Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 16:58

28 août 2011
Ndomadji Ndodegué

 

Droits de l’Homme Sans Frontières (DHSF) organise ce samedi 27 août 2011, au Centre d’Accueil et de Formation sis au quartier Abena dans le 7ème arrondissement, une journée de réflexion sur les évictions forcées au Tchad. Cette rencontre a regroupé une quarantaine de représentants de déguerpis de différents quartiers concernés à savoir Farcha, Gassi, Chagoua et Toukra.

 

Le Président de Droits de l’Homme Sans Frontières, Deuzoumbé Daniel Passalet, a rappelé que depuis 2008 jusqu’à nos jours, de nombreuses personnes ont perdu leurs domiciles et leurs parcelles au profit de l’Etat ou des particuliers. Pour lui, cette situation est anormale.  « En principe, l’Etat doit préparer l’esprit des citoyens sur le problème de déguerpissement et d’expropriation. Ce sont des choses qui sont prévues par nos textes à savoir l’article 67 de la Constitution et les droits internationaux que le Tchad lui-même a ratifiés », a clarifié le président de DHSF.

 

Mais il constate avec regret que toutes ces choses n’avaient pas été faites. Pour lui, depuis le déclenchement du déguerpissement et de l’expropriation à N’Djamena, plusieurs comités de crise ont été créés de manière spontanée pour défendre les intérêts des victimes. Ces comités ont travaillé d’arrache-pied, certains ont déposé des requêtes devant les tribunaux et d’autres se sont résignés. « Et le nœud du problème réside au niveau de l’exécution », précise Deuzoumbé Daniel Passalet.

 

Le président de Droits de l’Homme Sans Frontières a également déclaré que son organisation n’est pas contre le projet du Gouvernement qui consiste à faire de N’Djamena la vitrine de l’Afrique centrale. « Il faut cependant que cela se fasse dans les normes. Il faut concilier l’embellissement de la ville et les intérêts des citoyens puisque le droit en prévoit », précise t-il.

 

M. Deuzoumbé Daniel Passalet exhorte le Gouvernement à revoir sa politique dans le domaine de déguerpissement et d’expropriation. Car, pour lui, il est difficile d’avoir à N’Djaména à la fois un lopin de terre ainsi que de l’argent pour la construction. Il a rappelé au Gouvernement que ces déguerpis ont sacrifié leur vie pendant desdécennies pour avoir un habitat. « Et voilà qu’ils sont déguerpis d’une manière arbitraire. Où habiteront-ils », s’est interrogé le président de DHSF.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Tchad
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette