Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

 

 

Rechercher

12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 20:56

31 décembre 2009
AFP


Le Premier ministre santoméen Rafael Branco a annoncé jeudi qu'il allait réaménager son gouvernement de coalition après avoir été "informé" par le parti du président Fradique de Menezes du retrait de ses ministres, ouvrant la voie à une crise politique dans cet archipel lusophone.

Le Mouvement démocratique des forces du changement-Parti libéral (MDFM-PL) l'a "informé de sa décision d'abandonner immédiatement l'actuel gouvernement" de 13 membres, a expliqué devant la presse M. Branco, homme fort de l'exécutif.
Dans les prochaines heures, "je vais présenter au président de la République la liste du nouveau gouvernement", a-t-il précisé.

Son parti, le Mouvement de libération de Sao Tomé et Principe/Parti social démocratique (MLSTP/PSD), est majoritaire avec cinq membres dans l'équipe. Le MDFM y compte quatre ministres: Justino Veiga (Justice et Affaires parlementaires), Cristina Dias (Energie et Environnement), Raul Cravid (Administration interne) et Maria Tomé (Travail et Solidarité).

D'après le Premier ministre, Justino Veiga s'est dit disposé à rester dans l'équipe, que complètent quatre ministres du Parti de la convergence démocratique (PCD). Le mandat du gouvernement de coalition expire en mars 2010.
Rafael Branco a expliqué que le MDFM a décidé de retirer ses ministres du gouvernement à la suite d'une requête du MLSTP auprès de la Cour constitutionnelle.

Selon M. Branco, son parti a demandé mercredi à la Cour de se prononcer sur la constitutionnalité de l'élection du chef de l'Etat comme président du MDFM, qu'il "considère comme illégale", avait expliqué mercredi soir à la télévision d'Etat, José Viegas, secrétaire général du MLSTP.
Le 20 décembre, le MDFM-PL a élu président Fradique de Menezes, son fondateur et jusqu'alors chef à titre honorifique. Le parti était auparavant présidé par un comité.

Cette élection avait donné lieu à une polémique à Sao Tomé, certains l'ayant assimilée à une violation de la Constitution selon laquelle "les fonctions de président de la République sont incompatibles avec quelque autre fonction, privée ou publique".
Jeudi, le Premier ministre a réfuté toute idée d'instabilité à cause de la situation politique, estimant que malgré le retrait du MDFM, les partis de la coalition gouvernementale conservaient "une majorité suffisante au parlement pour travailler tranquillement".

Sur les 55 élus de l'Assemblée nationale, le MLSTP compte 20 députés. Le MDFM en a 12, le PCD 11. Les autres élus sont de l'opposition (7), des indépendants (4) et un représentant de la société civile.
Des analystes politiques prêtent à Fradique de Menezes - élu en 2001 et réélu en 2006 - l'intention de se positionner pour être Premier ministre à l'expiration de son deuxième et dernier mandat, en 2011.

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Sao Tomé et Principe
commenter cet article
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 19:38

17 février 2009
AFP


Trente-huit personnes soupçonnées d'être impliquées dans un projet de coup d'Etat à Sao Tomé ont été inculpées mardi d'"attentat contre la sécurité de l'Etat", et 27 d'entre elles ont été placées sous mandat de dépôt par un juge, a appris l'AFP de sources judiciaires.

Les 38 personnes ont été entendues lundi et mardi par le juge Alberto Monteiro, qui a ordonné l'incarcération de 27 d'entre elles dont Arlecio Costa, ex-mercenaire du bataillon sud-africain Buffalo et chef d'un parti d'opposition, a affirmé Me Levy Nazare, avocat de certains prévenus.

Arlecio Costa, président du Front démocratique chrétien (FDC), est soupçonné par le gouvernement d'être le meneur de Buffalo qui, officiellement, envisageait de prendre le pouvoir le 12 février.

Le juge Monteiro a mis en liberté sous contrôle judiciaire les onze autres personnes inculpées, selon Me Nazare.

Ces informations ont été confirmées à l'AFP par une source au cabinet du juge, qui a précisé que deux autres personnes n'ayant pas répondu à la convocation de la justice étaient actuellement recherchées par la police.

"Il s'agit de deux femmes. Une travaille à la résidence de M. Costa, et l'autre dans un casino ouvert par un Buffalo" à Sao Tomé, a dit cette source ayant requis l'anonymat.

Aucun Sud-Africain ne figure parmi les personnes inculpées, selon ces sources judiciaires et un responsable de la police interrogé mardi par l'AFP.

Le 13 février, le gouvernement santoméen avait annoncé qu'un Sud-Africain était parmi les personnes arrêtées dans le cadre de l'enquête sur cette tentative de putsch.

"Trois Sud-Africains ont été entendus par la police dans le cadre de l'enquête, qui est toujours en cours. Mais ils ont été relâchés, ils n'ont pas été présentés au juge", a affirmé le chef des opérations de la police, le commissaire en chef Alberto Da Graça.


Il n'a pas exclu d'autres arrestations dans le cadre des investigations qui, selon le gouvernement, avaient permis de saisir de nombreuses munitions et des armes blanches la semaine dernière. Des recherches se poursuivent pour retrouver des armes et identifier les financiers des ex-mercenaires.

Des Buffalo et des militaires s'étaient emparés du pouvoir à Sao Tomé et Principe du 16 au 23 juillet 2003, dénonçant pauvreté et corruption dans cet archipel lusophone du golfe de Guinée peuplé de quelque 140.000 habitants.

Leur tentative de coup d'Etat s'était achevée sans effusion de sang et le président Fradique de Menezes avait retrouvé son fauteuil après d'intenses activités diplomatiques.

Repost 0
Published by Juliette Abandokwe - dans Sao Tomé et Principe
commenter cet article

Textes De Juliette