Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 16:14

2 juillet 2013
Source: Sozowala



Depuis Dimanche 30 Juin au soir, on assiste dans les avenues et rues de Bangui la capitale à une grande parade de toutes les armées étrangères en Centrafrique. Un évènement sans précédent depuis le début des atrocités avec l’arrivée de la SELEKA au pouvoir le 24 Mars. Ce spectacle marque, dit-on, le lancement officiel des opérations de désarmement et de cantonnement des « éléments incontrôlés et autres » en détention irrégulière d’armes à feu et munitions de guerre.

A première vue, nous, populations exaspérées des exactions, avons poussé un ‘’enfin‘’ et un 'ouf' de soulagement. Surtout après le n forfait commis par les éléments de la tristement célèbre SELEKA peu avant le week-end dernier à Gobongo et qui a débordé le vase déjà plein des Banguissois. En effet, depuis les évènements de Vendredi 28 Juin, on assiste à des manifestations insolites de dimension populaire à travers les arrondissements de Bangui. Dénonciations des ‘’quidams’’ et ‘’complices’’, leur désarmement spectaculaire(comme à Boy-rabe) mais aussi des concerts de sifflets et casseroles à chaque irruption ‘’des barbares’’ dans les quartiers. Ces faits démontrent réellement une prise de conscience générale et la détermination à en finir avec les exactions de la SELEKA.

Seulement , pour les autorités de la SELEKA cette atmosphère est malsaine et n’augure pas un lendemain meilleur pour elles. C’est pourquoi nous avons assisté le week-end dernier et assistons encore, quasi au même moment des réactions de la population, à une activation de ce que j’appellerais les plans B et C de la SELEKA.

I. Le plan B : limogeage de DHAFFANE et démarrage de désarmement-cantonnement

Des indices décèlent que ces manœuvres manquent d’authenticité et font croire de facto à une vraie parodie. Daignons scruter quelques unes.

Après l’intervention du super ministre d’Etat, le numéro 4 de la coalition au pouvoir sur les antennes de RFI au lendemain du pogrom de Gobongo réclamant un dialogue inter factions, celui-ci est immédiatement viré du gouvernement Tiangaye III. On nous fait comprendre qu’il est auteur de comportements et actes indignes de foi : recrutement de pseudos mercenaires, séquestration de multiples villas privées, ‘fraudes fiscales ou confiscation de recettes’, usurpation de titre ou d’honneur réservé… Le distingué malfaiteur arrêté est passible d’etre transféré au Tchad. Aussitôt un assaut est lancé à l’endroit de ses partisans de combattants. Conjointement le désarmement officiel est lancé à Bangui dans la journée de Lundi 1er Juillet.

Mais, chers compatriotes, quel genre de désarmement ? Tous les Centrafricains ne sont pas des jobards. Hier, j’étais présent, dissimulé dans la foule qui délirait, au quartier Sara dans le 5e arrondissement de Bangui. Mes yeux ont pu voir les vrais premiers désarmés et arrêtés. C’étaient tous des Centrafricains de pure souche. Ils étaient fourrés comme des bœufs dans le gros camion de convoyage de la SEGA destiné à cette besogne. J’ai remarqué à la tête des éléments Tchadiens de la FOMAC chargés des dites opérations, un tout rayonnant Noureddine ADAM, le tout puissant ministre d’Etat à la Sécurité Publique et le numéro 2 de la SELEKA de même nationalité( Tchadienne) que les autres qui composaient les équipes sur place.
Alors, nous sommes en droit de nous poser un certain nombre de questions :

- Pourquoi le limogeage de DHAFFANE intervient juste au moment du réveil des populations ? 
- Pourquoi prétendre transférer DHAFFANE au Tchad au lieu de le juger et le condamner par la justice Centrafricaine si réellement tel a commis des forfaits qui vont à l’encontre de la Nation Centrafricaine ? Ainsi faisant, ne serait-ce pas démontrer l’autorité de la SELEKA d’obédience vraiment Centrafricaine ? 
- Pourquoi le contingent Tchadien de la FOMAC et surtout Nourredine pour désarmer alors que les éléments Français et Congolais présents à Bangui sont ceux-là mêmes qui nous ont volés au secours dans les jours passés contre les attaques et braquages de la SELEKA enregistrés çà et là ?
- Que se cache-t-il derrière tout ce grossier montage ?

En tout cas, les éléments Tchadiens de la FOMAC que nous voyons dans ce désarmement ne sont pas différents des enturbannés de la SELEKA qui terrorisent : même look , même langage. Cela renforce la pensée que « les oiseaux de même plumage vont nicher ensemble ».

A vrai dire tout ce méli-mélo n’est qu’une comédie pour nous distraire et nous endormir la conscience en vue du passage de la SELEKA a son plan C. Autrement, l’idéal avec ce plan B serait de dépouiller les centrafricains de tout résidu d’armes de légitime défense. Si non, où est la place des FACA dans tout ce spectre ? Matière à réflexions…

II. Plan C : prévisions et avant-garde

Oui ce plan C de la SELEKA concerne des perspectives dont nous pouvons ‘conjecturer’ à volonté. Persuadés que depuis l’arrivée de cette coalition assassine nos devinettes et prophéties se réalisent jour après jour.

D’autant que le grand pousseur de pions sur notre échiquier demeure le ‘grand soudard’ du nord aux dents rougies de kola, il n’est pas surprenant de voir que toutes les cordes tirent vers lui. Nos conjectures ne seront jamais des vérités fondées sur les apparences.

Ce plan C prévoit des actions et applications dans les cas suivants :

- La tete de la SELEKA pourrait être décapitée par un coup de force(extérieur ?) par les armes ou par la procédure judiciaire(CPI)
- La SELEKA pourrait être interdite de se présenter aux élections prochaines
- La SELEKA devrait diriger par la présence d’un ‘Va-t-en guerre ‘ de souche Tchadienne
- La SELEKA devrait scinder le pays en cas de reprise de la situation par les vrais centros…
- La SELEKA pourrait… Complétez la liste.

Chers compatriotes, la situation à Bangui tend à s’améliorer comme par coup de baguette magique. On l’espère aussi pour l’arrière pays. Mais sincèrement pas pour bientôt. Je demande à la diaspora centrafricaine de continuer les marches et autres manifestations pour pousser les pressions. Nos actions de part et d’autre commencent à porter fruit mais que nos cerveaux ne dorment pas. Par la désobéissance civile nous freinerons la nébuleuse SELEKA en attendant la victoire finale. Vive la Centrafrique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Centrafrique
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette