Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 09:42

15 décembre 2012
Sélections de © Tchadoscopie


Il n’est un secret pour personne que les gouvernements qui se sont succédé sont composés en grande majorité des ministres notoirement incultes, semi-analphabètes, voire complètement analphabètes. Personne n’a jamais compris dans quel but inavoué ces incompétents ont été choisis pour occuper les plus hautes fonctions politiques alors même que notre pays n’accuse aucun déficit en matière grise.

Dans son ouvrage  Et demain le Tchad – Verbatim, Ali Abdel-Rahmane Haggar, qui a eu à les côtoyer de plus près, ne passe pas par quatre chemins pour dire tout le bien qu’il pense de ces phénomènes sortis tout droit d’un film de série B.

 

Tchadoscopie a lu pour vous


Extrait

"Je dois aussi dire sincèrement que la plupart des ministres tchadiens sont des bonhommes sans envergure politique, ni charisme humain. Ce sont des êtres assez ordinaires, ne brillant pas toujours par la maîtrise des dossiers, ni la densité de leur matière grise. La plupart a été choisie dans le tas, exactement comme on le fait des badauds appelés à porter des sacs de sable. Certains n’ont jamais rêvé d’être ministres et puis subitement, parce que « Dieu n’est pas avare », les voilà embarqués dans la responsabilité la plus en vue dans une République et dans l’Etat. Heureusement pour eux-mêmes et pour le pays surtout, que leur longévité politique est aussi éphémère que leur ascension a été brusque. Mais quels dégâts dans la gestion des ministères et de leurs ressources humaines. Des ministères transformés en villages où la langue officielle est la langue maternelle du ministre. Je n’exagère pas.

Au Tchad, nombreux sont les ministres qui n’ont pas réussi à intégrer la dimension de la fonction ministérielle. Souvent, ils participent aux conseils des ministres sans prendre l’avis de leurs cadres. Pour la plupart d’entre eux, un conseil des ministres, c’est une réunion ordinaire de discussion à bon rompu. Juste pour être vu par le « patron ».

Ali Abdel-Rahmane Haggar, Et demain le Tchad : Page 98

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Tchad
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette