Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 09:06
14 décembre 2012
Le Phare


Les troupes du Rwanda, de l’Ouganda, de la Tanzanie et du Zimbabwe annoncées sur le sol congolais.

http://www.france24.com/fr/files_fr/imagecache/france24_ct_player_thumbnail/story/20090121-congo-rwanda-m.jpgLa République Démocratique du Congo va-t-elle être, une fois de plus, le théâtre d’une nouvelle «guerre africaine», selon l’expression consacrée en 1998? A l’époque, on avait compté la présence, sur le sol congolais, des armées de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi, rangées derrière les rebelles congolais du MLC (Mouvement de Libération du Congo), du RCD (Rassemblement Congolais pour la Démocratie), du RCD/K/ML (Rassemblement Congolais pour la Démocratie/Kisangani/Mouvement de Libération), du RCD/N (Rassemblement Congolais pour la Démocratie/Nationalistes) d’une part, et, d’autre par celles du Zimbabwe, de la Namibie et de l’Angola, venues au secours du régime de M’Zee Laurent Désiré Kabila.

En effet, pendant qu’à Kampala, les délégués du gouvernement congolais et de ceux du M23 sont attendus ce vendredi à la table de la facilitation ougandaise pour présenter leurs amendements aux projets d’ordre du jour et du calendrier de travaux, les bruits de bottes se font de lus en plus s’entendre dans la province du Nord-Kivu. Entre-temps, la Tanzanie d’abord et le Zimbabwe ensuite viennent de se signaler comme pays contributeurs en troupes dans l’optique du déploiement, d’ici fin décembre 2012, de la Force Internationale Neutre dans l’Est du Congo. D’autres Etats de la SADC, tels l’Angola et le Congo/Brazzaville, seraient prêts à faire autant. Que pourrait-il se passer si les troupes « non invitées » de l’Ouganda et du Rwanda se positionnent en territoire congolais en même temps que l troupes « invitées » dans le cadre de la Conférence Internationale des Grands Lacs. Le décor d’une nouvelle guerre africaine ne serait-il pas parfaitement planté?

ADF/Nalu, LRA, FDLR : fonds de commerce de Museveni et Kagame

A en croire la Société civile ainsi que des autochtones du Nord-Kivu, il s’observe depuis plusieurs jours des mouvements des troupes de l’Ouganda le long de la frontière commune, plus précisément dans le couloir allant de Kasindi à Bunagana. Tandis que des éléments de l’armée rwandaise sont aperçus dans le territoire de Nyiragongo, où ils auraient déjà occupé plusieurs localités.

Tout se passe comme si, à l’imagé de ce qui s’était produit en 1996 et 1998, le plan d’une nouvelle invasion militaire de la partie Est de la République Démocratique du Congo par les armées ougandaises et rwandaises serait déjà en chantier Quel message Kampala et Kigali chercheraient-ils à envoyer en direction de Kinshasa, après avoir réussi à démolir, au niveau du Conseil de Sécurité des Nations Unies et de la Conférence Internationale pour la Région de Grands Lacs (CIRGL), la thèse de leur participation à l’agression de la RDC, sous le couvert du M23?

Du côté tant de Kampala que de Kigali, on laisse entendre que les « forces négatives » étrangères hébergées par le Congo Démocratique (ADF/Nalu, LRA et FDLR) auraient repris leurs activités déstabilisatrices des régimes de Yoweri Museveni et Paul Kagame. D’où, la mobilisation des troupes de l’Ouganda et du Rwanda, voire leurs incursions à l’intérieur des terres congolaises seraient justifiées par l’impératif de la prévention des attaques des rebelles ougandais et rwandais.

A dire vrai, le fond de commerce attitré’ de Museveni et Kagame pour « légaliser » leurs safaris militaires en RDC est réactivé. Comment expliquer la présence des rebelles de l’ADF/Nalu, de la LRA et des FDLR dans des territoires contrôlés paradoxalement par le M23 ? Les autorités rwandaises et ougandaises sont les seules capables d’expliquer une situation aussi cocasse.

Ce qui intrigue, dans les allégations ougando-rwandaises contre le régime de Kinshasa, c’est le choix du corridor où campent, depuis le mois d’avril 2012, leurs protégés du M23. Les observateurs pensent que l’Ouganda et le Rwanda sont en train d’exécuter un agenda caché, consistant à apporter de nouveaux renforts en hommes, armes, munitions et logistique à ce mouvement rebelle, pendant que les négociations congolo-congolaises de Kampala piétinent. Il n’est pas exclu que le M23, leur cheval de Troie à l’africaine, ne prenne prétexte de la mauvaise foi de Kinshasa dans les discussions autour de l’ordre du jour et du calendrier des travaux pour quitter définitivement la table des négociations.

La Force Internationale Neutre va-elle-elle affronter les armées de l’Ouganda et du Rwanda ?

Si le projet de mise en place de la Force Internationale Neutre, qui semble quitter le domaine du rêve pour celui de la réalité depuis le Sommet du 8 décembre 2012 à Dar es-Salaam ne connaît pas de couac, près de 15.000 hommes de troupes devraient, dans les semaines à venir, prendre position Je long de la frontière congolo-ougando-rwandaise. Leur mission serait de combattre toutes les forces négatives, internes comme externes, y compris le M23.

La grande interrogation consiste â savoir si ces troupes appelées â agir avec la bénédiction de la CIRGL (Conférence Internationale pour la Région des Grands Lacs), de l’Union Africaine et des Nations Unies serait prêtes à désarmés les rebelles congolais et, donc à affronter leurs alliés rwandais et ougandais, comme cela est arrivé avec la Monusco à Sake, Kibumba et Goma. Un tel scénario plongerait la RDC dans un nouveau cycle de violences dont il est interdit d’imaginer l’issue. Au regard des positions armées rwandaises et ougandaises sur le front de l’Est, le rendez-vous de Kampala s’apparente de plus en plus à une comédie de mauvais goût.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans RDCongo
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette