Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 22:37

16 février 2010
Gabon Eco 


Née le 10 février dernier de la fusion de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), du Mouvement africain pour le développement (MAD) et du Rassemblement national des Républicains (RNR), l’Union nationale (UN), nouveau parti gabonais d’opposition qui compte six anciens candidats à la dernière élection présidentielle, a organisé son premier meeting le 14 février à Libreville. Dénonciations, répliques et ambitions.

Porté sur les fonts baptismaux le 10 février dernier, l’Union nationale (UN), formation politique d’opposition composée par trois partis et six anciens candidats à la dernière élection présidentielle, a effectué sa première sortie officielle le 14 février dernier à Okala dans le Nord de Libreville.

Pour contourner le refus des autorités administratives de lui accorder des espaces publics, le meeting a été organisé dans une très grande église servant parfois de salle fête dans la banlieue nord de Libreville. La loi gabonaise n’interdit pas, en effet, les rassemblements dans les lieux privés et clos. Plus de 2000 personnes, drainées par le bouche à oreille, ont assisté à ce meeting. Zacharie Myboto, président de la formation, et tous les autres leaders de la formation y ont pris part, à l’exception de Bruno Ben Moubamba, établi en France.

La plupart des personnalités qui forment l’UN se sont donc succédé sur la scène pour clamer leur unité, dénoncer le nouveau pouvoir gabonais taxé de «démocratie émergeante» et afficher la détermination de ce parti à obtenir une alternance au sommet de l’Etat dans les meilleurs délais.

Le leader et patriarche de cette formation politique, Zacharie Myboto, a martelé que « l'UN c'est l’engagement et la volonté d'œuvrer pour l'unité nationale». Il a rappelé que «c'est la première fois dans notre pays que des partis politiques, de l'opposition de surcroit, cessent d'exister au profit d'un seul parti. C'est la preuve s'il en est que les uns et les autres sont guidés par l'intérêt supérieur du pays en préférant taire leurs égos. » Sans angélisme ou triomphalisme prématuré, le député de Mounana et ex-président de l’UGDD, a tenu à préciser que cette «union a été scellée de manière libre. Certes, la relation qui unit AMO (André Mba Obame – Ndlr) et moi est désormais forte, mais nous ne pouvons pas réussir sans votre apport. C’est pourquoi nous attendons des adhésions massives de votre part (le public).»

Zacharie Myboto s’est également prononcé sur les attaques dont a fait l’objet son nouveau parti politique. Notamment de la part de Paul Mba Abessole taxé d’adepte du va-et-vient entre l'opposition et la majorité. «Son positionnement politique est en tous points hybride et ses attaques ne nous empêcherons pas de continuer notre chemin», a martelé le leader de l’UN avant de s’attaquer à Faustin Boukoubi : «Il nous traite de charognards alors qu'il n'est qu'un triste et vil courtisan qui cache sa peur d'être débarqué du PDG.»

André Mba Obame, secrétaire exécutif de l’UN, a usé de ses talents de communicant pour mettre la foule en ébullition tout en restant sérieux. «Nous avons su procéder au dépassement pour lancer cette dynamique unitaire inédite chez nous (…) Nous atteindrons notre but, à savoir l'alternance et l'instauration d'une démocratie véritable au Gabon, et pour parvenir enfin à une répartition équitable des richesses entre tous ses enfants.»

Dénonciateur, l’ex-candidat à la présidence a tenu à préciser : «Depuis le 3 septembre dernier, nous avons enregistré une série d’épreuves et de faits jamais connus dans notre pays. En termes de violation des principes démocratiques et des libertés publiques on n’a jamais atteint ce niveau-là. Charge contre des leaders et des populations non armées, mise au pas des personnels de commandement, violation systématique de textes, usage immodéré des forces de défense, confiscation des média publics, destruction de média privés, traque et interpellation de journalistes, répression sauvage des manifestations, fichage des fonctionnaires, chasse aux sorcières dans la fonction publique et j’en passe.»

En réponse à ceux qui voient que l’UN ne sera qu’un feu paille, l’ancien ministre de l’Intérieur a déclaré : «Certains proclament dans les salons feutrés du pouvoir et dans les médias aux ordres du régime que l’Union Nationale serait fragile, parce que Messieurs Myboto et Mba Obame ont eu jusqu’à un passé récent des divergences politiques. À ceux-là, qui souvent nous connaissent bien l’un et l’autre, je réponds : Je comprends la peur qui désormais vous habite (…) Le Président Myboto et moi avons trois points essentiels en partage : 1. Nous plaçons le Gabon notre pays au-dessus de tout et surtout au-dessus de nos humbles personnes ; 2. Nous sommes attachés aux valeurs de la République et à la libre expression de la démocratie ; 3. Nous avons une réelle ambition de développement du Gabon au service de chaque Gabonaise et de chaque Gabonais. Et c’est parce que nous avons en partage ces valeurs et l’ambition de faire du Gabon un grand pays démocratique au service de tous et de chacun, que nous sommes parvenus à la conclusion que ce qui nous unissait était bien plus grand, bien plus fort et bien plus noble que ce qui pouvait nous séparer. C’est fort de cette ambition partagée pour notre pays que je peux inviter les Gabonaises et les Gabonais de toutes les ethnies et de toutes les provinces à devenir UN, comme le Président Myboto et moi sommes UN.»

L’UN est née de la fusion de l’UGDD de Zacharie Myboto, ancien baron du régime Bongo passé dans l’opposition en 2005, du Mouvement africain pour le développement (MAD) et du Rassemblement national des Républicains (RNR). En sus de Myboto, cinq autres ex-candidats à la dernière présidentielle en font partie : André Mba Obame, Bruno Ben Moubamba, Casimir Oyé Mba, Jean Eyéghé Ndong, Jean Ntoutoume-Ngoua. Des membres non moins éminents de l’ex-parti unique ou des anciens ministres sont également sociétaires de la formation, à l’instar de Paulette Missambo ou de Pierre-Claver Zeng-Ébome
.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Gabon
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette