Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 01:04

18  août  2008
Appolinaire  Noël  KOULAMA
Résumé   d’un  article  biographique  sur  Nicolas  Sarkozy, 
Ecrit par  Thierry  Meyssan.


Les  intellectuels  africains  sont  en  berne,  au  regard  de l’action  politique  du  candidat  Sarkozy  qui  avait  promis  la rupture.  Nombreux  d’entre-nous  ont  porté  nos  suffrages  au candidat de  la  rupture,  pour  espérer  des  lendemains  politiques meilleurs  et  démocratiques.  Or  l’action  de  Nicolas  Sarkozy continue  de  susciter  des  interrogations  aux  nombreux africains,  dont  la  rupture  tant  annoncée  tarde,  le  citoyen africain,  se  rendrait  rapidement  à  l’évidence,  dès  lors,  il
suffit  pour  cela,  de  sculpter  la  vie  privée  et  politique  de Nicolas  Sarkozy,  pour  nous  en  rendre  compte  que  la  rupture ne  peut  que,  techniquement,  être  qu’ une  imposture. 

1)    NICOLAS  SARKOZY :  LE  PRODUIT  DE  LA  MAFIA  CORSE  ET  DE  ROTHSCHILD

Nicolas  Sarkozy  est  né  en  1955,  d’un  noble  catholique hongrois,  Pal  Sarkösy  de  Nagy-Bocsa,  réfugié  en  France  après avoir  fuit  l’armée  rouge  et  d’Andrée  Mallah,  une  roturière
juive  séfarade  d’origine  de  Thessalonique.  Après  avoir  eu  3 enfants  (Guillaume  Sarkozy,  François  Sarkozy,  Nicolas  Sarkozy).

Lorsque  les  parents  de  Sarkozy  divorcent,  sa  mère  devient  la  Secrétaire  d’Achille  Perreti,  Achille  Perreti   est  un  corse, il  est  le  cofondateur   de  la  SAC  avec   Pascal  Pasqua,  une
milice  armée  qui  protégeait le  Général  De  Gaulle  et  les institutions  de  la  république.

Le  corse  Achille  Perreti  va  être  élu  en  maire  et  député  de la  ville  de  Neuilly  sur  Seine,  qui est  la  plus  riche banlieue  de  la  capitale  parisienne, puis  plus  tard,  il deviendra  Président  de  l’Assemblée  nationale.

En  1972,  un  magasine  américain  « Time »  révèle  l’existence d’une  organisation  criminelle  (L’Union  Corse)  qui  contrôlerait une  grande  partie  de  trafic  de  stupéfiant  entre  l’Europe  et
l’Amérique,  c’était  la  fameuse  histoire  vraie  de  « French Connexion »  qu’Ollywwod  devait  porter  à  l’écran.  le  magasine américain  « Time »  citera  le  nom  d’un  corse  Jean  Ventury,  il
était  arrêté  quelques  années  plus  tôt  au  Canada,  et,  il n’est  autre  que  le  délégué  commercial  de  Charles  Pasqua  pour la  société  d’« Alcool  Richard ».  la  magasine  américain  évoque
le  nom  de  plusieurs  familles  corses  qui  dirigeraient  «L’Union  Corse »,  dont  la  famille  Perreti.  Achille  Perreti  nie dans  un  premier  temps,  mais  doit  renoncer  plus  tard  à  la Présidence  de  l’Assemblée  Nationale  et  échappe  même  à  un suicide.

En  1977,  le  père  de  Nicolas  Sarkozy  (Monsieur  Pal  Sarkozy) se  sépare  de  sa  seconde  épouse  (Christine  de  Ganay), Christine  De  Ganay  lie  des  relations  avec  le  N°2  de
l’administration  centrale  des  Etats-Unis.  Celui-ci  épouse Christine  De  Ganay  et  l’invite  à  s’installer  aux  Etats-Unis. Ce  nouveau  mari  n’est  autre  que  Franck  Wisner  Junior,Monsieur
Franck  Wisner  dans  ses  fonctions,  joue  un  rôle  important  au sein  de  la  CIA.  Nicolas  Sarkozy  va  se  rapprocher  de  ses beaux  frères  et  du  nouveau  mari  de  sa  belle  mère,  qui  lui
fait  bénéficier  les  programmes  du  département  d’état américain.  A  la  même  période,  Nicolas  Sarkozy  adhère  au parti  gaulliste  et  il  fréquente  rapidement  le  corse  Charles Pasqua.

En  1982,  Nicolas  Sarkozy  termine  ses  études  de  droit  et s’inscrit  au  barreau  de  Paris,  il  épouse  une  corse,  la nièce  de  Achille  Perreti  (l’ancien  patron  de  sa  mère  et  co-
fondateur  de  la  SAC),  son  témoin  de  mariage  n’est  autre  que Charles  Pasqua.  Et,  en  sa  qualité  d’avocat,  le  maître Nicolas  Sarkozy  défend  devant  les  juridictions,  les  intérêts
de  ses  amis  corses,  les  malfrats  et  d’autres  mentors  de même  acabit.  Il  acquiert  une  notoriété  parmi  ses  amis corses,  et  acquiert  une  propriété  en  Corse  et  imagine  même
de  corsiser  son  nom  de  famille,  en  souhaitant  remplacer  le  «y »  par  « i »,  pour  faire  Sarkozi  au  lieu  de  Sarkozy.

Or,  les  habitudes  ont  la  peau  bien  dures,  Nicolas  Sarkozy pour  affirmer  son  amitié  pour  son  milieu  corse,  il  se  rend, le  soir  du  2ème  tour  au  Fouquet’s,  après  que,  les  chaînes
de  télévisions  ait  annoncé  sa  victoire,  or  habituellement,  la victoire  se  fête  au  Q.G.  Avec  les  militants,  mais  Nicolas Sarkozy  s’y  était  rendu  pour  un  bref  discours.  Le  Fouquet’s
est  une  brasserie  aux  champs  Elysées,  anciennement  sous l’appellation  de  « L’Union  Corse »,  il  appartient  aujourd’hui au  casinotier  Dominique  Desseigne,  qui  le  met  à  la disposition  de Nicolas  Sarkozy  et  la  fête  de  la  victoire peut  se  faire  en  compagnie  des  hommes  les  plus  riches  de France  et  les  riches  amateurs  des  grands  casinos.

D’ailleurs  la  constitution  de  l’équipe  gouvernementale  montre le  ton :

•    Le  Ministre  de  la  jeunesse  des  sports,  un  ami  de Desseigne  et  lobbyiste  des  casinos
•    Claude  Guéant,  Secrétaire  général  de  l’Élysée,  bras  droit  de Charles  Pasqua  et  ami  de  Omar  Bongo
•    François  Pérol,  Secrétaire  général  adjoint,  il  est  l’associé/Gérant  du  groupe  Rothschild,  fils  du  Directeur  de  l’Agence juive,  il  fut  écarté  par  Chirac pour  son  américanisme.
•    Alain  Bauer,  l’homme  de  l’ombre,  Franc-maçon  et  ancien Grand  Maître  de  la  1ère  loge  de  France,  il  est  chargé  des services  de  renseignements.


2)    NICOLAS  SARKOZY :  LE  PRODUIT  DE  LA  CIA  ET  DU  MOSSAD

En  1993,  la  gauche  perd  les  élections  législatives.  Le Président  François  Mitterrand  refuse  de  démissionner  et  entre en  cohabitation  avec  le  parti  gaulliste,  Jacques  Chirac refuse  d’être  le  premier  ministre  et  cède  sa  place  à Edouard  Balladur  pour  former  en  finalité  un  tandem  CHIRAC/BALLADUR  pour  les  prochaines  échéances  présidentielles.  Charles Pasqua  est  promu  Ministre  de  l’intérieur  par  Edouard Balladur.  Le  nouveau  ministre  de  l’intérieur  met  la  main
forte  contre  la  marihuana  marocaine  et  l’immigration  d’origine africaine.  Pendant  ce  temps,  il  tire  la  révérence  de  sa nouvelle  fonction,  en  protégeant  les  activités  des  mafieux corses  en  intelligences  avec  les  dictateurs  africains  des pays  francophones.  Lui  et  ses  amis  corses  profitent  de prendre  le  contrôle  des  casinos,  jeux  et  courses  en  pays francophone.

Pendant  qu’il  est  Ministre  de  l’intérieur,  Charles  Pasqua tisse  les  relations  avec  l’armée  d’Israël  « Le  Mossad ». Nicolas  Sarkozy  quand  à  lui  est  le  plus  proche  de  Charles
Pasqua  et  il  est  Ministre  du  budget  et  pote  parole  du gouvernement.

En  même  temps,  à  Washington,  Franck  Wisner  Junior  (le nouveau  mari  de  la  belle  mère  de  Nicolas  Sarkozy)  succède  à Paul  Wolfowitz,  comme  Responsable  de  la  planification
politique  au  département  de  la  défense,  et  il  unit  les liens  étroits  avec  Nicolas  Sarkozy  qu’il  peut  considérer comme  un  beau  fils.  C’est  ainsi  qu’un  crise  politique s’éclate  dans  le  parti  gaulliste,  entre  le  courant  gaulliste historique  et  le  courant  gaulliste  financier  incarné  par
Edouard  Balladur,  Charles  Pasqua  et  le  jeune  Nicolas  Sarkozy.

Entre  temps,  sous  l’instruction  de  Londres  et  de  Washington, Balladur,  Pasqua,  Sarkozy  acceptent  d’ouvrir  les  négociations pour  intégrer  dans  l’OTAN  les  anciens  pays  de  l’Europe
Centrale  et  Orientale  affranchis  de  la  tutelle  soviétique.

Le  conflit  atteint  son  apogée,  lorsque  Edouard  Balladur, contre  toute  attente  se  présente  candidat  aux  élection présidentielles  contre Jacques  Chirac  qui  lui  avait  cédé  la
place  du  premier  ministre,  le  tandem  CHIRAC/BALLADUR  se  fond et  Charles  Pasqua  avec  le  jeune  Nicolas  Sarkozy  trahissent Jacques  Chirac,  pour  s’allier  avec  Edouard  Balladur.  Cette
crise  s’illustrera  jusqu’aux  financements  de  la  campagne électorale,  en  effet,  le  tandem  BALLADUR/PASQUA/SARKOZY  va tenter  de  faire  main  basse,  dans  la  caisse  noire  gaulliste
de  la  double  comptabilité  de  la  société  ELF,  l’affaire est révélée,  la  justice  s’en  même,  on  perquisitionne  la  société et  certains  dirigeants  sont  incarcérés,  finalement,  le  trio
n’aura  pas  le  temps  de  se  servir  du  magot  de  la  caisse noire  d’ELF.

Jacques  Chirac  devient  Président  de  la  République,  après avoir  battu  Balladur,  il  tient  à  distance  Charles  Pasqua  et Nicolas  Sarkozy.  Sarkozy  se  fait  discret  durant  toute  la
traversée  du  désert  et  noue  des  relations  avec  les  cercles financiers.  C’est  pourquoi,  en  1996,  après  son  divorce, Nicolas  Sarkozy  se  mariant  avec  Cécilia,  aura  pour  témoins
de  mariage  les milliardaires  Martin  Bouygues  et   Bernard Arnaud  (l’homme  le  plus  riche  de  France).  parmi  ses  amis  du mode  de  la  finance,  on  y  trouve  Vincent  Bolloré  formé  à  la
Banque  Rothschild,  il  est  mêlé  dans  les  affaires  en  Afrique, c’est  lui  qui  lui  prêtera  un  Falcon-900  privé  et  un  Yacht de  65  mètre  après sa  victoire  présidentielle  pour  un  repos bien  mérité.  Nicolas  Sarkozy  peut  dès lors  bénéficier  du soutien  des  médias  et  du  monde  des  affaires.

Par  ailleurs,  grâce  à  Franck  Wisner  Junior,  la  CIA  et  le MOSSAD  planifient  la  montée  en  puissance  de  Nicolas  Sarkozy, ils  agissent   en  plusieurs  séquences :

Pendant  des  années,  les  médias  du  monde  sont  tenus  en haleine,  par  des  révélations  posthumes  d’un  promoteur immobilier  en  cassette  vidéo  peu  avant  sa  mort  sur  les
révélations  à  propos  de  des  affaires  en  cours  de  la  mairie de  Paris  en  France.  Les raisons  de  ces  révélations  n’ont jamais  été  élucidées.  Plusieurs  années  plus  tard,  la  cassette
se  retrouve  entre  les  mains  de  Dominique  Strauss-Khan,  qui l’a  fait  parvenir  aux  médias.

Mais  les  aveux  du  promoteur  immobilier  décédé  d’une  maladie grave  ne  débouchent  sur  aucune  sanction  judiciaire,  par contre,  ils  ouvrent  une  boite  au  pandore  sur  les  affaires
de  la  mairie  de  Paris,  la  principale  victime  sera  Alain Juppé :  Ami  de  Jacques  Chirac  et  Secrétaire  Général  du  parti gaulliste.  Pour  protéger  Jacques Chirac,  Alain  Juppé  accepte
toutes les  accusations  et  les  infractions  pénales  dont l’inéligibilité   pendant  plusieurs  années.  En  conséquences Alain  Juppé  sera  mis  à  l’écart  du  Secrétariat  Général  du parti  gaulliste,  ce  qui  laisse  la  voie  libre  à  Nicolas Sarkozy  de  prendre  le  Secrétariat  Général  du  parti  gaulliste,
comme  cela  a  été  planifié.

Sarkozy  exploite  alors  sa  position  de  Secrétaire  Général  du parti  gaulliste  et  de  la  notoriété  qui  s’en  suit,  pour contraindre  Jacques  Chirac  à  le  prendre  dans  le  gouvernement, malgré  leur  haine  réciproque.  Erreur  ou  pas  de  Jacques Chirac,  Jacques  Chirac  le  nomme  Ministre  de  l’intérieur, Nicolas  Sarkozy  contrôle  les  préfets  et  les  renseignements intérieurs  qu’ il  utilise  pour  créer  un  noyau  autour  des grandes  administrations.

Neutraliser  tout  challenger  au  parti  socialiste :  Des primaires  sont  organisés  au  parti  socialistes,  deux  candidats se  déclarent  au  départ,  Laurent  Fabius  et  Ségolène  Royal.
Parmi  les  deux  Laurent  Fabius  semble  être  un  candidat sérieux  au  deuxième  tour  pour  Nicolas  Sarkozy,  même si Ségolène  Royal  est  la  candidate  la  plus  sérieuse  au  sein  du
parti  socialiste,  mais  pas  au  niveau  national.  Dominique Strauss-Khan,  qui  avait  fait  parvenir  la  vidéo  des révélations  du  promoteur  immobilier  à  la  presse,  se  déclare à  son  tour,  candidat  aux  primaires, avec  pour  mission d’éliminer  Laurent  Fabius  pour  faire  élire  Ségolène  Royal  qui
ne  pèsera  pas  au  niveau  national,  au  2ème  tour,  devant Nicolas  Sarkozy.

Dès  sa  prise  de  fonction,  Nicolas  Sarkozy,  remercie  Strauss-Khan,  en  le  faisant  élire  à  la  tête  du  Fond  monétaire International  (FMI).

Peu  avant  l’élection  de  Nicolas  Sarkozy,  Franck  Wisner  Junior (le  nouveau  mari  de  la  belle  mère  de  Nicolas  Sarkozy)  sera nommé  par  le  Président  américain  Georges  Bush,  comme  « Envoyé Spécial  de  l’Amérique  pour  l’indépendance  de  Kosovo »,  ainsi, pour  bien  mener  cette  fonction,  il  insiste  à  Nicolas Sarkozy,  à   prendre  Bernard  Kouchner  comme  ministre  des
affaires  étrangères,  avec  pour  mission,  d’accompagner  en Europe,  la  politique  américaine  de  l’indépendance  du  Kosovo  et la  liquidation  de  la  politique arabe  de  la  France  laissée par  Jacques  Chirac.

3)    CONCLUSION :

Depuis  l’élection  de  Sarkozy,  les  gaullistes  historiques (favorables  comme  le  Général  De  Gaulle  à  une  politique indépendante  de  la  France  face  aux  Etats-Unis),  comme  Alain
Juppé,  Jean  Pierre  Rafarin,  Dominique  de  Villepin  traversent le  désert  et  on  peut  se  demander,  jusque  quand  la  hache de guerre  entre  ces  courants  françafricains  gaullistes  sera
enterrée.

En  sculptant  le  parcours  privé  et  politique  de  Nicolas Sarkozy,  tous  les  signaux  de  la  rupture  restent  au  rouge  et resteront  au  rouge,  aussi,  longtemps  que  Nicolas  Sarkozy
demeurera  au  pouvoir  en  France.  Le  pouvoir  de  Sarkozy  a  été depuis  longtemps  préparé  par  quelques  stratèges  de  la  CIA  et du  MOSSAD,  sans  oublier  les  réseaux  mafieux  corses  des
affaires.  On  peut  donc  imaginer,  que  sa  campagne  électorale sur  la  rupture  avec  la  politique  de  l’autre  temps  en Afrique,  fait  bien  partie  de  cette  stratégie  de  prise  de pouvoir,  afin  d’attirer  les  africains  de  nationalités françaises  à  lui  apporter  leur  suffrage.  N’a  t-on  jamais
entendu  de  François  Mitterrand,  « que  les  promesses  n’engagent que  ceux  qui  les  croient ».

Rompre  avec  les  réseaux  de  la  françafrique,  c’est  rompre aussi  avec  les  réseaux  corses  et  affairistes  de  la  France, dont  certains  sont  impliqués  dans  la  Françafrique  et  ce  sont
ces  mêmes  réseaux  qui  ont  contribué  en  bonne  partie  à  la victoire  de  Nicolas  Sarkozy.  Les  rêveurs  peuvent   rêver,  mais la  réalité  nous  impose  à  l’évidence.

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 00:23

Lu le 11 septembre 2008 

10 déclarations détonantes destinées à justifier la destruction de l’Afrique !
 

LA DESTRUCTION DE L’AFRIQUE S’APPUIE SUR UNE IDÉOLOGIE : CELLE DU RACISME ET DU COLONIALISME ! 

1-Coloniser pour doper l’économie

"J’étais hier dans l’East-End (quartier ouvrier de Londres), et j’ai assisté à une réunion de sans-travail. J’y ai entendu des discours forcenés. Ce n’était qu’un cri. Du pain ! Du pain ! Revivant toute la scène en rentrant chez moi, je me sentis encore plus convaincu qu’avant de l’importance de l’impérialisme... L’idée qui me tient le plus à coeur, c’est la solution au problème social : pour sauver les quarante millions d’habitants du Royaume-Uni d’une guerre civile meurtrière, nous les colonisateurs, devons conquérir des terres nouvelles afin d’y installer l’excédent de notre population, d’y trouver de nouveaux débouchés pour les produits de nos fabriques et de nos mines. L’Empire, ai-je toujours dit, est une question de ventre. Si vous voulez éviter la guerre civile, il faut devenir impérialiste."

Extrait du journal Neue Zeit de Cécil Rhodes, Premier ministre du Cap, 1898.

2-Coloniser pour voler les richesses de l’autre

L
a nature a distribué inégalement, à travers la planète, l’abondance et les dépôts de ces matières premières ; et tandis qu’elle a localisé dans cette extrémité continentale qui est l’Europe le génie inventif des races blanches, la science d’utilisation des richesses naturelles, elles a concentré les plus vastes réservoirs de ces matières dans les Afriques, les Asies tropicales, les Océanies équatoriales, vers lesquelles le besoin de vivre et de créer jettera l’élan des pays civilisés. L’humanité totale doit pouvoir jouir de la richesse totale répandue sur la planète. Cette richesse est le trésor commun de l’humanité."

A. Sarraut, Grandeur et servitudes coloniales, 1931.

3-Coloniser au nom de Dieu

"Nous avions jadis, par de précédentes lettres, concédé au Roi Alphone, entre autres choses, la faculté pleine et entière d’attaquer, de conquérir, de vaincre, de réduire et de soumettre tous les sarrasins (nègres), païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient, avec leurs royaumes, duchés, principautés, domaines, propriétés, meubles et immeubles, tous les biens par eux détenus et possédés, de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle (...) de s’attribuer et faire servir à usage et utilité ces dits royaumes, duchés, contrés, principautés, propriétés, possessions et biens de ces infidèles sarrasins (nègres) et païens (...) Beaucoup de Guinéens et d’autres Noirs qui avaient été capturés, certains aussi échangés contre des marchandises non prohibées ou achetés sous quelque autre contrat de vente régulier, furent envoyé dans les dits Royaumes (Amérique, Antilles...)".

Extrait de la Bulle papale du Pape Nicolas V, 8 janvier 1454

4-Coloniser au nom de la providence :

"Messieurs, La providence nous a dicté l’obligation de connaître la terre et d’en faire la conquête. Ce suprême commandement est l’un des devoirs impérieux inscrits dans notre intelligence et dans notre activité. La géographie, cette science qui inspire un si beau dévouement et au nom de laquelle tant de victimes ont été sacrifiées, est devenue la philosophie de la terre."

Déclaration de l’Amiral La Roncière le Noury, au Congrès international de Géographie de Paris, 1875.

5-Coloniser au nom de la paix :

"Une nation est comme un individu : elle a ses devoirs à remplir et nous ne pouvons plus déserter nos devoirs envers tant de peuples remis à notre tutelle. C’est notre domination qui, seule, peut assurer la paix. la sécurité et la richesse à tant de malheureux qui jamais auparavant ne connurent ces bienfaits. C’est en achevant cette oeuvre civilisatrice que nous remplirons notre mission nationale, pour l’éternel profit des peuples à l’ombre de notre sceptre impérial (...) Cette unité (de l’Empire) nous est commandée par l’intérêt : le premier devoir de nos hommes d’Etat est d’établir à jamais cette union sur la base des intérêts matériels (...) Oui, je crois en cette race, la plus grande des races gouvernantes que le monde ait jamais connues, en cette race anglo-saxonne, fière, tenace, confiante en soi, résolue que nul climat, nul changement ne peuvent abâtardir et qui infailliblement sera la force prédominante de la future histoire et de la civilisation universelle (...) et je crois en l’avenir de cet Empire, large comme le monde, dont un Anglais ne peut parler sans un frisson d’enthousiasme (...) ".

Discours de Joseph CHAMBERLAIN, ministre des colonies en 1895.

6-Coloniser au nom de la nature humaine :

"La nature a fait une race d’ouvriers. C’est la race chinoise d’une dextérité de main merveilleuse, sans presque aucun sentiment d’honneur ; gouvernez-la avec justice en prélevant d’elle pour le bienfait d’un tel gouvernement un ample douaire au profit de la race conquérante, elle sera satisfaite ; une race de travailleurs de la terre, c’est le nègre : soyez pour lui bon et humain, et tout sera dans l’ordre ; une race de maîtres et de soldats, c’est la race européenne. Que chacun fasse ce pour quoi il est fait et tout ira bien."

Ernest Renan, La Réforme intellectuelle et morale, 1871.

7-Coloniser au nom de la race blanche :

"En premier lieu je crois en l’Empire britannique, et en second lieu je crois en la race britannique. Je crois que la race britannique est la plus grande des races impériales que le monde ait connues. Je dis cela non comme une vaine vantardise, mais comme une chose prouvée à l’évidence par les succès que nous avons remporté en administrant les vastes possessions reliées à ces petites îles, et je crois donc qu’il n’existe pas de limite à son avenir."

Discours de Joseph Chamberlain (1895), ministre des Colonies de Grande-Bretagne.

7-Coloniser au nom de la soumission à l’univers :

"La colonisation est la force expansive d’un peuple, c’est sa puissance de reproduction, c’est sa dilatation et sa multiplication à travers les espaces ; c’est la soumission de l’univers ou d’une vaste partie à sa langue, à ses moeurs, à ses idées et à ses lois. Un peuple qui colonise, c’est un peuple qui jette les assises de sa grandeur dans l’avenir et de sa suprématie future... A quelque point de vue que l’on se place, que l’on se renferme dans la considération de la prospérité et de la puissance matérielle, de l’autorité et de l’influence politique, ou que l’on s’élève à la contemplation de la grandeur intellectuelle, voici un mot d’une incontestable vérité : le peuple qui colonise est le premier peuple ; s’il ne l’est pas aujourd’hui, il le sera demain."

P. Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, Guillaumin éd., 1870,

8-Coloniser pour asseoir sa prédominance politique :

"Messieurs, au temps où nous sommes et dans la crise que traversent toutes les industries européennes, la fondation d’une colonie, c’est la création d’un débouché. On a remarqué, en effet, et les exemples abondent dans l’histoire économique des peuples modernes, qu’il suffit que le lien colonial subsiste entre la mère-patrie qui produit et les colonies qu’elle a fondées, pour que la prédominance économique accompagne et subisse, en quelque sorte, la prédominance politique."

Jules Ferry, Discours, 1885.

9-Coloniser pour se mettre en rapport avec l’autre :

"Coloniser, c’est se mettre en rapport avec des pays neufs, pour profiter des ressources de toute nature de ces pays, les mettre en valeur dans l’intérêt national, et en même temps apporter aux peuplades primitives qui en sont privés les avantages de la culture intellectuelle, sociale, scientifique, morale, artistique, littéraire, commerciale et industrielle, apanage des races supérieures. La colonisation est dont un établissement fondé en pays neuf par une race avancée, pour réaliser le double but que nous venons d’indiquer."

Merignhac, précis de législation et d’économie coloniales.

10- Coloniser : une affaire d’argent :

"Il ne faut pas se lasser de le répéter : la colonisation n’est ni une intervention philosophique, ni un geste sentimental. Que se soit pour nous ou pour n’importe quel pays, elle est une affaire. Qui plus est, une affaire comportant invariablement à sa base des sacrifices de temps, d’argent, d’existence, lesquels trouvent leur justification dans la rémunération."

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 13:57

18 septembre 2008

Noël Kodia est essayiste et critique littéraire

Emmanuel Martin est économiste, responsable de la publication du projet www.unmondelibre.org.

 

Le manque d’alternance pacifique est un des symptômes qui nourrit la déception à l’égard de l’importation de la démocratie à l’occidentale dans les pays africains. En dehors de quelques rares cas comme le Sénégal, où Senghor cède le pouvoir à son Premier ministre Abdou Diouf en 1981, ou une année après, lorsque Ahidjo donne les rênes du pays à Paul Biya, l’alternance reste généralement lettre morte ou bien se fait dans le sang.

Les évènements récents au Kenya, au Zimbabwe, ou en Mauritanie nous rappellent cette triste réalité. Les Africains avaient espoir que la lointaine chute du mur de Berlin change aussi quelque chose pour eux, mais la proclamation de la «fin de l’histoire » et de l’avènement de la démocratie de marché par certains intellectuels avait été sans doute quelque peu hâtive. Quels éléments peuvent expliquer cette incapacité chronique à respecter l’alternance en Afrique ? 


Chaque période de l’histoire africaine apporte des éléments qui se superposent pour finalement expliquer la situation actuelle.

Un premier élément de réponse tient sans doute à l’histoire de l’autorité dans de nombreux pays africains pendant la période précoloniale. Les royaumes et chefferies qui prédominaient largement en Afrique étaient régis par les principes hiérarchiques du clan ou de la famille. Le fait que les ethnies ou clans étaient homogènes dans ce système constituait un facteur de légitimité aux yeux de ces populations. Rares étaient les peuples qui se révoltaient contre leur souverain pour une alternance.

L’alternance « à l’africaine » est régie par des traditions bien précises qui font que le candidat à l’alternance est connu de longue date. Cette configuration n’empêche pas forcément une bonne gouvernance. Il était même possible d’assister à des conseils de villages afin de discuter, voire de démettre le chef pour fautes graves. Pour autant, le respect de l’autorité est sacré et l’alternance « démocratique » (dans l’acception actuelle du terme) n’était pas exactement la caractéristique principale de ce système.

Le fort lien communautaire qu’on trouve en Afrique contraste d’ailleurs avec l’individualisme en Occident qui a pu y permettre un fonctionnement de la démocratie qui respecte les droits individuels et qui circonscrit le pouvoir de l’autorité politique. Avec ces institutions précoloniales autoritaires et communautaristes, le terrain est donc déjà préparé en Afrique pour un futur autoritarisme « national ». Avec la colonisation deux types de problèmes ont été générés. En premier lieu, dans les pays sous influence française essentiellement, la colonisation a importé un modèle administratif centralisé qui a étouffé le système décentralisé préexistant, en élevant le centre de gravité de l’autorité vers l’Etat central. En deuxième lieu et de manière complémentaire, le découpage territorial opéré par le colonisateur pour créer de toutes pièces des Etats a été effectué sans égards aux ensembles ethniques. Les Etats ont été dessinés territorialement sans être calqués sur les nations.

Des mêmes ethnies ont ainsi été séparées par des frontières arbitraires. Et des ethnies différentes ont été regroupées dans un même Etat dans lequel l’autorité est très centralisée. A titre d’exemple, le nord de la Côte d’Ivoire et le sud du Burkina Faso se partagent les mêmes peuples. On rencontre le peuple Kongo en Angola, en République Démocratique de Congo et au Congo-Brazzaville. Cette double situation constituera un terreau favorable pour l’explosion plus tard des guerres et conflits ethniques et claniques visant à conquérir et à préserver les richesses par le pouvoir centralisé.

Après les indépendances, la centralisation du pouvoir par une main de fer a pu faire taire les divergences issues des découpages ethniques aléatoires (comme Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire). Les nouveaux présidents instituent le système de parti afin de contrôler et de verrouiller leur pays toute en veillant, afin de sauver les apparences, à organiser des élections que prévoient des constitutions nouvellement conçues ou importées. Dans de telles conditions, soit le transfert du pouvoir se faisait par l’intermédiaire de coups d’Etat (souvent dans le sang) soit on assistait à des auto-successions «pacifiques» en présence de leader fort, dans des cas plus rares, comme au Gabon, au Cameroun, au Sénégal, ou en Tunisie.

Par ailleurs, la plupart des pays ont été attirés vers une gestion centralisée et planifiée de l’Etat et de l’économie. Même en Côte d’Ivoire, réputée pour sa voie dite libérale, on parle de capitalisme d’Etat. Or ce type de planification centralisée plus ou moins impérative, est par nature autoritaire et son corollaire politique est l’absence d’alternance démocratique. Il faut noter que cet autoritarisme n’est pas pour déplaire aux partenaires commerciaux des démocraties riches car il confère une certaine forme de «stabilité». On se souvient par exemple de l’amitié d’un George Bush senior ou d’un Jacques Chirac pour le grand démocrate Mobutu. Dans le contexte de la Françafrique, cette stabilité autoritaire permet d’ailleurs de faciliter les systèmes de financements occultes de partis politiques en France. Les « amis » des démocraties vont même intervenir quand l’autorité sera légitimement
contestée au nom de l’alternance.

Enfin, les mannes que constituent l’aide inter-étatique ou les revenus des ressources naturelles achèvent de verrouiller un système en créant deux problèmes. D’abord, dans ce contexte, l’alternance n’est absolument pas dans l’intérêt du clan au pouvoir. En effet ces sommes d’argent faramineuses sont souvent directement ou indirectement distribuées aux hommes du clan au pouvoir et ne bénéficient que très rarement aux populations.

L’alternance signifierait alors la perte de revenus importants. Ensuite, ces rentrées non fiscales incitent les dirigeants à ne pas rendre des comptes à leurs administrés. Les revenus de l’Etat ne provenant pas en majorité des impôts des citoyens, ces derniers n’ont pas de moyen de pression pour faire respecter des pratiques de saine politique publique. La démocratie en Afrique traîne ainsi un boulet historique dont il n’est pas aisé de se débarrasser.

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 18:57

16 septembre 2008
Juliette Abandokwe

L’Afrique n’a jamais été indépendante, même pas pseudo-indépendante ! Qu’on se le dise une fois pour toute ! Les éclairés le savent depuis très longtemps, même déjà avant les indépendances.

 

La «décolonisation » des années 60 n’a été qu’une sinistrissime continuation de la tragédie africaine. Les colonisés ont été systématiquement et profondément dépouillés de leurs critères pour une vie décente. Au 19ème siècle déjà, on envoyait les missionnaires qu’on avait chargé d’endormir la conscience du peuple, pour mieux l’assujettir et le soumettre. Voyez le discours du roi Léopold II aux missionnaires patriotes en partance. Lénine n’avait pas tort de déclarer que la religion c’est l’opium du peuple.

Leurs traditions si opposées de celles des occidentaux, ainsi que leurs croyances, noyées dans la soumission au Tyran par la terreur, les africains se retrouvent comme sous hypnose, aujourd’hui asphyxié par une dette qui ne leur appartient aucunement, à la botte de dirigeants qui ne sont que leurs pires ennemis, relégués dans une misère qui n’a pas de nom. Ils peinent aujourd’hui à rassembler leurs forces pour assurer la subsistance minimale quotidienne de leur famille. L’ajustement structurel décrété par les puissances extérieures soi-disant aidantes, est en train de tuer l’Afrique. 

Pourtant, la dette, quelle qu’en soit le propriétaire, est déjà payée depuis longtemps, à travers les pillages systématiques du sous-sol africain. Qu’on se le dise. Aucun africain aujourd’hui ne doit accepter de payer cette fameuse dette ! Et pourtant il la paie, et en même temps ledit pillage continue de plus belle.

Les africains sont aujourd’hui délibérément affamés, et leur dignité piétinée, par l’Occident toujours plus insatiable, par l’intermédiaire de régimes installés par l’Occident, puisés dans la réserve de vautours nourris par la France notamment. Ce sont des gens avides, assoiffés de gloire, de femmes faciles et de voitures de luxe. L’Occident leur donne leur sucette de récompense, et le tour est joué. Leur immoralité n’est qu’une question d’offre et de demande, cultivée avec soin par les blancs de service.

Les intérêts matériels des uns et des autres – des français et des allemands en l’occurrence – se retrouvent dans les bureaux des FMI/BM/BAD. Aucun d’eux ne peut jamais avoir la moindre attention de trahir l’autre, puisqu’alors lui-même perdrait ainsi sa part du gâteau si juteux ! L’incendie de l’Institut Goethe à Lomé en est pour les allemands le prix à payer. Ce n’est qu’une peccadille à côté des bénéfices du pillage collectif, auquel participent d’ailleurs activement les Nations Unies sous le couvert grandiose de rapports rutilants et épurés,  et d’ « aide humanitaire » à tout vent, et sous toutes les formes imaginables ! Pourquoi alors l’Afrique n’avance-t-elle pas, sauf dans ses « performances économiques » ? Pourquoi la qualité de vie en Afrique dégénère-t-elle depuis un temps, au nez et la barbe des africains hypnotisés ? Que de questions auxquelles seuls les Africains doivent répondre, si on leur laisse le pouvoir de s’exprimer bien sûr !

Non… même le monde occidental avec ses trois rangées de dents comme les requins blancs, méprisent ouvertement la dignité humaine des africains, croyant que ceux-ci sont trop bêtes pour comprendre. C’est vrai que l’anesthésie injectée agit déjà depuis longtemps. Mais quelques uns sont restés vigilant. C’est ceux-là donc qu’il faut arroser maintenant, par le biais de la jeunesse notamment, de manière consciente, attentive et intensive, pour leur permettre de multiplier leurs forces. Ils sont chargés d’une mission très importante : faire renaître une Afrique perdue, retrouver les vraies valeurs africaines, les traditions qui leur sont propres et qui leur conviennent, qui leur permettront de renouer avec une vie sereine, extrêmement riche sur le plan humain, solidaire, et avec la chaleur qu’ils se donnent si spontanément. La notion africaine du progrès n’est pas la même que celle des occidentaux, et elle a le mérite surtout de leur appartenir.

Les pays dit « riches » de l’Occident n’ont jamais eu de telles valeurs, puisque toujours uniquement concentrés sur le progrès technologique à outrance, oubliant les vraies valeurs de la vie et le véritable progrès social si vital dans une société.

L’Occident est très malade, et voué à la faillite tôt ou tard. La course aux armements et aux technologies de pointe, qui servent tout juste à entretenir les oppositions internationales et la terreur entre les uns et les autres, est un cadre logique qui ne peut être que voué à l’échec. La seule chose qui leur réussit véritablement c’est le pillage développé avec finesse, et systématisé, du continent africain. Une telle agressivité ne servira à terme qu’à appauvrir l’esprit et les bras du perpétuel agresseur.

A bon entendeur !

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 12:26
12 septembre 2008
Rodrigue Kpogli
Secrétaire Général de la J.U.D.A
www.lajuda.blogspot.com

Togo : un pion de plus pour le FMI et la BM

Comme sorti de la naphtaline, Fossoun HONGBO est nommé premier ministre au Togo, succédant ainsi à Komlan MALLY. Cette nomination n'est que l'aboutissement des rondes incessantes à Lomé des responsables du FMI et de la Banque Mondiale. En effet, ces deux institutions ont visité le Togo à plusieurs reprises depuis la signature de l'accord politique dit global.

Sous prétexte d'aider le Togo à se développer, ces deux vampires, accompagnés de leur aile marchante de la Banque Africaine de Développement (BAD), agités par les marionnettistes de l’UE et de Washington, s'activent plutôt à faire payer la dette, à demander une plus grande ouverture du marché togolais aux capitaux étrangers ainsi que l'accélération des privatisations, si tant est qu'il reste encore quelque chose à privatiser sous le ciel togolais. De toute évidence, Komlan Mally, premier ministre depuis le 3 décembre 2007, et démis de ses fonctions le 5 septembre dernier, a été incapable de mobiliser les ressources pour satisfaire les besoins des "bailleurs de fonds".

Chose curieuse, à chaque visite des missions du FMI et de la Banque Mondiale au Togo, la presse locale s'enthousiasme et présente la chose comme une tournée d'inspection à l'issue de laquelle, les dirigeants togolais sont sanctionnés et humiliés, ou comme une opération purement humanitaire au chevet d’un peuple togolais miséreux. Grossière erreur! C'est mal comprendre le rôle et le pouvoir de nuisance desdites institutions, qui en réalité, sont à la solde des puissances occidentales et principalement des firmes transnationales. Contre les prêts et autres (négligeables) dons, le FMI et la BM ainsi que les "donateurs" exigent, sans possibilité de recours, le démantèlement de l’Etat.

Pour atteindre ces objectifs, tant au Togo qu’ailleurs en Afrique, il faut avoir aux postes clés des hommes ou des femmes moulés et dressés dans des écoles occidentales néolibérales, experts dans des institutions internationales, ne connaissant aucune réalité du terrain sur lequel ils sont lâchés, suffisamment armés pour défendre les intérêts de leurs mentors, et n'ayant qu'une approche financièrement rentable des problèmes du pays. Capables de réciter à la minute toutes les théories d'ailleurs, ces marionnettes n'ont d’autres connaissances de l'histoire de leur pays que celles apprises de leurs maîtres. Les droits des citoyens n'existent pas à leurs yeux. Ils doivent réprimer ou étouffer les forces alternatives, à savoir l’opposition et les syndicats et faire adopter des lois toujours plus favorables aux étrangers. Ainsi, leur présence au pouvoir rassure les investisseurs étrangers. D'ailleurs le site de propagande du pouvoir RPT ne s'en cache pas. Dans un article titré La surprise du chef, on lit « Le nouveau locataire de la Primature aura à poursuivre le travail entamé par son prédécesseur, Komlan Mally, et à mettre en œuvre les grands chantiers de modernisation au Togo ; des chantiers qui vont bénéficier du soutien financier des institutions internationales comme le FMI, la Banque mondiale, l’Union européenne ou la BAD ».

La preuve en est que HOUNGBO se définit comme un keynésien. L'additif d'afro-optimiste dont il s'affuble est plus propagandiste et démagogique qu'autre chose. Il aurait dû ne pas l'évoquer car si notre bonhomme connaissait l'Afrique, il aurait compris que justement, c’est l’adhésion systématique des dirigeants africains aux théories importées qui, paralyse l’Afrique. L'Afrique a un modèle de société propre, fondé sur la liberté individuelle et la solidarité, hier représenté par l'existence d'un champ privé aux côtés d'un champ communautaire. Toute politique économique qui ne tient pas compte de cette réalité est vouée à l’échec et ne peut qu’encore massifier la pauvreté en concentrant les richesses du pays entre les mains d’une poignée d’individus disposant du capital. Le modèle économique africain est tout tracé. C’est l’économie populaire consistant à ouvrir l’actionnariat au peuple en transformant le champ collectif en entreprises publiques où chacun des citoyens doit investir, et le champ personnel en entreprises privées.

Houngbo a pour mission d’accélérer la casse sociale en continuant l’assainissement des finances publiques et la modernisation du Togo. Deux pratiques consistant en réalité à procéder à la suppression des barrières douanières, la libéralisation du mouvement des capitaux, la construction des infrastructures moins rentables pour le pays mais bénéfiques aux entreprises transnationales, l'augmentation des taxes et impôts, la privatisation des secteurs publics de l'eau, de l'électricité, la réduction des dépenses de santé, de l'éducation, la réduction des salaires, au blocage des avancements voire au dégraissage dans la fonction publique, la suppression de tout soutien public aux agriculteurs et de tous les frais affectés au bien-être de notre peuple. Bref, transposer mécaniquement le modèle libéral au Togo (et en Afrique) et détruire la vision africaine de la vie en communauté… Toutes ces mesures visent à faire des économies pour payer la « dette » et attirer les « bailleurs » et les « opérateurs économiques étrangers ». Un libéralisme pourtant de plus en plus violemment contesté dans son berceau occidental.

Au lieu de laisser ces guignols de dirigeants vendre les pans entiers de nos pays à des investisseurs étrangers, nous devons nous organiser et réaliser avant tout l’unité de l’Afrique. Ceci passe impérativement par le balayage systématique des marionnettes kleptomanes qui osent actuellement parler au nom du peuple africain. Manifestement, ces hommes et ces femmes, par leurs méthodes et leur indifférence face aux problèmes de notre peuple, prouvent qu’ils ne sont pas des nôtres, malgré leur peau noire. Ces criminels endurcis se moquent royalement de tout ce qui se passe autour d’eux. Voici deux exemples. Face au problème de l’immigration des jeunes africains accompagnés de femmes et d’enfants, dont les embarcations de fortune coulent, et qui se font dévorer par des requins de la Méditerranée, ils n’ont de réponses que le silence. Pire, ils demandent aux Européens de leur fournir des outils pour contrôler leurs frontières. Face au peuple qui crie sa faim et sa soif, dans les rues, ils n’hésitent pas à lui tirer dessus. Jamais dans l’histoire de l’Afrique, on a vu d’Hommes si prompts à travailler contre leur propre peuple. Non, jamais ! Tant que ces « dirigeants » seront au pouvoir, point de salut pour l’Afrique. Mais, il ne suffit pas de les renvoyer. Ceux qui les remplaceront doivent connaître notre peuple, son histoire, ses forces et ses faiblesses ; ceci pour formuler des solutions adaptées à ses besoins. Ces nouveaux dirigeants doivent être responsables, intègres, animés d’un esprit farouchement patriotique et comprenant l’acquisition du pouvoir comme une mission sacerdotale et non, comme un outil d’enrichissement personnel.

Il faut ensuite définir notre propre stratégie de développement à partir de notre culture, et affronter le marché en réglementant les investissements étrangers pour éviter que les secteurs essentiels de l’économie échappent aux populations locales. Nous devons jouer nos intérêts en établissant des partenariats avec les entreprises étrangères qui favorisent la formation et les transferts de technologies afin d’ajouter de la valeur à la production locale, et innover ainsi pour les producteurs locaux.

Au lieu de nous astreindre à des obligations néolibérales que les Etats occidentaux violent allègrement, nous devons procéder à une allocation massive de crédits à bon marché aux opérateurs du secteur informel pour les faire passer de l’informel au formel et accorder des subventions à l’éducation, à la santé, à la production vivrière, à l’industrie, à l’habitat, à la recherche scientifique et à la technologie. Les pays africains ne relèveront la tête que s’il émerge une classe moyenne locale - véritable moteur du développement - avec un soutien au commerce régional, à l’exportation et aux petites et moyennes entreprises. Aussi, dans un cadre démocratique, il nous faut élaborer des lois pour contrecarrer la fuite massive des capitaux et renationaliser les sociétés publiques privatisées, mieux, bradées.

Aucun Etat n’a pu se développer en démantelant ses propres bases. Or c’est ce que les « bailleurs de fonds » imposent à l’Afrique. Notre réponse doit être un refus clair et net. Les USA, les Etats européens et les dragons asiatiques ont tous réglementé, contrôlé, protégé durant toute la phase préliminaire de leur développement, et continuent de recourir aux mêmes pratiques autant que nécessaire. En forçant l’Afrique à agir à contre-courant, le FMI et la Banque Mondiale ainsi que leurs marionnettistes, l’inscrivent dans une logique de tutelle permanente.

Mais l’un des problèmes fondamentaux que nous devons affronter, c’est la dette. Nous devons refuser de la payer car elle « l’argent emprunté » n’est qu’un instrument d’asservissement du peuple et qui finance une répression systématique : nous ne pouvons accepter de payer les fusils et les balles qui nous massacrent.
Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 00:14

8 septembre 2008
Juliette Abandokwe

 

La France est elle en train de devenir un ennemi du peuple tchadien ?

Noon sans blague.... Quelle question!

 

La France a toujours été l'ennemie no 1 du peuple tchadien. Comme elle est d'ailleurs l'ennemie de l'Afrique en général! Elle méprise et ridiculise les guignols qu'elle a mis en place pour servir ses intérêts. Et elle crache sur les peuples africains.

Elle n'est amoureuse que de ses intérêts, et des richesses minières qu'elle pille au nez et à la barbe d'un peuple aux pieds nus, sans eau et sans électricité.

Gardons le peuple dans l'obscurité! La nuit tous les chats sont gris....

Et pourtant…… la lumière peut les démasquer!
Voyez donc comme la lumière peut être dangereuse…..

D’autre part, détrompez-vous ! il n’y a aucun crétin irresponsable à la tête de la politique africaine de la France. Les commanditaires du plus grand crime contre l’humanité de toute l’Histoire sont tout sauf des crétins. Ils sont au contraire d’une intelligence machiavélique, et se sentent dangereusement responsables et conscients de leur patrimoine plus ou moins national. Ils font plutôt partie des plus grands criminels que la Terre aie porté. Ils savent parfaitement ce qu’ils font.

Eux-mêmes le savent non !

Mais comme l’Afrique n’est jamais entrée dans l’Histoire… et que l’Humanité est apparemment descendante du Gaulois… le reste n’a aucune espèce d’importance !

A bon entendeur…

 

 

 

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 10:31

Dans un documentaire qui doit être diffusé mardi 2 septembre sur Arte, les journalistes Paul Moreira et David André montrent que la France, en violation de ses propres engagements, vendu des armes à la Guinée.

 

 

Arte doit diffuser, mardi 2 septembre à 21h00 dans le cadre d'une soirée spéciale sur le trafic d'armes, un documentaire réalisé par les journalistes Paul Moreira et David André, et intitulé "Armes, trafic et raison d'Etat", qui montre que la France a vendu des armes à la Guinée, en violation de ses engagements -ne pas vendre d'armes à des pays ne respectant pas les droits de l'homme.

Le film suit le travail de militants d'ONG, telles qu'Amnesty International, Oxfam ou Control Arms, spécialisés dans l'enquête sur le trafic d'armes international. Au cours de leur reportage, Paul Moreira et David André sont amenés à travailler sur la répression, en janvier 2007, d'une manifestation pacifique par l'armée guinéenne. Sur des images amateurs, on peut voir les militaires ouvrir le feu sur les manifestants désarmés. 150 d'entre eux seront tués.

Par ailleurs, selon les chiffres obtenus par les enquêteurs des ONG, la France aurait vendu à la Guinée pour 6 millions de dollars d'armes entre 2003 et 2006, parmi lesquelles des munitions utilisées pour les fusils à pompe, eux-mêmes souvent employés dans le cadre du maintien de l'ordre.

L'enquête sera diffusée dans le cadre d'
une soirée "Thema" est suivie, à 22h30, d'un débat ainsi que d'un chat sur le site d'Arte.

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 19:02

Lu pour vous le 19 juillet 2008
Thierry Meyssan

Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d'après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu'à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s'interroger sur les alliances qui l'ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d'écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l'exception de deux imputations, signalées par l'auteur qui en assume seul la responsabilité.

Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d'immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfaits par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d'un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu'à créer une complète confusion.

Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l'ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d'autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu'ils auraient dû s'en rendre compte depuis longtemps.

C'est que l'homme est habile. Comme un illusionniste, il a détourné leur attention en offrant sa vie privée en spectacle et en posant dans les magazines people, jusqu'à leur faire oublier son parcours politique.

Que l'on comprenne bien le sens de cet article : il ne s'agit pas de reprocher à M. Sarkozy ses liens familiaux, amicaux et professionnels, mais de lui reprocher d'avoir caché ses attaches aux Français qui ont cru, à tort, élire un homme libre.

Pour comprendre comment un homme en qui tous s'accordent aujourd'hui à voir l'agent des États-Unis et d'Israël a pu devenir le chef du parti gaulliste, puis le président de la République française, il nous faut revenir en arrière. Très en arrière. Il nous faut emprunter une longue digression au cours de laquelle nous présenterons les protagonistes qui trouvent aujourd'hui leur revanche.

Secrets de famille

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les services secrets états-uniens s'appuient sur le parrain italo-US Lucky Luciano pour contrôler la sécurité des ports américains et pour préparer le débarquement allié en Sicile. Les contacts de Luciano avec les services US passent notamment par Frank Wisner Sr. puis, lorsque le « parrain » est libéré et s'exile en Italie, par son « ambassadeur » corse, Étienne Léand
En 1958, les États-Unis, inquiets d'une possible victoire du FLN en Algérie qui ouvrirait l'Afrique du Nord à l'influence soviétique, décident de susciter un coup d'État militaire en France. L'opération est organisée conjointement par la Direction de la planification de la CIA -théoriquement dirigée par Frank Wisner Sr.- et par l'OTAN. Mais Wisner a déjà sombré dans la démence de sorte que c'est son successeur, Allan Dulles, qui supervise le coup. Depuis Alger, des généraux français créent un Comité de salut public qui exerce une pression sur le pouvoir civil parisien et le contraint à voter les pleins pouvoirs au général De Gaulle sans avoir besoin de recourir la force.

Or, Charles De Gaulle n'est pas le pion que les Anglo-Saxons croient pouvoir manipuler. Dans un premier temps, il tente de sortir de la contradiction coloniale en accordant une large autonomie aux territoires d'outre-mer au sein d'une Union française. Mais il est déjà trop tard pour sauver l'Empire français car les peuples colonisés ne croient plus aux promesses de la métropole et exigent leur indépendance. Après avoir conduit victorieusement de féroces campagnes de répression contre les indépendantistes, De Gaulle se rend à l'évidence. Faisant preuve d'une rare sagesse politique, il décide d'accorder à chaque colonie son indépendance.

Cette volte-face est vécue comme une trahison par la plupart de ceux qui l'ont porté au pouvoir. La CIA et l'OTAN soutiennent alors toutes sortes de complots pour l'éliminer, dont un putsch manqué et une quarantaine de tentatives d'assassinat. Toutefois, certains de ses partisans approuvent son évolution politique. Autour de Charles Pasqua, ils créent le SAC, une milice pour le protéger.

Pasqua est à la fois un truand corse et un ancien résistant. Il a épousé la fille d'un bootlegger canadien qui fit fortune durant la prohibition. Il dirige la société Ricard qui, après avoir commercialisé de l'absinthe, un alcool prohibé, se respectabilise en vendant de l'anisette. Cependant, la société continue à servir de couverture pour toutes sortes de trafics en relation avec la famille italo-new-yorkaise des Genovese, celle de Lucky Luciano. Il n'est donc pas étonnant que Pasqua fasse appel à Étienne Léandri (« l'ambassadeur » de Luciano) pour recruter des gros bras et constituer la milice gaulliste. Un troisième homme joue un grand rôle dans la formation du SAC, l'ancien garde du corps de De Gaulle, Achille Peretti -un Corse lui aussi-.

Ainsi défendu, De Gaulle dessine avec panache une politique d'indépendance nationale. Tout en affirmant son appartenance au camp atlantique, il remet en cause le leadership anglo-saxon. Il s'oppose à l'entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun européen (1961 et 1967) ; Il refuse le déploiement des casques de l'ONU au Congo (1961) ; il encourage les États latino-américains à s'affranchir de l'impérialisme US (discours de Mexico, 1964) ; Il expulse l'OTAN de France et se retire du Commandement intégré de l'Alliance atlantique (1966) ; Il dénonce la Guerre du Viêt-nam (discours de Phnon Penh, 1966) ; Il condamne l'expansionnisme israélien lors de la Guerre des Six jours (1967) ; Il soutient l'indépendance du Québec (discours de Montréal 1967) ; etc.

Simultanément, De Gaulle consolide la puissance de la France en la dotant d'un complexe militaro-industriel incluant la force de dissuasion nucléaire, et en garantissant son approvisionnement énergétique. Il éloigne utilement les encombrants Corses de son entourage en leur confiant des missions à étranger. Ainsi Étienne Léandri devient-il le trader du groupe Elf (aujourd'hui Total), tandis que Charles Pasqua devient l'homme de confiance des chefs d'États d'Afrique francophone.

Conscient qu'il ne peut défier les Anglo-Saxons sur tous les terrains à la fois, De Gaulle s'allie à la famille Rothschild. Il choisit comme Premier ministre le fondé de pouvoir de la Banque, Georges Pompidou. Les deux hommes forment un tandem efficace. L'audace politique du premier ne perd jamais de vue le réalisme économique du second.

Lorsque De Gaulle démissionne, en 1969, Georges Pompidou lui succède brièvement à la présidence avant d'être emporté par un cancer. Les gaullistes historiques n'admettent pas son leadership et s'inquiètent de son tropisme anglophile. Ils hurlent à la trahison lorsque Pompidou, secondé par le secrétaire général de l'Élysée Edouard Balladur, fait entrer « la perfide Albion » dans le Marché commun européen.

La fabrication de Nicolas Sarkozy

Ce décor étant planté, revenons-en à notre personnage principal, Nicolas Sarkozy. Né en 1955, il est le fils d'un noble catholique hongrois, Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa, réfugié en France après avoir fuit l'Armée rouge, et d'Andrée Mallah, une roturière juive originaire de Thessalonique. Après avoir eu trois enfants (Guillaume, Nicolas et François), le couple divorce. Pal Sarkosy de Nagy-Bocsa se remarie avec une aristocrate, Christine de Ganay, dont il aura deux enfants (Pierre-Olivier et Caroline). Nicolas ne sera pas élevé par ses seuls parents, mais balloté dans cette famille recomposée.

Sa mère est devenue la secrétaire d'Achille Peretti. Après avoir co-fondé le SAC, le garde du corps de De Gaulle avait poursuivi une brillante carrière politique. Il avait été élu député et maire de Neuilly-sur-Seine, la plus riche banlieue résidentielle de la capitale, puis président de l'Assemblée nationale.

Malheureusement, en 1972, Achille Peretti est gravement mis en cause. Aux États-Unis, le magazine Time révèle l'existence d'une organisation criminelle secrète « l'Union corse » qui contrôlerait une grande partie du trafic de stupéfiants entre l'Europe et l'Amérique, la fameuse « French connexion » qu'Hollywwod devait porter à l'écran. S'appuyant sur des auditions parlementaires et sur ses propres investigations, Time cite le nom d'un chef mafieux, Jean Venturi, arrêté quelques années plus tôt au Canada, et qui n'est autre que le délégué commercial de Charles Pasqua pour la société d'alcool Ricard. On évoque le nom de plusieurs familles qui dirigeraient « l'Union corse », dont les Peretti. Achille nie, mais doit renoncer à la présidence de l'Assemblée nationale et échappe même à un « suicide ».

En 1977, Pal Sarkozy se sépare de sa seconde épouse, Christine de Ganay, laquelle se lie alors avec le n°2 de l'administration centrale du département d'État des États-Unis. Elle l'épouse et s'installe avec lui en Amérique. Le monde étant petit, c'est bien connu, son mari n'est autre que Frank Wisner Jr., fils du précédent. Les fonctions de Junior à la CIA ne sont pas connues, mais il clair qu'il y joue un rôle important. Nicolas, qui reste proche de sa belle-mère, de son demi-frère et de sa demi-sœur, commence à se tourner vers les États-Unis où il « bénéficie » des programmes de formation du département d'État.

À la même période, Nicolas Sarkozy adhère au parti gaulliste. Il y fréquente d'autant plus rapidement Charles Pasqua que celui-ci n'est pas seulement un leader national, mais aussi le responsable de la section départementale des Hauts-de-Seine.

En 1982, Nicolas Sarkozy, ayant terminé ses études de droit et s'étant inscrit au barreau, épouse la nièce d'Achille Peretti. Son témoin de mariage est Charles Pasqua. En tant qu'avocat, Me Sarkozy défend les intérêts des amis corses de ses mentors. Il acquiert une propriété sur l'île de beauté, à Vico, et imagine de corsiser son nom en remplaçant le « y » par un « i » : Sarkozi.

L'année suivante, il est élu maire de Neuilly-sur-Seine en remplacement de son bel-oncle, Achille Peretti, terrassé par une crise cardiaque.

Cependant, Nicolas ne tarde pas à trahir sa femme et, dès 1984, il poursuit une liaison cachée avec Cécilia, l'épouse du plus célèbre animateur de télévision français de l'époque, Jacques Martin, dont il a fait la connaissance en célébrant leur mariage en qualité de maire de Neuilly. Cette double vie dure cinq ans, avant que les amants ne quittent leurs conjoints respectifs pour construire un nouveau foyer.

Nicolas est le témoin de mariage, en 1992, de la fille de Jacques Chirac, Claude, avec un éditorialiste du Figaro. Il ne peut s'empêcher de séduire Claude et de mener une brève relation avec elle, tandis qu'il vit officiellement avec Cécilia. Le mari trompé se suicide en absorbant des drogues. La rupture est brutale et sans retour entre les Chirac et Nicolas Sarkozy.

En 1993, la gauche perd les élections législatives. Le président François Mitterrand refuse de démissionner et entre en cohabitation avec un Premier ministre de droite. Jacques Chirac, qui ambitionne la présidence et pense alors former avec Edouard Balladur un tandem comparable à celui de De Gaulle et Pompidou, refuse d'être à nouveau Premier ministre et laisse la place à son « ami de trente ans », Edouard Balladur. Malgré son passé sulfureux, Charles Pasqua devient ministre de l'Intérieur. S'il conserve la haute main sur la marijuana marocaine, il profite de sa situation pour légaliser ses autres activités en prenant le contrôle des casinos, jeux et courses en Afrique francophone. Il tisse aussi des liens en Arabie saoudite et en Israël et devient officier d'honneur du Mossad. Nicolas Sarkozy, quant à lui, est ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.

À Washington, Frank Wisner Jr. a pris la succession de Paul Wolfowitz comme responsable de la planification politique au département de la Défense. Personne ne remarque les liens qui l'unissent au porte-parole du gouvernement français.

C'est alors que reprend au sein du parti gaulliste la tension que l'on avait connu trente ans plus tôt entre les gaullistes historiques et la droite financière, incarnée par Balladur. La nouveauté, c'est que Charles Pasqua et avec lui le jeune Nicolas Sarkozy trahissent Jacques Chirac pour se rapprocher du courant Rothschild. Tout dérape. Le conflit atteindra son apogée en 1995 lorsque Édouard Balladur se présentera contre son ex-ami Jacques Chirac à l'élection présidentielle, et sera battu. Surtout, suivant les instructions de Londres et de Washington, le gouvernement Balladur ouvre les négociations d'adhésion à l'Union européenne et à l'OTAN des États d'Europe centrale et orientale, affranchis de la tutelle soviétique.

Rien ne va plus dans le parti gaulliste où les amis d'hier sont près de s'entre-tuer. Pour financer sa campagne électorale, Edouard Balladur tente de faire main basse sur la caisse noire du parti gaulliste, cachée dans la double comptabilité du pétrolier Elf. À peine le vieux Étienne Léandri mort, les juges perquisitionnent la société et ses dirigeants sont incarcérés. Mais Balladur, Pasqua et Sarkozy ne parviendront jamais à récupérer le magot.

La traversée du désert

Tout au long de son premier mandat, Jacques Chirac tient Nicolas Sarkozy à distance. L'homme se fait discret durant cette longue traversée du désert. Discrètement, il continue à nouer des relations dans les cercles financiers.

En 1996, Nicolas Sarkozy ayant enfin réussi à clore une procédure de divorce qui n'en finissait pas se marie avec Cécilia. Ils ont pour témoins les deux milliardaires Martin Bouygues et Bernard Arnaud (l'homme le plus riche du pays).

Dernier acte

Bien avant la crise irakienne, Frank Wisner Jr. et ses collègues de la CIA planifient la destruction du courant gaulliste et la montée en puissance de Nicolas Sarkozy. Ils agissent en trois temps : d'abord l'élimination de la direction du parti gaulliste et la prise de contrôle de cet appareil, puis l'élimination du principal rival de droite et l'investiture du parti gaulliste à l'élection présidentielle, enfin l'élimination de tout challenger sérieux à gauche de manière à être certain d'emporter l'élection présidentielle.

Pendant des années, les médias sont tenus en haleine par les révélations posthumes d'un promoteur immobilier. Avant de décéder d'une grave maladie, il a enregistré pour une raison jamais élucidée une confession en vidéo. Pour une raison encore plus obscure, la « cassette » échoue dans les mains d'un hiérarque du Parti socialiste, Dominique Strauss-Khan, qui la fait parvenir indirectement à la presse.

Si les aveux du promoteur ne débouchent sur aucune sanction judiciaire, ils ouvrent une boîte de Pandore. La principale victime des affaires successives sera le Premier ministre Alain Juppé. Pour protéger Chirac, il assume seul toutes les infractions pénales. La mise à l'écart de Juppé laisse la voie libre à Nicolas Sarkozy pour prendre la direction du parti gaulliste.

Sarkozy exploite alors sa position pour contraindre Jacques Chirac à le reprendre au gouvernement, malgré leur haine réciproque. Il sera en définitive, ministre de l'Intérieur. Erreur ! À ce poste, il contrôle les préfets et de le renseignement intérieur qu'il utilise pour noyauter les grandes administrations.

Il s'occupe aussi des affaires corses. Le préfet Claude Érignac a été assassiné. Bien qu'il n'ait pas été revendiqué, le meurtre a immédiatement été interprété comme un défi lancé par les indépendantistes à la République. Après une longue traque, la police parvient à arrêter un suspect en fuite, Yvan Colonna, fils d'un député socialiste. Faisant fi de la présomption d'innocence, Nicolas Sarkozy annonce cette interpellation en accusant le suspect d'être l'assassin. C'est que la nouvelle est trop belle à deux jours du référendum que le ministre de l'Intérieur organise en Corse pour modifier le statut de l'île. Quoi qu'il en soit, les électeurs rejettent le projet Sarkozy qui, selon certains, favorise les intérêts mafieux. Bien qu'Yvan Colonna ait ultérieurement été reconnu coupable, il a toujours clamé son innocence et aucune preuve matérielle n'a été trouvée contre lui. Étrangement, l'homme s'est muré dans le silence, préférant être condamné que de révéler ce qu'il sait. Nous révélons ici que le préfet Érignac n'a pas été tué par des nationalistes, mais abattu par un tueur à gage, Igor Pecatte, immédiatement exfiltré vers l'Angola où il a été engagé à la sécurité du groupe Elf. Le mobile du crime était précisément lié aux fonctions antérieures d'Érignac, responsable des réseaux africains de Charles Pasqua au ministère de la Coopération. Quand à Yvan Colonna, c'est un ami personnel de Nicolas Sarkozy depuis des décennies et leurs enfants se sont fréquentés.

Une nouvelle affaire éclate : de faux listings circulent qui accusent mensongèrement plusieurs personnalités de cacher des comptes bancaires au Luxembourg, chez Clearstream. Parmi les personnalités diffamées : Nicolas Sarkozy. Il porte plainte et sous-entend que son rival de droite à l'élection présidentielle, le Premier ministre Dominique de Villepin, a organisé cette machination. Il ne cache pas son intention de le faire jeter en prison. En réalité, les faux listings ont été mis en circulation par des membres de la Fondation franco-américaine, dont John Negroponte était président et dont Frank Wisner Jr. est administrateur. Ce que les juges ignorent et que nous révélons ici, c'est que les listings ont été fabriqués à Londres par une officine commune de la CIA et du MI6, Hakluyt & Co, dont Frank Wisner Jr. est également administrateur. Villepin se défend de ce dont on l'accuse, mais il est mis en examen, assigné à résidence et, de facto, écarté provisoirement de la vie politique. La voie est libre à droite pour Nicolas Sarkozy.

Reste à neutraliser les candidatures d'opposition. Les cotisations d'adhésion au parti socialistes sont réduites à un niveau symbolique pour attirer de nouveaux militants. Soudainement des milliers de jeunes prennent leur carte. Parmi eux, au moins dix mille nouveaux adhérents sont en réalité des militants du Parti trotskiste « lambertiste » (du nom de son fondateur Pierre Lambert). Cette petite formation d'extrême gauche s'est historiquement mise au service de la CIA contre les communistes staliniens durant la Guerre froide (Elle est l'équivalent du SD/USA de Max Shatchman, qui a formé les néoconservateurs aux USA). Ce n'est pas la première fois que les « lambertistes » infiltrent le Parti socialiste. Ils y ont notamment placé deux célèbres agents de la CIA : Lionel Jospin (qui est devenu Premier ministre) et Jean-Christophe Cambadélis, le principal conseiller de Dominique Strauss-Kahn.

Des primaires sont organisées au sein du Parti socialiste pour désigner son candidat à l'élection présidentielle. Deux personnalités sont en concurrence : Laurent Fabius et Ségolène Royal. Seul le premier représente un danger pour Sarkozy. Dominique Strauss-Kahn entre dans la course avec pour mission d'éliminer Fabius au dernier moment. Ce qu'il sera en mesure de faire grâce aux votes des militants « lambertistes » infiltrés, qui portent leur suffrages non pas sur son nom, mais sur celui de Royal. L'opération est possible parce que Strauss-Kahn est depuis longtemps sur le payroll des États-Unis. Les Français ignorent qu'il donne des cours à Stanford, où il a été embauché par le prévot de l'université, Condoleezza Rice [8]. Dès sa prise de fonction, Nicolas Sarkozy et Condoleezza Rice remercieront Strauss-Kahn en le faisant élire à la direction du Fonds monétaire international.

Premiers jours à l'Élysée

Le soir du second tour de l'élection présidentielle, lorsque les instituts de sondages annoncent sa victoire probable, Nicolas Sarkozy prononce un bref discours à la nation depuis son QG de campagne. Puis, contrairement à tous les usages, il ne va pas faire la fête avec les militants de son parti, mais il se rend au Fouquet's. La célèbre brasserie des Champs-Élysées, qui était jadis le rendez-vous de « l'Union corse » est aujourd'hui la propriété du casinotier Dominique Desseigne. Il a été mis à disposition du président élu pour y recevoir ses amis et les principaux donateurs de sa campagne. Une centaine d'invités s'y bousculent, les hommes les plus riches de France y côtoient les patrons de casinos.

Puis le président élu s'offre quelques jours de repos bien mérités. Conduit en Falcon-900 privé à Malte, il s'y repose sur le Paloma, le yacht de 65 mètres de son ami Vincent Bolloré, un milliardaire formé à la Banque Rothschild.

Enfin, Nicolas Sarkozy est investi président de la République française. Le premier décret qu'il signe n'est pas pour proclamer une amnistie, mais pour autoriser les casinos de ses amis Desseigne et Partouche à multiplier les machines à sous.

Il forme son équipe de travail et son gouvernement. Sans surprise, on y retrouve un bien trouble propriétaire de casinos (le ministre de la Jeunesse et des Sports) et le lobbyiste des casinos de l'ami Desseigne (qui devient porte-parole du parti « gaulliste »).

Nicolas Sarkozy s'appuie avant tout sur quatre hommes : Claude Guéant, secrétaire général du palais de l'Élysée. C'est l'ancien bras droit de Charles Pasqua. François Pérol, secrétaire général adjoint de l'Élysée. C'est un associé-gérant de la Banque Rothschild. Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique. Fils de l'ancien directeur de l'Agence juive. Ambassadeur de France à l'ONU, il fut relevé de ses fonctions par Chirac qui le jugeait trop proche de George Bush. Alain Bauer, l'homme de l'ombre. Son nom n'apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique française) et ancien n°2 de la National Security Agency états-unienne en Europe.

Frank Wisner Jr., qui a été nommé entre temps envoyé spécial du président Bush pour l'indépendance du Kosovo, insiste pour que Bernard Kouchner soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : l'indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe de la France.

Kouchner a débuté sa carrière en participant à la création d'une ONG humanitaire. Grâce aux financements de la National Endowment for Democracy, il a participé aux opérations de Zbigniew Brzezinski en Afghanistan, aux côtés d'Oussama Ben Laden et des frères Karzaï contre les Soviétiques. On le retrouve dans les années 90 auprès d'Alija Izetbegoviç en Bosnie-Herzégovine. De 1999 à 2001, il a été Haut représentant de l'ONU au Kosovo.

Sous le contrôle du frère cadet du président Hamid Karzaï, l'Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot. Le suc est transformé sur place en héroïne et transporté par l'US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo). Là, la drogue est prise en charge par les hommes d'Haçim Thaçi qui l'écoulent principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis. Les bénéfices sont utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA. Karzaï et Thaçi sont des amis personnels de longue date de Bernard Kouchner, qui certainement ignore leurs activités criminelles malgré les rapports internationaux qui y ont été consacrés.

Pour complèter son gouvernement, Nicolas Sarkozy nomme Christine Lagarde, ministre de l'Économie et des Finances. Elle a fait toute sa carrière aux États-Unis où elle a dirigé le prestigieux cabinet de juristes Baker & McKenzie. Au sein du Center for International & Strategic Studies de Dick Cheney, elle a co-présidé avec Zbigniew Brzezinski un groupe de travail qui a supervisé les privatisations en Pologne. Elle a organisé un intense lobbying pour le compte de Lockheed Martin contre les l'avionneur français Dassault.

Nouvelle escapade durant l'été. Nicolas, Cécilia, leur maîtresse commune et leurs enfants se font offrir des vacances états-uniennes à Wolfenboroo, non loin de la propriété du président Bush. La facture, cette fois, est payée par Robert F. Agostinelli, un banquier d'affaires italo-new-yorkais, sioniste et néo-conservateur pur sucre qui s'exprime dans Commentary, la revue de l'American Jewish Committee.

La réussite de Nicolas rejaillit sur son demi-frère Pierre-Olivier. Sous le nom américanisé « d'Oliver », il est nommé par Frank Carlucci (qui fut le n°2 de la CIA après avoir été recruté par Frank Wisner Sr.) directeur d'un nouveau fonds de placement du Carlyle Group (la société commune de gestion de portefeuille des Bush et des Ben Laden) [13]. Sans qualité personnelle particulière, il est devenu le 5e noueur de deals dans le monde et gère les principaux avoirs des fonds souverains du Koweit et de Singapour.

La côte de popularité du président est en chute libre dans les sondages. L'un de ses conseillers en communication, Jacques Séguéla, préconise de détourner l'attention du public avec de nouvelles « people stories ». L'annonce du divorce avec Cécilia est publiée par Libération, le journal de son ami Edouard de Rothschild, pour couvrir les slogans des manifestants un jour de grève générale. Plus fort encore, le communiquant organise une rencontre avec l'artiste et ex-mannequin, Carla Bruni. Quelques jours plus tard, sa liaison avec le président est officialisée et le battage médiatique couvre à nouveau les critiques politiques. Quelques semaines encore et c'est le troisième mariage de Nicolas. Cette fois, il choisit comme témoins Mathilde Agostinelli (l'épouse de Robert) et Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d'Edouard Balladur devenu associé-gérant chez Rothschild.

Quand les Français auront-ils des yeux pour voir à qui ils ont à faire ?

 

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 14:09

2 août 2008
Awa Traoré - Afrik.com

 

La France a annoncé ce jeudi les réformes de sa politique de défense. La refonte concerne les forces militaires de l’Hexagone mais aussi celles présentes en Afrique. Paris compte notamment réorganiser ses effectifs pour autonomiser les armées africaines et renforcer la coopération dans la lutte contre le terrorisme et les trafics. Elle se réserve cependant « une capacité de prévention et d’action ». « La France n’a pas vocation à maintenir indéfiniment des forces armées en Afrique », déclarait en février le président français, alors en tournée en Afrique du Sud. « L’Afrique doit prendre en charge ses problèmes de sécurité », avait ajouté Nicolas Sarkozy. Ces propos laissaient présager de la teneur du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale de la France, sur la base duquel ont été décidées les restructurations militaires présentées ce jeudi par le Premier ministre.

Le « rôle clé » de la façade occidentale

Si François Fillon a annoncé la fermeture de 83 sites en France dès 2009, il semble qu’en Afrique la présence des 10 000 militaires français - qui coûte « 760 millions d’euros par an » - ne sera pas remise en cause. Certes, Licorne, la mission de l’Hexagone en Côte d’Ivoire, est appelée à disparaître. Mais il n’est question de retirer les autres soldats français stationnés en terre ivoirienne, ainsi qu’à Djibouti, au Sénégal, au Gabon, au Tchad et en Centrafrique, nous explique-t-on au ministère de la Défense.

« La façade occidentale de l’Afrique continuera de jouer un rôle clé dans la sécurité du continent africain et de l’Europe, en raison du potentiel de développement mais aussi des trafics qui transitent par ces routes », justifie le Livre Blanc. Paris souligne d’ailleurs, dans cette optique de lutte contre les trafics, le « rôle indispensable du renseignement pour prévenir et contrecarrer ce type d’actions ».

Recadrage partiel

Q
uant aux accords de défense et la coopération militaire, dont la réforme concerne aussi les Antilles et la Guyane, la France les « convertira radicalement (…) pour évoluer vers un partenariat entre l’Europe et l’Afrique et une coopération de défense et de sécurité, favorisant la montée en puissance des capacités africaines de maintien de la paix », indique le Livre Blanc. Cette mesure, qui passera par un rapprochement de l’Europe avec les diverses organisations sous-régionales [1] est censée aider le Continent à « disposer de ses propres capacités de règlement des différends, de prévention des crimes et de maintien de la paix ».

De là à dire que la France finira par laisser le champ libre aux Africains ? Pas si sûr : «La France conservera une capacité de prévention et d’action sur les façades occidentale et orientale du continent africain, ainsi que dans la bande sahélienne, notamment pour lutter contre les trafics ou les actes de terrorisme».

[1] L’Union Africaine, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), la Communauté de développement d’Afrique australe (Sadec), la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (Ceeac) et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad) de l’Afrique de l’Est

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 14:04

Article paru dans Le Monde du 20 mai 2008

 

 

Le dernier acte de la mondialisation se joue loin des yeux occidentaux. Ses acteurs ? Des milliers de migrants chinois qui s’installent partout en Afrique pour construire, produire et commercer. Serge Michel et Michel Beuret, avec le photographe Paolo Woods, sont allés à leur rencontre. Nous publions des extraits du prologue de leur livre, qui paraît mardi 20 mai. La Chinafrique, Pékin à la conquête du continent noir, photographies de Paolo Woods. © Editions Grasset & Fasquelle, 2008. 

“Ni hao, ni hao.” Nous marchions depuis dix minutes dans cette rue de Brazzaville quand une joyeuse pelote de petits Congolais s’est arrêtée de courir après un ballon pour nous saluer. Les Blancs, en Afrique, ont l’habitude des “hello mista !”, des “salut toubab !” ou des “Monsieur Monsieur !”. Mais ces enfants, alignés et souriants au bord de la rue, ont enrichi le répertoire. Ils ont crié “ni hao, ni hao”, bonjour en chinois, avant de reprendre leur jeu. Pour eux, tous les étrangers sont chinois.

Quelques centaines de mètres plus loin, une société chinoise était en train de construire le nouveau siège de la télévision nationale congolaise, un bâtiment de verre et de métal comme tombé du ciel dans ce quartier populaire. Et à l’entrée de la rue, cette même société érigeait une villa somptueuse pour un membre du gouvernement, sans doute en remerciement de l’attribution du chantier de la télévision. En ville, d’autres compagnies chinoises mettaient la dernière main au nouveau ministère des affaires étrangères et de la francophonie et bouchaient les trous d’obus dans les bâtiments touchés par la guerre civile.

A 2 250 km au nord-ouest de là, dans la banlieue de Lagos, au Nigeria, l’usine Newbisco passait pour une malédiction. Fondée par un Britannique avant l’indépendance de 1960, cette unité de production de biscuits secs a changé souvent de mains, aucun propriétaire n’étant capable de la tenir à flot dans un pays où les exportations pétrolières et la corruption étouffent toute autre activité économique. En 2000, son avant-dernier patron, un Indien, a revendu Newbisco en état de ruine à l’homme d’affaires chinois Y. T. Chu. Lorsque nous sommes entrés dans l’usine, un matin d’avril 2007, une odeur de farine et de sucre flottait dans l’air. Les tapis roulants charriaient chaque heure plus de trois tonnes de petits biscuits aussitôt emballés par des dizaines d’ouvrières. “Nous couvrons à peine 1 % des besoins du marché nigérian”, a dit Y. T. Chu en souriant. Les reporters rentrent souvent d’Afrique avec des histoires dramatiques d’enfants affamés, de conflits ethniques et de violences incompréhensibles. Nous avons bien sûr été témoins de tout cela lors de nos reportages en Afrique ces dernières années, mais, cette fois, au moment de commencer la rédaction de ce livre, ce sont les images d’une Afrique nouvelle qui nous passent devant les yeux : les enfants de Brazzaville qui saluent en chinois, l’usine de biscuits de Lagos ou encore l’autoroute construite au Soudan, que nous avons empruntée à l’été 2007.

Nous roulions depuis deux heures entre Khartoum et Port-Soudan lorsqu’un passage du livre de Robert Fisk nous est revenu en mémoire. En 1993, c’est dans un village à gauche de cette route que le reporter britannique avait rendez-vous avec Oussama Ben Laden, réfugié au Soudan après avoir appelé à la guerre sainte contre les Américains en Arabie saoudite. Pour remercier ses hôtes soudanais, il a expliqué à Fisk qu’il allait construire une nouvelle route de 800 km entre la capitale et le grand port. En 1996, le terroriste est obligé de fuir à nouveau, cette fois en Afghanistan, où il a développé d’autres projets que le génie civil. Qui allait terminer son chantier ? Les Chinois. Ils prévoient même de le doubler d’une voie de chemin de fer. Arrivées massivement dans le pays dès le milieu des années 1990, les entreprises chinoises y ont déjà investi 15 milliards de dollars, en particulier dans les puits de pétrole qui fournissent aujourd’hui à la Chine jusqu’à 10 % de ses importations.

Pendant plus d’un an, nous avons parcouru des milliers de kilomètres et visité quinze pays pour raconter ce que la Chine fait en Afrique. L’idée nous trottait dans la tête depuis un certain temps, mais elle s’est imposée lors d’une rencontre impromptue avec Lansana Conté, le président de Guinée, à la fin octobre 2006. Cela faisait une dizaine d’années qu’il n’avait pas parlé à la presse étrangère. Pourquoi accepter de nous voir, ce jour-là, dans son village natal, à trois heures de la capitale, Conakry ? Peut-être le besoin de prouver qu’il était encore vif, alors qu’on le disait à l’agonie et que le pays se laissait gagner par le chaos. De fait, la discussion fut assez sombre, malgré le décor ravissant de sa grosse villa donnant sur son lac privé. Le président a traité la plupart de ses ministres de “voleurs” et fustigé les Blancs “qui n’ont jamais cessé de se comporter en colons”. Il a fait l’éloge d’une Guinée agricole et a
paru accablé par la découverte off-shore de gisements pétroliers qui, à son avis, feront de la Guinée un pays plus corrompu encore.

Une seule fois, le visage présidentiel s’est éclairé : lorsque la discussion a glissé sur les Chinois. “Les Chinois sont incomparables ! s’est exclamé le vieux général. Au moins, ils travaillent ! Ils vivent avec nous dans la boue. Il y en a qui cultivent, comme moi. Je leur ai confié une terre fatiguée, vous devriez voir ce qu’ils en ont fait !”

La présence de Chinois en Afrique n’est plus une surprise. Ces quatre ou cinq dernières années, nous les avions vus progresser un peu partout lors de nos reportages en Angola, au Sénégal, en Côte d’Ivoire ou au Sierra Leone. Mais le phénomène a changé d’échelle. Tout se passe comme s’ils avaient d’un coup décuplé leurs efforts au point de pénétrer l’imaginaire de tout un continent, du vieux président guinéen, qui ne voyage plus que pour se faire soigner en Suisse, aux petits Congolais trop jeunes pour distinguer un Européen d’un Asiatique.

En quelques années, la Chine en Afrique est passée de sujet pointu pour spécialistes en géopolitique à un thème central dans les relations internationales et la vie quotidienne du continent. Et pourtant, chercheurs et journalistes continuent de brasser les mêmes chiffres macro-économiques : le commerce bilatéral entre les deux régions a été multiplié par cinquante entre 1980 et 2005. Il a quintuplé entre 2000 et 2006, passant de 10 à 55 milliards, et devrait atteindre 100 milliards en 2010. Il y aurait déjà 900 entreprises chinoises sur le sol africain. En 2007, la Chine aurait pris la place de la France comme second plus gros partenaire commercial de l’Afrique.

Ce sont là des chiffres officiels, qui ne prennent pas en compte les investissements de tous les migrants. D’ailleurs, combien sont-ils ? Un séminaire universitaire organisé à la fin 2006 en Afrique du Sud, où la communauté chinoise est la plus nombreuse, avance le chiffre de 750 000 pour tout le continent. Les journaux africains, eux, se laissent parfois aller à évoquer “des millions” de Chinois. Du côté chinois, l’estimation la plus haute vient du vice-président de l’Association de l’amitié des peuples chinois et africains, Huang Zequan, qui a parcouru 33 des 53 pays africains. Dans une interview au Journal du commerce chinois en 2007, il estime que 500 000 de ses compatriotes vivent en Afrique (contre 250 000 Libanais et moins de 110 000 Français).

Tout ces migrants-là, comme s’ils n’étaient qu’une armée de fourmis, n’ont pas de nom, pas de visage et restent muets. Le plus souvent, les journalistes se plaignent qu’ils refusent de parler. Et le ton des articles pour les décrire est inquiet, voire alarmiste, comme si l’arrivée d’une nouvelle puissance n’était qu’une calamité de plus pour le continent noir, aux souffrances déjà infinies.

Voyons les choses d’une autre façon. L’entrée de la Chine sur la scène africaine pourrait bien représenter, pour Pékin, son couronnement de superpuissance mondiale, capable de miracles aussi bien chez elle que sur les terres les plus ingrates de la planète. Et, pour l’Afrique, cette rencontre marque peut-être le rebondissement tant attendu depuis la décolonisation des années 1960, de son heure qui sonne enfin, du dernier espoir du président guinéen mais aussi des 900 millions d’Africains, le signal que plus rien ne sera comme avant. Passons les acteurs en revue.

Les Chinois d’abord. L’histoire, telle qu’on la raconte en Occident, veut qu’ils vivent depuis des millénaires une aventure tragique, essentiellement collective et confinée à l’intérieur de leurs immenses frontières. Un jour de décembre 1978, alors que l’empire du Milieu se remettait à peine des affres de la révolution culturelle, Deng Xiaoping leur a lancé un slogan révolutionnaire : “Enrichissez-vous”. Vingt ans plus tard, c’est devenu le credo d’un milliard 300 millions de Chinois et, pour une partie d’entre eux, c’est chose faite. Pour les autres, les ruraux surtout, la vie est devenue impossible. Depuis la nuit des temps en Chine, cette catégorie-là cherche à quitter sa terre pour un monde meilleur. La diaspora chinoise, dit-on, est la plus nombreuse au monde, avec 100 millions de personnes, et la plus riche. (…) Jusqu’en 2000, Pékin tentait encore de freiner le mouvement, afin de ne pas entacher l’image du régime. Aujourd’hui, il l’encourage, en particulier pour les braves qui veulent tenter leur chance en Afrique. Dans l’esprit des dirigeants chinois, et singulièrement dans celui du président, surnommé parfois Hu Jintao l’Africain, l’immigration est même devenue une partie de la solution pour faire baisser la pression démographique, la surchauffe économique, la pollution. “Nous avons 600 fleuves en Chine, 400 sont mortes de pollution, affirmait un scientifique dans Le Figaro, sous couvert de l’anonymat. On ne s’en tirera pas sans envoyer 300 millions de personnes en Afrique !”

Ils sont pour l’instant des centaines de milliers à avoir fait le grand saut.

Et c’est ainsi que s’achève, dans le plus grand silence, l’une des dernières étapes de la mondialisation et la rencontre des deux cultures les plus éloignées que la terre puisse porter. En Afrique, leur nouveau Far West, les Chinois découvrent à tâtons les grands espaces, l’exotisme, le rejet, le racisme, l’aventure individuelle - voire intérieure. Ils comprennent que le monde est plus complexe que ne le décrit le Quotidien du peuple. Ces migrants-là se retrouvent tantôt prédateurs, tantôt héros de leur propre histoire, conquistadors ou samaritains. Ils ont, bien sûr, tendance à rester entre eux, à manger comme chez eux, ils ne font pas l’effort d’apprendre les langues autochtones ni même le français ou l’anglais et affichent souvent une moue de dégoût à l’idée d’épouser les coutumes locales, sans parler d’une femme africaine !

A force de s’être enfermés derrière leurs grandes murailles durant des millénaires, les Chinois auraient perdu l’envie de s’adapter aux autres civilisations ou de cohabiter avec elles. Mais aucun ne reviendra indemne d’Afrique. Leurs voyages, leurs découvertes ébranlent désormais l’inertie de la Chine autant qu’a pu le faire, dans les années 1980, sa conversion au capitalisme. Ces Chinois-là feront naître de nouvelles idées, de nouvelles ambitions.

D’ailleurs, leur gouvernement, lui aussi, change depuis qu’il a intensifié sa présence en Afrique. Très attaché à sa devise de “non-ingérence” dans les affaires intérieures, il se rend compte progressivement qu’un soutien trop affiché à certains dictateurs peut lui causer un tort considérable. C’est ainsi que Pékin, après avoir été le plus sûr allié de Khartoum ou de Harare, tente aujourd’hui de freiner l’élan guerrier du Soudan au Darfour et n’aide plus Robert Mugabe, le dictateur zimbabwéen, qu’au compte-gouttes.

L’Afrique, ensuite. Les puissances coloniales l’ont pillée jusqu’en 1960, avant de pérenniser leurs intérêts en y soutenant ses régimes les plus brutaux. L’aide, que l’on estime à 400 milliards de dollars pour toute la période 1960-2000 (400 milliards, c’est l’équivalent du PNB de la Turquie en 2007, mais aussi des fonds que l’élite africaine aurait cachés dans les banques occidentales), n’a pas produit l’effet escompté et aurait même, selon une théorie en vogue, empiré les choses. Il n’empêche, l’Afrique n’a survécu que grâce au sentiment de culpabilité des Occidentaux, qu’elle a fini par décourager. En faisant échouer tous les programmes de développement, en restant la victime éternelle des ténèbres, des dictatures, des génocides, des guerres, des épidémies et de l’avancée des déserts, elle se montre incapable de participer un jour au festin de la mondialisation. “Depuis l’indépendance, l’Afrique travaille à sa
recolonisation. Du moins, si c’était le but, elle ne s’y prendrait pas autrement”, écrit Stephen Smith dans Négrologie. Avant de poursuivre avec ces mots terribles : “Seulement, même en cela, le continent échoue. Plus personne n’est preneur.”

Erreur, la Chine est preneuse. Pour alimenter sa croissance démesurée, la République populaire a un besoin vital en matières premières dont le continent regorge : le pétrole, les minerais, mais aussi le bois, le poisson et les produits agricoles. Elle n’est pas rebutée par l’absence de démocratie ni par la corruption. Ses fantassins ont l’habitude de dormir sur une natte, de ne pas manger de la viande tous les jours. Ils trouvent des opportunités là où d’autres ne voient que de l’inconfort ou du gaspillage. Ils persévèrent là où les Occidentaux ont baissé les bras pour un profit plus sûr. La Chine voit plus loin. Ses objectifs dépassent les anciens prés carrés coloniaux et déploient une vision continentale à long terme. Certains n’y voient qu’une stratégie, apprise de Sun Tsu : “Pour battre ton ennemi, il faut d’abord le soutenir pour qu’il relâche sa vigilance ; pour prendre, il faut d’abord donner.” D’autres croient sincèrement aux partenariats “gagnant-gagnant”, ce leitmotiv de la propagande de Pékin. De fait, la Chine ne fait pas que s’emparer des matières premières africaines. Elle écoule aussi ses produits simples et bon marché, retape les routes, les voies ferrées, les bâtiments officiels. Manque d’énergie ? Elle construit des barrages au Congo, au Soudan, en Ethiopie, et s’apprête à aider l’Egypte à relancer son programme nucléaire civil. Besoin de téléphone ? Elle équipe toute l’Afrique de réseaux sans fil et de fibres optiques. Les populations locales sont réticentes ? Elle ouvre un hôpital, un dispensaire ou un orphelinat. Le Blanc était condescendant et m’as-tu-vu ? Le Chinois reste humble et discret. Les Africains sont impressionnés. Plusieurs milliers parlent ou apprennent aujourd’hui le chinois. Beaucoup d’autres admirent leur persévérance, leur courage et leur efficacité. Et toute l’Afrique se réjouit de cette concurrence qui casse les monopoles des commerçants occidentaux, libanais et indiens. (…)

La Chine en Afrique est donc plus qu’une parabole de la mondialisation, c’est son parachèvement, un basculement des équilibres internationaux, un tremblement de terre géopolitique. S’y installe-t-elle au détriment définitif de l’Occident ? Sera-t-elle pour le continent des ténèbres la lumière providentielle ? L’aidera-t-elle à prendre enfin sa destinée en main ? Pour répondre à ces questions, nous le savions, quelques articles ne suffiraient pas. Il fallait aller sur place, sillonner l’Afrique de part en part, aller à la rencontre des Chinois et des Africains, se mettre dans la peau des uns et des autres ; il fallait écrire ce livre…

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Beurre et argent du beurre
commenter cet article

Textes De Juliette