Sortir des délices éphémères du pouvoir, that is the question !

23 janvier 2009
Juliette Abandokwe

Il est clair depuis bien longtemps déjà que personne ne fera de cadeau à personne. Je pense qu’il est temps que l’Africain soit véritablement investi par cette réalité qui ne date pas d’aujourd’hui. 

Une lecture pessimiste de la situation du Tchad est parfaitement justifiée, mais pas en termes de cas unique. Les voisins ne font pas mieux, le dialogue de sourds et le bal des hypocrites ont la même odeur partout. Les frères centrafricains qui auraient soi-disant réussi à organiser un Dialogue national politique, sont des perdus. Mais allez donc les voir! Le Dialogue politique national, annoncé en grande pompe pendant plusieurs mois, n'a été qu'une immonde comédie burlesque! Et malgré l’immense et secret espoir de beaucoup, tout le monde le savait d’avance. Le peuple centrafricain savait très bien que ce dialogue de plus n’allait accoucher que d’une souris !

Aujourd'hui, un mois après la fin du dialogue, Bozizé le copain de Deby, a fait semblant de dissoudre le gouvernement, renommant à deux-trois personnes près, exactement les mêmes protagonistes. Les principaux opposants ont été royalement ignorés. Le Président de la Ligue centrafricaine des Droits de l'Homme a été assassiné le 28 décembre, on ne sait pas trop par qui... une enquête soi-disant indépendante est soi-disant en cours... En tout cas il gênait la circulation des prédateurs accusés!

Au Gabon, Bongo forme un gouvernement "d'ouverture" et à deux jours près, emprisonne des opposants notoires, membres de la société civile. De qui se moque-t-on !

Au Cameroun, des journalistes sont mis en prison pour avoir fait leur travail de dénonciation. Des personnalités publiques sont sanctionnées par de lourdes peines de prison, pour soi-disant entrave à la fluidité du trafic, encouragement à la révolte populaire. 

Des activistes panafricanistes et surtout dénonciateurs des prédateurs de la liberté, sont gravement molestés et assassinés. Au Togo, Atsutsé Kokuvi Agbobli, et Marthe Moumié au Cameroun sont les martyrs les plus récents.

Il y a de quoi franchement être pessimiste, mais cela ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras. Le Tchad n'est pas seul dans sa situation. Mais ça n'enlève rien évidemment à l'immense souffrance du peuple tchadien. 

Quoi qu'il en soit, les peuples africains, les sociétés civiles doivent s'unir, faire preuve de courage civil, et finalement la victoire récompensera les valeureux.

Abandonner la mentalité de course au pouvoir et à la gloire à tout prix, fait partie d'une éthique politique à modifier à tout prix. Nous sommes face aux défections de nos élites qui seraient en théorie capables de diriger le pays, mais qui tombent dans le piège de l’enrichissement illicite indécent à outrance. 

Des ressources humaines il y en a pêle-mêle, mais le grand défaut c'est la spirale infernale de la mauvaise gouvernance au niveau individuel, et d'une paresse totale à vouloir se sortir des délices éphémères du pouvoir.

Le Temps du Réveil....

« L’arme la plus puissante dans les mains des oppresseurs, est la mentalité des opprimés ! »


Stephen Bantu Biko

Textes de Juliette

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés