L'immense culot du gouvernement centrafricain


28 juillet 2008
Juliette Abandokwe

Quel culot que ces déclarations du gouvernement centrafricain à l'encontre de certains opposants, quant à la demande de démission de François Bozizé, et à l'appel à la sérénité des opposants centrafricains! http://centrafrique-presse.over-blog.com/article-21547979.html.

Cyriaque Gonda est bien le digne représentant d'un gouvernement arrogant et sans gêne, et surtout en faillite totale depuis un moment déjà. La nervosité et la frustration du régime de Bangui devant une situation qui lui échappe de plus en plus est compréhensible, et on peut concevoir qu'il cherche de nouveaux boucs émissaires.

Les "déclarations intempestives et non-autorisées" de certains opposants dérangent le régime, cela se comprend! Et pourtant ils ne font que déclarer tout haut ce que tout le monde pense tout bas, y compris les citoyens centrafricains pris en otage par un gouvernement incapable d'assurer une sécurité quotidienne de base à son peuple qui l'a élu "démocratiquement" il y a quelques années déjà.

"Les déclarations des opposants sont intempestives" ah vraiment!! Quel immense culot!

Bozizé a pris le pouvoir par la force, prétendant vouloir "sauver le pays de la débâcle"... Mais la vrai débâche n'a fait que commencer avec le règne plus que jamais sanguinaire d'un prédateur sans aucune compétence politique et diplomatique. Ces prédécesseurs n'ont pas été des anges, loin de là, mais Bozizé, détruisant le peu qui existait avant lui, a réussi en peu de temps à plonger le pays et le peuple centrafricain dans les abîmes d'une misère indescriptible, avec un index de développement en chute libre et une espérance de vie à la naissance de 36 ans! Bozizé et son représentant à la communication devrait revoir leur terminologie quand ils font des déclarations, car ils ne font que se ridiculiser. Le centrafricain moyen a assez attendu que les promesses de Bozizé se concrétisent. Il ne sait plus comment jongler avec les places mortuaires de la famille, les coupures de courant à tout bout de champs, l'eau potable qui ne l'est que de nom, et j'en passe!

Et en plus les déclarations des opposants sont non-autorisées... Ben voyons!

Il faut alors une autorisation pour dire la vérité!?
Et qui donne de telles autorisations dans un pays pourri par la corruption? Le balayeur ne va quand même pas se balayer lui-même... On a tout compris, et le centrafricain moyen n'est pas dupe non plus. La vérité est là.... qu'on l'autorise ou pas. Si elle est inconfortable, elle peut être qualifiée n'importe comment, même d'intempestive, mais elle sera toujours là.

Parce qu'un gouvernement qui affame, qui terrorise et qui abuse son peuple, qui ne paie pas ses fonctionnaires, qui pillent les biens communs, et qui s'occupe uniquement de sécuriser son siège présidentiel, sans même s'occuper des frontières nationales, est un gouvernement autorisé!??
Autorisé par lui-même, ça c'est sûr! et toléré par les prédateurs associés qui savent pourquoi il faut tolérer un anarchisme gouvernemental pareil!

Et ce monsieur Gonda a encore l'outrecuidance de parler de la démocratie Bozizienne et de ceux qui ne sont pas d'accord avec lui comme étant des anarchistes! Mais tout le monde sait que c'est la mangercratie à outrance qui domine à Bangui, que le contenu des caisses de l'Etat sensé payer l'essentiel pour un minimum vital décent, y compris le salaire de ceux qui travaillent pour la supposée bonne marche de l'administration, est mangé par les affamés du régime. Ce n'est pas une démocratie, mais une immense escroquerie dont chaque centrafricain est une victime.

Les conditions de l'instabilité dont parle Cyriaque Gonda sont là depuis belle lurette! Ce n'est pas aujourd'hui qu'on a besoin de chercher de telles conditions derrière l'indignation de quelques uns qui ont le courage de se lever au nom d'une société civile muselée et moribonde. Le peuple centrafricain est bien trop affaibli, impuissant, et apeuré pour dénoncer quoi que ce soit de cette immense escroquerie institutionnalisée.

Les efforts faits récemment en termes de sécurité dans le pays, n'ont pas été fait dans l'intérêt du peuple, mais seulement pour satisfaire les conditions des bailleurs de fonds! Les milliards de francs CFA sont allés directement dans le gâteau que le régime et ses acolytes se partagent. Les caisses de l'Etat se vident même avant de se remplir! du jamais vu...

Les opposants sont tolérés tant qu'ils ne posent pas de problèmes... Mais dès qu'ils s'opposent trop, malheur à eux.
Faustin Bambou par exemple pouvait bien utiliser sa plume pour s'opposer, en restant des les "normes acceptables". Mais dès que les fonctionnaires ont compris que leurs salaires était carrément volé par "l'Etat" dans des conditions plus que nébuleuses, ils ont commencé à réfléchir autrement et à sortir du contrôle des leaders syndicalistes, tout aussi corrompus que ceux qu'ils sont sensé combattre!
Bambou a été mis à l'ombre, le temps que le concert de casseroles se calme, et que le fonctionnaire baisse de nouveau l'échine devant son Maître abuseur....

Jusqu'à quand tout ça....
Jusqu'à quand un gouvernement escroc, illicite et abuseur, restera-t-il dans l'impunité la plus totale.
Peut-être le temps que la villa et ses dépendances de luxe soit construite au Burkina Faso, chez le frère Campaoré? Protégé par un Bongo et/ou un Deby vivant à l'ombre d'un TPI aux appuis suspects?
Toléré par une Union Africaine et une CEMAC dirigée par d'autres prédateurs?

Le fossé entre société civile et gouvernement soit-disant responsable, est en train de se creuser de plus en plus. C'est le rôle de l'opposant d'empêcher le fossé de s'agrandir, en clamant haut et fort quand le système dépasse l'intolérable pour les plus Petits face à l'appétit des Grands. Le travail de l'opposant est de s'opposer à l'impunité, à l'inacceptable, à la mise aux oubliettes d'un peuple entier. Son travail est de cultiver le devoir de mémoire dans l'esprit des citoyens, de leur rappeler que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, et que l'Injustice environnante immense de doit jamais devenir une fatalité.

L'opposant est aussi là pour dire tout fort que quand un gouvernement est en faillite totale, il devrait avoir la décence de se remettre en question, et surtout chercher à réparer la situation pour le bien commun. S'il n'en est pas capable, sa démission est d'une évidence totale.  Il n'y a même pas besoin d'être opposant pour arriver à une conclusion aussi logique.

Il est parfaitement évidemment que seule la démission de Bozizé peut faire avancer le pays, et qu'en effet, et tous les rapports extérieurs le confirment, la RCA est devenue un épouvantail et un mouroir, avec à sa tête un Présient exagérément incompétent. Encore faut-il que la transition se fasse sans tarder, par des gens dont on laissera les compétences développer véritablement le bien du pays.

A bon entendeur!

Le Temps du Réveil....

« L’arme la plus puissante dans les mains des oppresseurs, est la mentalité des opprimés ! »


Stephen Bantu Biko

Textes de Juliette

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés