Textes de Juliette

28 février 2012

Juliette Abandokwe

 

 

La France, à travers Juppé, parle d'un air indigné de ce qui se passe en Syrie. "Déjà 8000 morts" dit-il.... "un véritable crime contre l'humanité".........


Un homme c'est un homme, c'est vrai. Mais la « barbarie » à deux vitesses est quand même ahurissante.

 

Car en même temps je pense notamment aux 400 000 civils camerounais bombardés au napalm par l'aviation française entre 1955 et 1971.

 

Selon Wikipedia « Le napalm cause de graves brûlures sur les personnes exposées, de par ses projections enflammées. Sa texture de gel colle à la peau et brûle les tissus jusqu'à l'os sans qu'il soit possible de stopper sa combustion. Il est illusoire de vouloir refroidir les plaies avec de l'eau. (...) En plus de sa puissance létale, le napalm est connu pour l'impact psychologique important qu'il exerce sur ses victimes. De plus, les écosystèmes touchés par le napalm sont détruits pour plusieurs années (politique de la terre brûlée). »

 

Alain Juppé demande que la CPI soit saisie pour inculper Bachar El Assad pour crime contre l'Humanité.

 

En 2009, François Fillon a déclaré lors de sa visite au Cameroun, que les victimes de bombardements français au Cameroun « c'est de la foutaise ».

 

La France est donc doublement coupable. D'abord, de crime contre l'Humanité pour ne parler que du Cameroun, sur un territoire déclaré souverain et indépendant. Et ensuite coupable de révisionnisme, ignorant les milliers de morts qu'elle a causé, déclarant leur inexistence d'un désinvolte geste de la main.

 

Barbarie dans la Syrie d'Al-Assad.

Barbarie dans la France de De Gaulle et de Pompidou.

 

En Algérie certains parlent de 15% de la population massacrée par la France après 1945.

 

A-t-on entendu une seule fois depuis que la CPI existe, ou même avant, que la France devait être traduite en justice et sanctionnée pour quoi que ce soit?

 

La France a massacré depuis les soi-disant indépendances des millions d'Africains, en passant par les assassinats politiques, les coups d'Etat et autres" opérations Baracuda ou Licorne" et leur impact sur les populations civiles, sans compter les innombrables victimes des monumentaux crimes économiques par le biais du recel des multinationales françaises et leur totale immoralité à l'encontre du traitement des travailleurs locaux, que l'on peut assimiler à de l'esclavage pure et simple. Sans compter la complicité de la France dans la confiscation du droit à l'autodétermination, et son soutien offert dans un marché de gagnant-gagnant à des dictateurs véreux et sans scrupule qui, sans aucune arrière-pensée terrorisent et massacrent pour mieux régner.

 

Les crimes d'Al-Assad le Syrien sont là, indéniables.

 

Mais la France, une fois de plus, se pose en justicière, arrogante, sûre de sa supériorité, négationniste, impunie, et grande cultivatrice d'impunité partout où elle met ses tentacules.

 

Opportuniste à outrance le lundi, juge et partie le mardi, bourreau le mercredi de ceux dont elle s'est abreuvé le lundi, affamée. Et le jeudi, toujours assoiffée, le sang aux yeux, elle recommence avec les successeurs de ceux du lundi............

 

Et la CPI est là, financée par ceux qui pensent qu'ils ne seront jamais inquiétés par la justice des hommes. Devenue bouclier de l'Occident, elle vaut une institution complètement biaisée par ses souteneurs, tout comme d'ailleurs les institutions que la France a semé aux heures des « indépendances » pour faire croire aux « affranchis » qu'ils étaient désormais libres : la « Justice », la « démocratie », la « Constitution », le « président », l'« assemblée nationale », les « élections », et tant d'autres. Tout un ensemble de concepts angéliques qui se sont transformés en fossoyeurs de très nombreux Africains aujourd'hui.

 

La France donc demande aujourd'hui que Bachar El-Assad soit traduit devant la CPI, au nom de la barbarie et des crimes contre l'humanité qu'il commet en Syrie.

 

La France, défenseur de la justice et de la démocratie.

Dénonciatrice de la barbarie et des crimes contre l'humanité.

 

La France...... omniprésente en Afrique, par devant et par derrière.

La France, fossoyeuse des droits de l'Homme, receleuse de biens publics, complice de meurtriers sanguinaires et machiavéliques, demande que la CPI se saisisse de Bachar Al-Assad pour crimes contre l'humanité.

 

Quand le bon face à la brute est en réalité le truand ! 

La brute et le truand devant la CPI, ensemble, au nom d'une justice unique, la même pour tous. 

 

A bon entendeur.  

Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés