Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 10:35
Le plus grand danger: l'oubli...
Ne les oublions pas!



Janvier 2008

 

Que sont devenus ces hommes jeunes et vieux, en pleine force de l'âge politique qui ont d'abord traversé la forêt équatoriale puis la Méditerranée il y a onze ans ?

 

Arrivés en exil, ceux qui se disaient " hommes politiques ", ont pris la retraite et ont renoncé à regagner leur pays. Le rêve du retour qu'ils ont nourri pendant ces onze années, se heurte à la douloureuse réalité du poids du temps sans l'exercice du pouvoir, à distance avec le trésor public congolais par conséquent sans le gain de l'argent facile, à la solitude pesante de l'exil et de l'enracinement dans des pays qui les maintiennent dans le silence et l'oubli politique, après avoir ignoré leur exil, leur vieillesse, et bientôt leur mort.

 

« Nous vieillirons ici ! » Semblent dire leur silence et leur incapacité à organiser l'opposition et la résistance face au népotisme de M. Sassou ainsi qu’à la politique africaine de Sarkozy.

 

Vieillir en Europe dans le froid, dans une maison de retraite ou dans un hôpital gériatrique. Dans quelles conditions ? S'agit-il d'une vieillesse ordinaire ? D'une vieillesse atypique ? D'une vieillesse misérable ou d'une vieillesse heureuse et paisible ? Ne risquent-ils pas de vivre leur vieillesse en exil comme un nouvel exil ? Les habitués de la « science et la technologie »  pourront y réfléchir.

 

A priori, rien n'autorise la jeunesse de s'interroger sur leur choix de vieillir ici ou là-bas car chacun mérite sa vieillesse et a le droit de la vivre là où il veut. Nos rois mages, pour la plupart, nés sous la colonisation sont français. Donc, ils sont bien chez eux en France et ne nous lamentons pas sur leur sort sinon sur celui du Congo. Les larmes des congolais opprimés sont devenues un torrent, versées par les victimes d’innombrables "actes d'oppression" de monsieur Sassou et ces sbires. Souvent les malheureux, dans les forêts du Pool ou ailleurs où ils se retrouvent, ont l'impression qu'il n'y a " pas de consolateur ", que les rois mages ne se soucient vraiment pas d'eux. Ils ont raison, car en vérité, personne ne leur vient en aide.

 

Tant que les choses vont relativement bien pour eux-mêmes et leur famille, le peuple congolais ne les intéresse pas. C'est comme s'ils disaient : Le Congo ? Que voulez- vous que ça me fasse ? Ils ne s'en soucient guère ! Nous pensons au Congo de l'an 2020 voire l’an 2030. Eux, ils ne pensent qu'à une chose : comment arriver à partager le pouvoir avec M. Sassou afin de jouir comme d'habitude de l'argent facile et des honneurs ? Ce ne sont pas M.M. Kolélas, dont le fils est aujourd’hui ministre de la République du Congo ou Bokamba, parti pour le Congo soi-disant pour faire l’opposition sur le terrain mais dont on n’a jamais entendu une seule phrase sur le Congo de Sassou et autres qui nous démentirons.

 

La question de savoir comment s'organiser pour combattre ensemble le régime " Oyocratique " afin de ramener la paix, la véritable démocratie et donner enfin au peuple congolais des raisons d’espérer à un avenir meilleur, c'est le cadet de leurs soucis. En définitive, nous ne pensons pas le même Congo.

 

Hier, ils nous disaient, " Nous sommes venus pour vous servir."  Ils se sont servis et aujourd'hui, millionnaires, ou milliardaires,  ils vivent dans des palaces en exil. Le peuple congolais quant à lui, toujours pauvre et pourchassé par un allien  à tel point que certains congolais résident à ce jour dans des forêts  « réduits à manger les feuilles et des insectes. » (Cf. Médecins sans frontières).

 

On nous avait parlé du " Défi d'un continent, de l'espoir d'une génération." L'on constate amèrement aujourd’hui que le continent se meurt. L'espoir d'une génération. Diable! C'était l'espoir d'une génération des vieux sénescents et non la nôtre qui se retrouve aujourd'hui, sans aucun avenir, et pire, nous sommes à ce jour orphelins de notre si beau pays parce que le Congo de M. Sassou manque de rêve d’avenir.

 

Faut-il encore croire aux promesses de ces rois mages qui sont très loin de n'avoir qu'une seule parole ? Aujourd'hui, certains se disent encore opposants ou résistants à Sassou et promettent cette fois de libérer le pays de la dictature de ce dernier. N'est-ce pas encore du pipeau ?

 

Le peuple congolais aujourd'hui, abandonné à lui-même, face à un tyran, aura peut-être sans doute compris si c'était à refaire, qu'il ne voterait plus pour le candidat qui promet le plus, ni, pour celui qui se dirait encore, mandaté semble-t-il, d'une mission de Dieu le tout-puissant, ni, pour celui qui aurait une tête bien pleine et jubilerait de vouloir nous affranchir de l'emprise obscurcissante et moyenâgeuse de la pauvreté. Mais plutôt, il voterait pour celui qui promet le moins car nos rois mages sont des champions des promesses non tenues.

 

Démissionnaires nos rois mages en exil ? OUI. Au vu de l'inorganisation de l'opposition tant en exil qu’au pays. Tout cela conduit à douter de leur opposition, et rend les actes politiques pour le Congo difficiles car, ils n’ont encore rien compris de la façon dont M. Sassou fait de la politique depuis bientôt trente ans et, ils ne comprennent pas non plus et peut-être à jamais la politique africaine de la France. Aussi, se révèlent-ils aujourd'hui en exil, plutôt désorientés, délégitimés, déstabilisés par les mutations politiques du " professeur des professeurs " de la politique congolaise nommé Denis Sassou N’guesso. Et pourtant, ils portent en eux, ces hommes dits politiques congolais (opposants ou résistants), la mémoire de la politique africaine de la France en exil. Voilà qui donne une haute idée de la délicatesse de ces fameux opposants ou résistants en papier.

 

Ils s'y plaisent curieusement en exil et, veulent même y mourir : loin de la terre natale car c'est leur choix. Ne pas s’opposer à Sassou et « manger la semoule tranquille dans le froid de l’Europe ». Certes c’est leur choix ! Mais, un choix qui nous paraît pour le moins incompréhensible, parce que, nous nous demandons comment et pourquoi cette mémoire " de la politique africaine de la France " n'arrive t-elle pas à leur faire prendre conscience du lien politique exécrable entre leur pays d'origine le Congo et le pays de leur installation ou d’adoption la France en particulier ?

 

Nous nous interrogeons. Que font nos rois mages à Paris alors qu’ils savent que Paris est de connivence avec le pouvoir de Brazzaville et que tous leurs gestes et faits sont connus des services secrets de la France ?

 

Pourquoi n’ont-ils pas élus domicile en Chine, en Tchétchénie, en Serbie en Palestine ou en Israël ? Est-ce que seule la France peut leur accorder l'asile politique ? Est-ce pour organiser une résistance à Sassou qui est au service d'ELF (Extermination et Liquidation des congolais pour les intérêts de la France), II faille demeurer en France et se tourner les pouces entre quatre murs au point d’avoir mal aux doigts le fait de zapper tout le temps afin de rechercher une bonne chaîne de télévision pour calmer l’angoisse et la détresse de l’exil ?

 

En onze ans d'exil, ils ont eu le triste mérite de nous faire changer les idées sur l'opposition congolaise et de se demander si cette dernière a existé, existe ou existera. Avec quels objectifs? Si se sont ceux de se fricoter avec la France qui, non pas benoîtement continue à armer Sassou et à lui envoyer ses instructeurs pour encadrer ses milices, ils se trompent largement, nos rois mages. Pour la France, selon le canard enchaîné, «  Sassou, n’est pas plus démocrate que Lissouba mais, il comprend mieux nos intérêts pétroliers… » Est-ce l’opposition congolaise s’est déjà posé la question de savoir comment, elle
pourrait faire, afin de comprendre les intérêts pétroliers de la France mieux que Sassou afin de pouvoir  retourner l’avantage de la fameuse Françafrique de son côté ?

Pourquoi nos rois mages ne sont pas si durs sinon, si mous et silencieux avec Sassou ? Sont-ils réellement des opposants ? Pourquoi si mous les vieux ! C'est à nous de vous interroger! N'êtes vous pas nos mages ? Pourquoi si mous, si lâchement amollis, et si accommodants avec le népotisme de monsieur Sassou et la politique Française au Congo ?

 

Pourquoi tant de négation, d'abnégation et de reniement dans vos cœurs à s'opposer réellement à Sassou ? Si peu de  détermination dans vos regards ? Si vous ne voulez pas être destins du Congo, inexorablement, comment, voulez-vous que l'on vous prenne au sérieux? Pourriez-vous triompher un jour?


Non, je ne pense pas.

 

Et si votre opposition se refuse à jeter des éclairs d’idées, à trancher, à tailler dans le vif la dictature et le népotisme de monsieur Sassou, comment Avec le peuple, vous pourriez créer des conditions pour renverser la dictature au Congo ? Car, tous ceux qui libèrent leur nation sont durs et Intelligents. Et ce devait être votre félicité, que d'imprimer votre main comme dans de la cire, sur le retour de la paix, de la démocratie véritable au Congo en vue d’abolir à jamais le népotisme au Congo.   

 

Félicité, que graver vos opinions sur la volonté du peuple congolais d’aller vers un Congo pour tous en allant vers la démocratie véritable, la paix, le développement de la nation congolaise, qui sont pris par le vent contraire de la dictature à cause de monsieur Sassou qui s'obstine à faire échouer le bateau Congo. Pourquoi ne voyez vous pas la peine du peuple et décider de le rejoindre ? Pourquoi ne faites vous pas ce qui est dur dans la réflexion en vers les politiques de monsieur Sassou et de la France au Congo, pour le bien de la nation parce que le peuple vous l'impose car ce qui est noble est seul tout à fait dur?  Les élections approchent au Congo qu’en pensez-vous ? Qu’allez-vous faire ? Participer ou pas ? Si oui, dans quelles conditions et pour quels objectifs ? Allez-vous continuer à dormir les rois mages !

 

Si par contre, vous persistez à choisir le silence en exil, face aux malheurs du peuple. La douleur de vieillir et de mourir loin de la terre natale le Congo, parce que vous ne voulez pas combattre par la politique monsieur Sassou, c'est tant mieux pour vous. Mais, à la réflexion, le corps d'un exilé ou immigré, riche ou pauvre, vivant ou mort, reste est un corps encombrant ici en France, nous pouvons oser vous dire : Exil et vieillesse ne font pas bon ménage. Malgré vos rêves, c'est la réalité d'ici qui s'imposera finalement à vous. Vous finirez vos vies, dans l'ombre et le silence, qui sont des caractéristiques de la vieillesse ici dans votre pays la France où  nous ne sommes pas non plus sans savoir que les vieux ne sont pas tout à fait égaux face à la vieillesse car les immigrés souffrent plus de la vieillesse que les autres français. Si vous ne le savez pas, chez vous ici, exilés et immigrés, meurent dans une indifférence quasi générale.

 

Peut-être que c'est ce que vous méritez ou peut-être que c'est cela votre préférence. Sachez simplement une seule chose.

 

VIEILLIR EN EXIL N'EST PAS FACILE. Pour vous, nous avons pensé à une structure : Si La solitude vous pèse Vous ne pouvez plus vous déplacer seul(e). Les gestes quotidiens vous sont difficiles Une équipe de professionnels de jeunes congolais vous propose une prise en charge aller et retour de votre domicile au point d'accueil, de tous les vieux exilés congolais qui reste à trouver. Vous aider à lutter contre votre solitude à tourner les pouces à la maison et à regarder la télévision toute la journée.             

                       

* Aider nos aînés ministres à acquérir ou retrouver une autonomie dans les gestes de la vie quotidienne et vous aidez à apprendre vos droits ici.


* Vous aidez à vous insérer dans la vie sociale de votre si beau pays la France.


* Soulager les familles qui sont obligées de vous supporter, les conjoints, les voisins qui vous. Vous aider à faire le deuil d'une vieillesse au pouvoir rêvée avec beaucoup d'argent en compagnie des petits-fils sous les manguiers ou les cocotiers.


* Vous aider à vivre une vieillesse réelle celle d'ici, car c'est celle que vous avez choisie et qui s'impose à vous. Le tout, afin de passer une journée à vivre ensemble dans le respect des nouveaux goûts de chacun d'entre vous.

Vous permettrez ainsi à votre entourage d avoir des activités structure que nous avons créée contribue au maintien à domicile de tous les exilés qui refusent de combattre Sassou parce que se sont des lâches et constitue un des maillons de l'alternative à l'hospitalisation. Au lieu d'aller se jeter dans les bras de Sassou ou dans la mer.

Et pour ceux parmi vous qui êtes tentés par les maisons de retraite compte tenue de vos âges. Nous vous donnons des informations suivantes : Pour les abréviations utilisées pour la définition du type d'hébergement à choisir chez vous ici en France.

 

M.A.P.A.D = Maison d'Accueil pour Personnes Agées
Dépendantes
Dir = Directrice
C.C.A.S.= Centre Communal d'Action Sociale
T= capacité totale
LF = Logement foyer
MR = Maison de retraite
USLD- Unité de Soins de Longue durée (ex Long séjour)
Héb. Temp. = Hébergement Temporaire

 

Pour les prix : Alors là ! Nous estimons que cela ne vous posera aucun problème vu que vous êtes des nababs. Et, pour vous qui n'aimez pas le Congo, mieux vaudrait investir pour votre retraite et votre vieillesse heureuse ici en France et en Europe que de la vivre chez nous les sous hommes.  Les tarifs des maisons de retraite si vous ne le saviez pas, sont très variables et à votre portée ce que nous estimons pour le moins du monde. Ils vont de 45,6 eur à 46,23 eur ; 50,19 eur 54,98 eur ;  57,93 eur ; 63,26 eur ; 64,02 eur ; 71,04 eur ; voir 76,98 eur à 100,07 eur par jour

 

A vous de faire vos comptes jusqu'à la date de votre mort en Exil. De toutes les façons vous  n'êtes pas à plaindre, l'argent vous en avez. Etes-vous condamnés à vieillir et mourir dans la marginalité ? Sauriez-vous collectivement briser cette indifférence, et jeter les bases dune véritable opposition à Sassou ? La réponse vous appartient.

 

Sinon, bonne vieillesse dans le froid, en France, en Europe, sans oublier les U.S.A le tout, dans l’oubli, l'indifférence, la solitude, la mort et l'incinération. Eh oui les vieux! Ici, on incinère. Que le feu du four crématoire vous soit très doux.

 

Wallys KIMBATSA.
Copyright © Mwinda

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Congo Brazzaville
commenter cet article
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 15:42

 

 

Afrique Centrale info
18/02/08

Une délégation du Parti communiste chinois (PCC) est attendue mardi au Congo Brazzaville. Elle est dirigée par Wang Jiarui, le chef du département international du PCC avec rang de ministre et Sun Chengbo, le directeur du Bureau Afrique au même Département. Pendant leur visite, les officiels chinois auront des entretiens avec le chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso, avec le Premier ministre et avec les responsables du Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir).

 

Wang Jiarui souhaite que ce séjour soit une occasion de renforcer une relation « ancienne et solide ».


Qui est Wang Jiarui ?


Wang Jiarui est directeur du Département international du Parti communiste avec rang de ministre depuis 2003. Originaire de la ville de Changchun (province de Jilin), M. Jiarui est membre du PPC depuis octobre 1973. Il a exercé de nombreuses fonctions dans le secteur des Postes et télécommunications et au niveau municipal et régional à des postes de responsabilité politique.

 

Publié le 18 février 2008.

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Congo Brazzaville
commenter cet article

Textes De Juliette