraie lutte contre l’impunité à nous rejoindre. Nous les invitons à nous rejoindre non seulement avec comme objectif de dénoncer les traîtres de notre nation comme le font – très imparfaitement – plusieurs d’entre nous en ce moment. Mais, il s’agit aussi de venir au Projet 2014 avec comme objectif de faire en sorte que le pays soit gouverné et servi demain par des hommes nés de nouveau, qui respectent une éthique sociale démocratiquement établie en vu de participer à la création de la confiance du congolais en son pays et de l’engagement de ce dernier pour la sanction juste et démocratique de ceux qui ont mettent notre pays dans l’état où il se trouve aujourd’hui.

 

La difficulté que rencontre plusieurs à nous rejoindre provient de celle du renoncement au mal que l’on reconnait en soit pour se tourner vers l’amour de sa nation. Un amour impossible tant qu’on n’est pas en mesure d’aimer son prochain comme soit même !

 

Les questions fondamentales sont alors : pourquoi aimerions-nous notre prochain, notre compatriote, comme nous-mêmes ? Que nous fait-il de bon pour que nous lui rendions sa pièce de monnaie ? Que perdrions-nous à ne pas l’aimer ? Comment nous aimerions-nous nous-mêmes ? Pour répondre à ces questions, plusieurs philosophies politiques et plusieurs religions nous proposées que nous devons examiner avant de les embrasser.

 

Notre observation est que le congolais s’est investi dans beaucoup de ces philosophies sans prendre du recul. Le résultat en est les déceptions que vivent plusieurs de nos compatriotes qui espéraient vraiment, qui comptaient sur du vent ! C’est ce que nous développerons dans notre prochaine livraison.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Panafrique
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette