Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 09:40

15 juin 2010

Cheick Beldh'or Sigue

Kabila ou le visage d'une dictature silencieuse

 

Mort, retrouvé sans vie dans sa voiture sur la route de Kinshasa, le 2 juin 2010 dernier. Aux appels de détresse répétés de Floribet CHEBEYA, président de l’ONG congolaise des droits de l’homme "La voix des sans-voix", l’Etat congolais aura réagi par un silence pour le moins coupable. 
De fait, Floribet CHEBEYA savait la mort constamment à ses trousses, décidée à lui clouer définitivement le bec pour une cause aussi défendable que dérangeante, à laquelle il aura consacré énergie, foi et engagement sacerdotal. 


Sur le champ de bataille, un grand combattant est tombé, les armes à la main, laissant à la postérité un grand vide sur le front des droits de l’homme en RDC. Car, on le sait, au fil des ans, Floribet CHEBEYA avait fini par se faire un nom. Il était devenu une figure emblématique de la société civile congolaise, en d’autres termes, un de ses derniers Mohicans. Sans doute s’en trouvera-t-il d’autres pour poursuivre le combat, parmi lesquels ce confrère congolais de CHEBEYA qui confiait : "Aujourd’hui c’est lui, demain ce sera moi. Nous sommes tous sur la liste noire". Une liste sur laquelle auront figuré non seulement CHEBEYA, mais aussi des journalistes qui auront aussi, payé de leur vie, leur engagement pour des causes tout aussi nobles.

 

 Face à ces assassinats répétés, on s’interroge : y a-t-il un capitaine dans le navire RDC qui n’en sera certainement ni à sa première, ni à sa dernière odyssée meurtrière ? 

 

 

 

A qui profitent ces crimes et surtout, à l’œil et au doigt de qui les exécutants obéissent-ils ? 
En tout état de cause, aujourd’hui beaucoup plus qu’hier, la RDC offre au reste du monde, la dégueulasse image d’un pays qui a mal à ses libertés individuelles et collectives. 


Quoique qualifié de dictateur et quelles qu’aient été ses tares, l’ex-président MOBUTU se sera au moins illustré par une grande qualité : celui d’avoir été un véritable rassembleur. Aussi ses compatriotes vivaient-ils plus sous la menace extérieure qu’intérieure. 
En effet, aujourd’hui, le péril est plus interne, marqué par des assassinats ciblés visant des poils à gratter du régime. 


Alors, qui sauvera la RDC ? Le président Joseph KABILA ? Rien n’est moins certain. Car sous ses dehors candides, il cache une dictature silencieuse et féroce sans doute nourrie par des réflexes de chef de guerre mal reconverti. 


La RDC se stabilisera-t-elle jamais, avec ces crimes à répétition ?

Le doute est permis, d’autant qu’une chape d’impunité continue à envelopper ces drames. Et dire que c’est dans ce contexte de criminalité que KABILA réclame… le départ de la MONUC, la Mission de l’Organisation des Nations unies en RD Congo !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans RDCongo
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette