Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 13:22

20 décembre 2010

Bonaberi.com



Le premier document concernant le Cameroun a été publié par le très célèbre Wikileaks. Il s'agit d'un bilan de Janet Garvey, ex ambassadrice USA sur la présence chinoise au Cameroun 

Janet Garvey lors d'une rencontre avec la diaspora camerounaise à Washington, aux Etats-Unis Malgré les différentes pressions subies par ses auteurs, Wikileaks continue de faire son chemin et de mettre mal à l’aise les dirigeants. Les premières notes concernant le Cameroun ont été publiées et concernent exclusivement les inquiétudes grandissantes des Etats-Unis par rapport à la présence chinoise au pays de Paul Biya.

Le mémo, qui date de Février 2008 - envoyé par Janet Garvey, ambassadrice d’alors des Etats-Unis au Cameroun – répond à une demande américaine ; on souhaitait savoir, côté Etats-Unis s’il y avait des données à maîtriser avec les discussions avec la Chine en Mars. Les moindres points liés à la présence chinoise au Cameroun y sont étudiés en détail : échanges bilatéraux, crédits, accords commerciaux, échanges culturels.

En conclusion, le mémo estime que malgré l’intérêt croissant de la Chine pour le Cameroun, il n’y a pas de réelle opportunité d’investissements qui pourraient intéresser les Américains. Il résume les différents accomplissements au Cameroun, les traités signés, et donne une information importante : le président Paul Biya ne serait pas satisfait du rôle global de la Chine au Cameroun, et l’aurait fait savoir à l’ambassadeur – à l’époque des faits bien évidemment.

Le Cameroun est décrit dans la note comme un pilier d’Afrique centrale avec son port et son économie qui dominent la sous-région : cette importance pour la Chine est caractérisée par la visite du président chinois Hu Jintao au Cameroun en 2007, suivie de la signature de huit accords bilatéraux, dont l’abandon de la dette.

On y parle aussi des actions chinoises au Cameroun, notamment des dons de livres et d’ordinateurs à différents organismes – écoles, partis politiques, universités – et des avancées sur le plan des infrastructures, avec la construction du nouveau stade, de nombreux routes et hôpitaux : l’hôpital Guider au Nord, l’hôpital de Mbalmayo, l’hôpital gynéco-obstétricien de Yaoundé, le Centre de conférence de Yaoundé…

Autre point intéressant, le mémo étudie aussi les impressions locales quant à la présence chinoise. D’un point de vue commercial, les différentes activités chinoises – pêche, restauration, prêt à porter – sont évaluées à plus de 16 millions de dollars – un demi-milliard de francs cfa.

De façon générale, les Camerounais ressentent de la frustration face à l’omniprésence chinoise : importations de marchandise de contrefaçon vendue à des prix défiant toute concurrence, pêche illégale notamment au large de Kribi, contrebande d’ivoire.

D’un autre point de vue, on apprécie les réalisations chinoises au Cameroun, qui sont vue comme un moyen de mettre la pression à Français et Américains. On pourrait aussi apprécier, notamment du côté du gouvernement, le faible attachement des Chinois aux valeurs telles que la défense des droits de l’homme, la transparence dans la gestion des biens publics, ou encore à la démocratie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Cameroun
commenter cet article

commentaires

Textes De Juliette