Textes de Juliette

24 mars 2010
Elise Colette
Jeune Afrique

La présidentielle pour les 11 et 24 juin

De nouvelles dates pour la tenue de l'élection présidentielle ont été décidées à Bangui, a appris jeuneafrique.com.

L'élection présidentielle centrafricaine a déjà été plusieurs fois reportée. Dernièrement prévus pour la fin du mois d'avril, les deux tours du scrutin devraient finalement se tenir les 11 et 24 juin, selon une source proche de la présidence. Les Centrafricains sont également appelés aux urnes pour élire leurs députés à l'Assemblée nationale.

La semaine dernière, 
la communauté internationale s'était déclarée inquiète sur l'état de préparation du scrutin, dans certaines régions du pays, et avaient prôné le report de l'élection.

Cinq personnalités se sont déjà déclarées candidates : le 
président sortant, François Bozizé, l'ex-président Ange-Félix Patassé (au pouvoir de 1993 à 2003, avant d'être renversé par l'actuel chef de l'Etat), l'ex-Premier ministre Martin Ziguélé, l'ex-ministre Eloi Anguimaté et la ministre déléguée à la Décentralisation, Marie-Reine Hassen.

 

Elections en Centrafrique: vers un report d'avril à juin
LIBREVILLE (AFP) - mercredi 24 mars 2010

Les élections présidentielle et législatives en Centrafrique, dont le premier tour a été fixé au 25 avril par décret présidentiel, pourraient être reportées à juin, a appris l'AFP mercredi de source officielle depuis Libreville.

"On a pris du retard dans les opérations du processus électoral. De nouvelles dates ont été retenues: le 11 juin pour le premier tour, le 24 pour le second tour" des scrutins, mais "le décret n'est pas encore promulgué", a déclaré cette source jointe à la présidence à Bangui.

Dans un décret publié le 25 février, le président François Bozizé avait convoqué les Centrafricains aux urnes le 25 avril pour les élections générales, en prévoyant la campagne électorale du 12 au 23 avril. Aucune date n'avait été fournie pour un éventuel second tour.

Le général Bozizé, 63 ans, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003 puis élu en 2005, s'est déclaré candidat à sa propre succession. Quatre autres personnalités, dont son prédécesseur Ange-Félix Patassé, 73 ans, -qu'il a renversé- ont annoncé qu'elles brigueraient la présidence.



NDLR : Alors que la CEI de Binguimalé et Bozizé refuse obstinément de procéder à l'indispensable recensement électoral, leur seul souci est d'arrêter la date des élections. Dans le plus grand secret et dans le dos de l'opposition pourtant représentée à ladite CEI et des Nations Unies et des partenaires qui se proposés de financer les élections, Bozizé et Binguimalé ont fait réviser de prétendues listes électorales qui avaient servi aux élections de 2005, fait fabriquer au Togo des cartes d'électeurs et fait venir de Brazzaville des urnes et des lampes. leur intention est claire : organiser coûte que coûte une pseudo élection selon leur propre calendrier.  Les Nations Unies et la communauté internationale vont-elles les laisser aller jusqu'au bout de leur plaisanterie ? Jusqu'à présent, on n'entend aucune voix provenant de l'Union Africaine, de l'OIF, ni de la CEMAC et de la CEEAC, s'élever pour rappeler Bozizé à l'ordre. C'est proprement scandaleux. Ces organisations attendent d'envoyer des pseudos observateurs pour cautionner le moment venu, la mascarade électorale que prépare Bozizé. C'est inadmissible et cela doit être dénooncé dès maintenant.

Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés