Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 22:09

Juliette Abandokwe
1er avril 2014

 

Violences des 29 et 30 mars en République centrafricaine - Extrait du point de presse – 01.04.2014


Q - Quelle est votre réaction à la tuerie de ce we à Bangui (24 personnes tuées par des soldats tchadiens) ? cela peut-il remettre en cause la présence militaire tchadienne en RCA, que ce soit au sein de la Misca ou pour évacuer des civils musulmans ?

R - La France déplore les violences des 29 et 30 mars à Bangui, dont la responsabilité incombe pour une large part aux milices anti-balakas.

La France présente ses condoléances aux familles des victimes et assure le peuple centrafricain de sa solidarité en cette journée de deuil national. Elle demande que toute la lumière soit faite sur ces violences et rappelle qu’il n’y aura pas d’impunité pour ceux qui commettent des exactions.

La France soutient la MISCA dans l’exécution de son mandat de protection des populations civiles, en application de la résolution 2127 du conseil de sécurité des Nations unies et avec l’appui de l’opération Sangaris.

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/republique-centrafricaine/la-france-et-la-republique-1216/evenements-19300/article/violences-des-29-et-30-mars-en

 

 

http://www.lanouvellecentrafrique.info/wp-content/uploads/2013/02/dby1.jpgDans les déclarations des représentants de l'Etat français, pas un mot sur la responsabilité d'Idriss Deby, chef suprême des militaires tchadiens en RCA à travers son neveu même père même mère, dans le massacre de plus de 20 personnes le week-end dernier à Bangui.

 

Un flagrant délit de révisionnisme par omission ! Et ensuite ils diront que l'Africain n'est pas entré dans l'Histoire. Voyons voir comment la France va sanctionner TOUS « ceux qui commenttent des exactions ».

 

Pourquoi ne mentionne-t-on pas ceux qui ont tiré sur la population avec leurs armes? Ils sont pourtant au moins tout autant responsables que ceux qui utilisent les civils par ricochet pour atteindre leurs ennemis.

 

MessieursDames l'Etat français,

 

cessez de cautionner les crimes et l'occupation en Centrafrique de votre collègue sous-préfet et ami Idriss Deby Itno, IDI pour les intimes. Vous couvrez l'intolérable, vous vous comportez en maître chez autrui, sur terre centrafricaine, avec votre collègue sous-préfet IDI et vous nous étouffez.

 

Si vous étiez venus chez nous comme vous l'avez clamé à qui a bien voulu vous écouter, pour arrêter cette guerre (en désarmant les belligérants aviez-vous dit), vous manquez singulièrement de neutralité. Vous faites même figure d'une girouette bien huilée, qui tourne au gré de la météo. Tantôt vous faites copain-copain avec les antibalakas, tantôt vous admettez leur diabolisme.

 

Si vous êtes venu faire autre chose que ce que vous aviez dit que vous feriez, c'est que vous vous déclarez ennemi de la nation centrafricaine. Si en plus, devant devant les deux ennemis caractérisés de la nation, soit, d'un côté les milices antibalakas à la solde d'un ex-rebelle-général-président frustré, et de l'autre côté un Deby avec ses satellites hétéroclites qui tournent comme des frelons paniqués là où son neveu les envoie, vous pratiquez la dénonciation à deux vitesses, c'est que vous vous déclarez doublement ennemi de la nation centrafricaine.

 

MessieursDames l'Etat français,

 

personne n'est dupe de vos simagrées de pseudo-défenseurs des faibles. D'autant plus que la faiblesse omniprésente, renforcée par l'absence calculée de l'armée nationale nationale centrafricaine, vous arrange vous et IDI. Nous savons tous sans exception qui est qui dans la maison.

 

En cautionnant systématiquement les activités hétéroclites et criminelles de Deby (pour ne parler que de lui), ne serait-ce qu'en RCA, avec un passé très lourd en terme de politique africaine, vous faites figure d'Etat criminel par excellence, multirécidiviste, imbibé dans la culture de l'impunité, exclusivement intéressé par l'extraction de vos intérêts géo-économiques, et rendant les populations superflues avec l'appui de vos acolytes et garants locaux, antipatriotes patentés.

 

Les milices antibalakas sont, par le biais de leur gourou Bozizé&co, issues de vos manigances locorégionales. Seleka tout autant, par le biais de nombreuses sangsues de fortune qui roulent pour le sous-préfet Deby et ses sbires.

 

MessieursDames l'Etat français,

 

continuez à faire la sainte-nitouche, cela vous sied si bien. 

 

Mais soyez conscient que la roue tourne.....

Même l'Empire romain a fini par se désintégrer... et pas toujours avec douceur et dans l'intérêt des Romains qui, se croyant bénéficiaires de l'Empire romain, en ont finalement été les victimes.

 

A bon entendeur !

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Articles de Juliette
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette