Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 22:21

5 septembre 2011
Keita Idrissa

 

Oh mon DIEU! Le ridicule ne tue plus dans la vie politiquede nos dirigeants africains: Un dictateur qui traite un autre dictateur de dictateur. Tous les deux veulent rester au pouvoir à vie puis se faire remplacer par leurs fils en l'occurence Saif al Islam et Karim Wade.

 

Abdoulaye Wade qui exige une caution impayable à ses adversaires pour les élections présidentielles dans son pays, parceque l'opposition a été vigilante pour stopper son plan de faire de son enfant son vice-président et donc son successeur direct. C'est même Wade qui appelait Dadis son fils et condamnait Gbagbo aussi de vouloir confisquer le pouvoir en Côte d'ivoire. Wade a réussit a écarter ses opposants en imposant une caution impayable mais son fils ne deviendra JAMAIS président au Sénégal. Un de ses porte-paroles a affirmé dans une des émissions télévisées que, je cite "le niveau de la caution n'a jamais été facteur pour limiter les candidatures ".

 

Wade a reçu jeudi le 1er Septembre, le chef du CNT libyen dans sa résidence parisienne. Quels conseils a-t-il donné à Moustapha Abdeljalil? Il est content de ne plus rembourser l'argent qu'il avait reçu de Kadhafi depuis quand il était "opposant historique" jusqu'à nos jours. Après 60 jours d'immobilisme, Wade se rend au Tchad à la cérémonie d'investiture d'Idriss Déby ensuite il rendra à la Mecque sur invitation du roi d'Arabie Saoudite pour effectuer le petit pèlerinage. Ce pèlerinage n'a aucun sens car il était le premier conseiller de son autre fils Dadis qu'il a induit en erreur.

 

Et après il lui donne le conseil d'aller dire officiellement qu'il est "désolé " pensant que le peuple de Guinée est bête. Pendant que Kadhafi avait la fonction de sponsor et de bailleur de fond du CNDD, Wade et Compaoré prodiguaient de mauvais conseils aux membres du même CNDD. Abdourahmane Diouf voit des risques à propos de la cherté de la caution présidentielle et affirme que "la possibilité pour un candidat de donner des garanties à des Lobbies privés fait que déjà même avant d'être élu, il a hypothéqué son mandat. Et après la victoire aux élections, vous leur devez un retour sur investissement ".

 

Au lieu maintenant de travailler sur la base du mandat que le peuple vous a donné, vous allez passer la moitié de votre mandat à essayer de garantir le retour sur investissement de ceux qui vous ont aidé. Et la  deuxième partie de votre mandat sera consacrée à penser aux prochaines élections pour voir comment vous en sortir. Nous connaissons déjà ce phénomène.

 

Donc le ridicule ne tue plus, si un cadavre traite un autre cadavre de dépouille mortelle. Et cela ne doit pas surprendre quelqu'un qui sait que le serpent a deux langues.


Merci et bon début de semaine.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Panafrique
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette